AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Utterson
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 21
Avatar : : Helena Bonham Carter
Crainte : Anguish et tout ce qui va avec.
Date d'inscription : 23/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    Mar 27 Déc - 23:30

C'était une journée ordinaire qui prendrait des dimensions extraordinaires quand Mary l'aura décidée. Le soir elle avait réussi à manger, la faim avait prit le dessus sur le goût. Dans les dortoirs, elle se coucha avec les autres filles mais ne trouva pas le sommeil, son excitation était semblable à toutes ses autres tentatives de fuite. Dans sa tête, elle avait achevé de peaufiner les détails. Cette fois elle était même encore plus frémissante que d'habitude, son échafaudage incluait un nouvel élément qui pallierait peut-être à ses ennuis précédents. Le matin à cinq heures toutes les filles se levèrent en même temps au râle étranglé d'un surveillant. Toutes se dirigèrent mécaniquement vers les salles d'eau et Mary les suivit. Puis elle prétendit avoir oublié quelque chose et réintégra les dortoirs aussi sec pour y rester cachée les deux heures qui suivirent. On l'oublia. A sept heure elle sortit à nouveau. Quand elle croisait quelqu'un dans les couloirs, elle s'adossait à côté d'une porte et prétendait attendre son suppléent. Quand on lui demandait qui c'était, elle balançait naturellement le seul nom qu'elle connaissait dans le lot. On lui répondait d'un « ah » dédaigneux et la laissait poireauter.

Mary n'estimait pas avoir besoin de compassion ni d'assistance. Pourtant elle avait trouvé en Sasha Campfire une alliée remarquable. Pour des raisons qu'elle ignorait, la jeune femme blonde et nordique s’intéressait d'assez près à tout ce qui concernait le loup. Mary avait refusé de s'exprimer sur les propos exacts de ce qui la reliait au surveillant méticuleux mais elle avait accepté sans se faire prier de pleurer un peu sur l'épaule de Sasha genre Shakespirienne. Sasha était terriblement belle avec ses grandes jambes et son corps de femme fatale. Ses yeux de faon, son coeur de bisounours. Elle avait l'esprit léger, elle chassait les idées noires et les frissons. C'était une princesse de dessin animé. Son sourire anormalement franc portait en lui un espoir énorme, elle était vive et partante pour tout. Elle avait de la compassion pour tout un peuple. C'était pas banal mais c'était beau. Anguish n'était pas l'endroit le plus indiqué pour se faire des amis. Quand elle faisait des cauchemars elle allait se cacher sous les draps de Sasha, c'était joli. C'était attendrissant. C'était à pleurer de bons sentiments.

Le hall. Pas de problème, "j’attend quelqu'un" ressortit-elle. Le machiniste tapa quelque chose sur son clavier. Elle n'aimait pas prononcer le nom du loup, c'était une énorme faille dans son plan. Parce qu'il y en aurait forcément un pour dire "mais je croyais qu'elle était avec toi" ce qui allait permettre au surveillant de faire germer l'évidente solution à l'énigme : où-est-encore-passée-Mary-Utterson ? Sauf s'il dormait à cette heure là. Ouais, admettons, il pionçait gentiment avec ses collègues pendant que ceux de la garde de nuit terminait leur service. A sept heure. L'espoir fait vivre.
Quand le standardiste relèva le nez elle n'était plus là. Dehors elle retrouva Sasha. Pas besoin de mot, tout est prévu. L'esprit de Mary tournait à deux mille. Carburant adrénaline. Le jour était à peine levé. Elle retrouva facilement le chemin de la sortie, le morceau de grillage un peu lâche et plus aisé à escalader. Les barbelés n'y étaient pas la dernière fois par contre. Elle se protégea avec sa veste, vérifia que sa camarade suivait bien le mouvement et sauta par terre. La forêt était incontournable. Quand Sasha la rejoint, Mary lui prit la main et commença à courir. Maintenant elle pensait ne plus connaître la fatigue. La dernière fois qu'elle avait reprit son souffle ça c'était mal terminé.

L'idée était d'une simplicité enfantine : dès que le sol tremblerait des pas d'un surveillant ou autre nuisible, Sasha et Mary se sépareraient et que la plus chanceuse gagne. Ou qu'elles perdent à deux, on verra bien. Sasha n'avait pas la puce, on ne pouvait pas savoir qu'elle était là. Voilà en quoi résidait l'avantage de cette exceptionnelle compagne : dans l'effet de surprise. Sa chevelure blonde faisait comme un halo lumineux et très visible entre les arbres noirs. Mary espérait que s'il y en avait une qui devait se faire attraper, ça serait elle. Elle courrait à une vitesse folle, concentrée sur l'objectif. Traverser la forêt, atteindre la plage et se terrer dans une grotte où on lui avait raconté que la télécommande captait moins bien la puce. A cause de l'atmosphère, une histoire comme ça. La course faisait comme dans son rêve de la dernière fois, rien que le vent, rien que les arbres comme témoins. Elle se sentait comme Pocahontas. Pocahontas virevoltant dans un champ nucléaire. Les branches s'emmêlaient au dessus de leur tête et filtraient la lumière du jour.

Les autres fois ellle était partie le soir, c'était une erreur de stratégie. Le système s'alanguissait le matin, le temps de mettre tout le monde en place dans l'établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    Mar 3 Jan - 22:49

Sasha ne s'était pas aussi bien reposée qu'elle l'aurait voulue. Demain l'enjeu était particulièrement important. Mais elle n'avait cessé de réfléchir et de retourner sans cesse les questions qui la perturbait. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais rien osé d'aussi dangereux dans ce pensionnat. Elle avait rencontré Mary il y a peu, et elle n'avait pu la voir autrement que comme cette petite sœur qu'elle n'avait jamais eu. Sasha avait toujours été la plus jeune et s'était elle qu'on surprotégeait sans cesse. Désormais, elle voulait échanger les rôles. Mary avait su lui faire confiance, elles étaient jeunes, et elles partageaient un point commun. Ezequiel. Aucune des deux n'avait désirer donner des détails sur ce qui s'était passé avec cet homme mais elle se doutait bien de quoi il s'agissait. Cet homme, bien qu'émouvant, était malade. Très malade. Un peu comme tous ceux qui se trouvaient dans ce pensionnat. Tout du moins la bonne majorité.
Sasha voulait aider les pensionnaires comme Mary a quitter cet Enfer. Ceux qui étaient innocents et méritaient une vie meilleure. Quitte à y laisser des plumes. La blondinette devait aider la jeune fille à fuir Anguish, mais elle savait que pour sa part elle n'aurait pas cette chance. Dans tous les cas, même si cela pouvait paraitre étrange, elle n'en avait pas envie. Certaines chose la retenaient ici, comme les autres naufragés qu'elle ne pouvait pas abandonner. Ou d'autres pensionnaires encore, comme Bethany qu'elle avait promit d'aider également. Elle se sentait l'âme d'une Bienfaitrice. Après tout, il fallait bien qu'elle tente quelque chose, elle ne pouvait pas rester les bras croisés. Alors elle accompagnerai Mary jusqu'au bout, pour faire diversion. Pour lui permettre de gagner la liberté tandis qu'elle était prête à se sacrifier pour que la pensionnaire y parvienne. Oui, Sasha ferait tout, et elle ne baisserait pas les bras.

Au petit matin, aussi discrète qu'elle pouvait l'âtre, la demoiselle quitta le pensionnat où elle dormait en ce moment. Comme elle n'avait pas de puce, impossible de savoir où elle se trouvait. Elle avait eu vite fait de savoir où se trouvaient les caméra et savait les éviter. Le mieux possible en tous cas. Et puis la nuit, les surveillants étaient rare à fouiller toutes les pièces. Ils surveillaient surtout les couloirs et les accès à l'extérieur. Tôt le matin donc, elle quitta le pensionnat sans trop de problème et, invisible depuis les fenêtres du bâtiment, elle attendit Mary qui ne devait pas tarder à la rejoindre. Elle priait intérieurement pour que tout se passe bien.
Enfin, une jeune fille passa les porte du pensionnat. C'était elle ! Aussitôt, l'adrénaline grimpa, et Sasha se sentait prête à tout. Elles se dirigèrent vers les barbelés qu'elles escaladèrent au risque de se blesser. Mais peu importait, la seule chose qui comptait était que Mary quitte cet endroit. Elle se mirent à courir. Sasha courait vraiment très vite mais elle laissait un petit peu d'avance à la pensionnaire. Si l'une d'elles devaient être rattrapée, il devait s'agir d'elle et d'elle seule, pas de le pensionnaire. Ayant atteint la forêt, elles se séparèrent. Dès que la chevelure de Mary disparut, Sasha murmura pour elle même :


* Bonne chance Mary... *

Sasha continua de courir, il ne fallait qu'elle abandonne car ce n'était pas terminé. Les surveillants pouvaient débarquer à tout moment. Elles avaient pourtant prit beaucoup d'avance mais elle n'avait pas pensé à tous les moyens dont disposaient ces hommes.
Sasha entendit donc soudain un bruit étrange qui n'avait rien à voir avec un animal ou le vent dans les feuilles. Non il s'agissait... d'un moteur ! Sasha cessa de courir et prit un air horrifié. Une voiture ?! Oh non ! Ça ce n'était pas prévu !
Elle regarda autour d'elle, mais au lieu de partir dans une direction opposée, elle courut de toute la force de ses jambes en direction du véhicule. Il fallait l'arrêter !
Elle déboula alors sur une sorte de sentier et lorsqu'elle se retourna, elle vit déboucher le 4x4 à tout allure. Il fallait le retenir ! La blondinette fit mine de vouloir fuir, puis se laissa volontairement tomber, comme si elle avait trébuché. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'on ne lui passe pas dessus.
Elle entendit avec soulagement le véhicule ralentir... maintenant il fallait gagner du temps, et prier pour que les types à l'intérieur ne l'embarquent pas directement pour continuer les recherches. Sinon ils finiraient par rattraper Mary...
Si elle avait su qui se trouvait à l'intérieur... !

(HJ : désolée j'avais écrit quelque chose de bien mieux mais ma batterie m'a planté en plein milieu ><)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    Dim 8 Jan - 15:56

Le moteur grogna lourdement. Le fond de diesel avait stagné durant la nuit et une odeur immonde s'éleva. Un coup de vent eut vite faire de balayer le parfum d'essence brûlé. Tandis qu'il s'essaya à insérer maladroitement la clé de contact, il lançait des injures personnelles et pour une fois, ressentait une profonde colère envers elle. De son point de vue, elle l'avait trahi. Dieu ... Le matin ! Jamais, le matin ! Ezequiel était fatigué et le café peinait à faire son effet. Merde ! Sale petite garce ! Elle allait le sentir passer celui-là. D'une manœuvre enragé, il tourna les roue et appuya sur l’accélérateur. L'engin glissa une seconde sur la terre humide avant de s’élancer dans la brume matinale. Il observait de temps à autre sa carabine posée sur le siège passager. Il s'imaginait l'installer là. Il s'imaginait lui lancer remontrances sur remontrances. Freiner sèchement et lui sauter dessus. Non pas pour l'aimer mais pour la ruer de coups. Parce qu'elle le méritait. Ezequiel n'était pas de bonne humeur ce matin. Il avait fallut qu'elle retente la chose aujourd'hui. Sa dernière excursion semblable lui faisait remonter de tendres souvenirs qui décrispèrent ses doigts. Ils s'enfonçaient brutalement sur la mousse du volant. Il avait l'impression que ses phalanges allaient se luxer. Il vira soudain à gauche et disparut sur un petit sentier forestier.

La veille, il s'était couché tard. Des jeunes avaient essayés de piéger les dortoirs des surveillants en coinçant la porte. Il avait fallut se faire une petite virée en forêt pour tous les rattraper. Heureusement qu'un type posté dans les couloirs s'en était rendue compte. Si il ne les avait pas pris en flagrant délit, ils auraient sûrement tentés une percé aujourd'hui. C'était d'ailleurs pour cette raison que ce matin, tout avait été d'un calme impressionnant. Il avait fallut réveiller Ezequiel à coup de pompes. Il avait grogné plusieurs fois mais fini par accepter le dur châtiment. Il récupéra sa télécommande et s'habilla. La flemme lui avait dit de ne pas aller se doucher mais les relents de transpiration de la veille l'en avait dissuadé. Il avait été le dernier à sortir des dortoirs, mais au moins, il se sentait frais. Ou presque. Les vapeurs l'avaient apaisé. Il avait envie de se recoucher. Mais la journée était bien amorcée.

Lorsqu'ils s'étaient rendues compte que Mary avait une fois de plus disparue, les jeunes déjeunaient déjà. Certains même retournaient dans les dortoirs pour ranger et se préparer plus convenablement. Il y avait un temps de latence incroyable dans ce pensionnat. Peu étaient ceux qui se levaient du bon pied. Ezequiel fut le premier à remarquer son absence. Il cherchait sans cesse sa présence et ne pas la voir le matin lui avait arraché un sursaut de panique. Lorsqu'il avait demandé où elle était, on lui avait répondu négligemment qu'elle attendait quelqu'un. Il l'avait cherché partout. Visiblement, les surveillants d'Anguish avaient de sérieux soucis à se faire quant à leur quotient intellectuel. Ezequiel se savait modeste dans ce domaine mais il avait au moins eut la présence d'esprit de se demander où elle était. On lui avait demandé d'aller la récupérer. Ou c'était lui qui avait proposé. Ses tentatives foireuses avaient finies par laisser tout le monde de marbre mais il ne fallait pas oublier qu'elle n'avait jamais réellement réussie à sortir de la forêt. Mis à part la dernière fois. Et inutile de rappeler comment s'était terminée cette charmante course poursuite. Les lucarnes du bunker s'en souviennent sûrement encore.

Le vrombissement du moteur s'élevait haut dans l'air. La brume du matin portait les sons avec une facilité éthérée. Le surveillant tendait l'oreille aux moindres bruissement de feuilles. Seuls les oiseaux piaillaient. Ce tableau aurait put être charmant si le son strident des volatils de lui vrillait pas les tympans. Il aurait voulut s'arrêter et tirer sur l'un de ces foutues piaffes. Il allait d'ailleurs le faire lorsqu'une chevelure blonde s'étala soudain sur le sentier sans qu'il ne comprenne vraiment grand chose. D'où elle sortait, celle-là ? En regardant sur sa télécommande, il put constater que Mary n'était pas très loin. Il pouvait se permettre cette petite pause pour ramener cette petite chose au pensionnat. Couchée sur le sol, il ne voyait pas le visage de la petite blondie. Mais quelque chose de familier le frappa et par curiosité, stoppa le contact et sortie du véhicule.

Dieu, s'il s'attendait à ça ... Il course une poupée pour en trouver une autre. Noël était passé et pourtant les cadeaux ne cessaient de tomber. Ezequiel s'approcha et, le canon du fusil en joug, avait reconnu la peau de lait de sa petite Sasha. La dernière fois ... La dernière fois remontait à si loin que les souvenirs s'embrouillaient. Il avait presque réussi à l'avoir celle-là. Un type était entré ... Un ... Dimitri, peut-être. Il avait encore le gout amer de la déception dans la bouche. Celle de la frustration aussi. Et de la colère. Il ricana et lui somma de ne pas bouger. Oh non, ne bouge pas mon cœur ... Mary avait disparut de son esprit. Il était complètement aveuglé par la lumière qui se reflétait sur ses cheveux. Il l'attrapa par cette masse capillaire si enivrante et lui hurla d'entrer dans la voiture, la trainant de force derrière lui. Lorsqu'il eut jetée la jeune fille sur le siège passager, il entama d'ouvrir la boucle de sa ceinture. Il déglutit. La dernière fois, il avait été doux. Gentil. Il lui avait laissé le temps. Elle l'avait mordue. Elle s'était enfuie. Mais ne t'en fais pas ... Toutes y passent finalement. Il plaqua sa main contre sa gorge. On reprend là où on en était, n'est-ce pas ? On ... Reprend la partie là où on la laisse. C'était comme ça. Dans tous les jeux. Il s'installa au dessus d'elle et calmait ses agitations avec sa main qui enfonçait son crane contre le fauteuil. Il lui hurla de rester calme et enchaina avec un murmure délicieux. La bouton de son jean sauta. Il bénissait le Ciel pour ce cadeau. Une main glissa violemment entre les cuisse de la jeune fille. Il calcula son temps ... De toute façon, Mary n'irait nul part.

Mr Sandman, bring me a dream ...
Make him the cutest that I've ever seen ...

Il y avait de ces petits bonheurs dans la vie ... Il s'était rejeté sur le siège conducteur et remonta son jean. Elle s'était débattue. Même beaucoup. Alors que le canon de son arme pointait la jeune fille -il aurait été dommage qu'elle ne s'échappe- il regardait les traces qu'elle avait laissée. Sur ses bras, majoritairement. Des griffures. Ignobles mais délicieusement amusant. Ça saignait un peu. Elle devait avoir des restes de sa peau sous les ongles. Elle s'était même plus acharnée que Mary et il avait hurlé lorsqu'elle tenta d'y mettre les dents. C'était la première fois qu'il donnait une gifle pendant qu'il tentait d'y prendre plaisir. Il n'osait s'avouer que ça avait été particulièrement jouissif. Son souffle était court. Puissant. Sa poitrine se soulevait difficilement et une goute de sueur perlait sur sa tempe. Il observait de temps en temps, d'un sourire satisfait, le petit corps de Sasha. La bouche ouverte pour laisser passer plus d'air. Il s’humidifia les lèvres et sans un mot, alluma le contact. Le moteur trembla sous ses pieds et les pneus émirent un crissement fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    Dim 8 Jan - 18:31

Quelle idée de se retrouver ainsi, le nez dans la poussière, dans le seul but de gagner du temps et de laisser une amie s'enfuir ! En espérant qu'elle s'en sorte. Après tout, ils se trouvaient ici sur une île. Lorsqu'elle atteindra la mer, où irait-elle ? Que fera-tu Mary ? Où te cachera-tu ? Peu importe, Sasha savait à quoi s'attendre en se lançant dans cette aventure incroyable. Elle pouvait se débrouiller, elle pouvait s'en sortir. Ce n'était qu'une question de volonté.
Lorsqu'elle entendit le moteur du 4x4 se calmer, elle sourit derrière la barrière de ses cheveux blonds. Il ronronna encore quelque secondes puis le bruit s’évanouit. Le moteur était coupé, il s'était bel et bien arrêté. Son plan étrange avait fonctionné, elle n'avait plus qu'à gagner du temps. Occuper le conducteur qui ne pouvait être qu'un surveillant. Il lui suffisait d'engager une conversation, de se débattre pour lui donner un peu de fil à retordre, le provoquer, lui faire oublier Mary à toux prix. Lentement, le cœur palpitant, elle fit mine de se redresser un peu tandis que des pas s'approchaient d'elle. Respire Sasha, ce n'est pas compliqué... tu peux être plus intelligente que lui. Plus maligne, plus rapide...
Elle imaginait un surveillant inconnu, un type qui ne connaissait pas son visage et donc plus facile à manipuler. pourquoi aurait-elle imaginer autre chose ? Pourquoi aurait-elle imaginé... le pire ? C'est cela d'être une peu trop optimiste. Trop sûre de soi. Elle entendit un ricanement, puis une vois. Une voix qu'elle connaissait parfaitement et qui lui ordonnait de ne pas bouger. Sasha s'immobilisa, le souffle coupé sous la surprise et l'effroi. Oh non ! Ezequiel ! Pourquoi avait-il fallut que ce soit lui ! Elle aurait du se douter qu'il allait tout faire pour récupérer Mary. Récupérer son jouet. Mon Dieu ce serait beaucoup plus compliqué qu'elle ne l'aurait cru. Le surveillant devait être furieux depuis leur dernière rencontre, le jour où Dimitri l'avait arraché à ses griffes. Et Dieu sait que le désir de vengeance prend possession des esprits trop facilement. La blondinette venait de perdre tous ses moyens et ce qui lui semblait si simple il y a quelque seconde lui paraissait maintenant imposible !

La douleur l'extirpa brutalement du tourbillon d'inquiétudes qui occupait ses pensées. Elle poussa un cri lorsqu'il agrippa ses cheveux et l'entraina jusqu'à la voiture. Beaucoup de garçons ignorent à quel point cela peut faire mal surtout lorsque la demoiselle "craint les cheveux" comme on dit. C'était un peu le cas de Sasha qui n'avait pas une peau très dure. Grimaçant, elle ne chercha pas à lui échapper, évitant ainsi d'augmenter la douleur de son crâne. Non ! Il fallait le retenir, il ne fallait pas qu'il trouve Mary ! Sasha s'imaginait déjà prisonnière de l'engin, incapable d'empêcher le surveillant de poursuivre la demoiselle. Mais Ezequiel ne retourna pas derrière son volant après l'avoir projetée sur la banquette passagère. Sasha s'était cognée et sentait déjà les bleus se former sur sa peau. Elle voulut réajuster sa position très inconfortable alors que le cliquetis de la ceinture du surveillant brisait l'espèce de silence. Elle voulue se redresser encore mais une main de fer l'agrippa à la gorge et la plaqua violemment contre le siège. L'homme avait l'air furieux et ce n'était pas une surprise. Il s'assied sur elle, l'empêchant alors de se sauver, enfonçant son pauvre corps dans le siège du 4x4 et l'étouffant au passage. Alors elle commença à se débattre autant que possible, sans un mot, laissant simplement échapper quelques gémissements et grognements de protestations. Elle poussa un petit cri aigu lorsqu'une main se glissa soudain entre ses cuisses. Elle hoqueta de surprise et de honte, rougissant subitement non seulement par gêne mais aussi par manque d'air.

Ezequiel exécuta sa punition, non sans mal. Sasha, de nouveau piégée, s'était montré beaucoup moins compréhensive que la première fois. Parce qu'elle savait que rien ne le raisonnerait plus. Il était resté blessé de son premier échec et comptait se rattraper cette fois-ci. Il savait ce qu'il faisait, il savait qu'il gagnerait. Sans prévenir, des larmes de rage vinrent glisser le long des joues rosies de la blondinette qui enfonçait ses ongles et griffait, mordait, pinçait tout ce qui passait à sa portée. Pas de hurlement, pas de cri. Non cette fois-ci elle n'appela pas au secours.
Elle avait voulu gagner du temps ? Voilà... elle n'avait presque rien eu à faire. Cours Mary ! Va.
Sasha ne cria qu'une fois. Lorsqu'une douleur transperça le bas de son ventre et remonta tout le long de son corps.

Épuisée, la peau luisante, elle était encore recroquevillée sur le siège alors que le moteur redémarrait. La gorge sèche, nouée, elle tenta d'avaler sa salive en pleurant silencieusement, essayant d'ignorer le filet de sang qui coulait entre ses cuisses douloureuses. Elle réajusta maladroitement ses vêtements , les yeux baissés, le visage masqué sous un rideau de cheveux blonds emmêlés. C'était ça l'amour ? Cette douleur brûlante dans les entrailles, cette nausée qui vous prend la gorge, cette fusillade qui vous vrille les tempes ? Comment peut-on le désirer ? En faire un obsession ?
Sasha se sentait sale, souillée, honteuse. Elle n'avait pas attaché sa ceinture bien sûr, elle se tenait contre la portière, le plus loin possible du surveillant, les jambes replié contre sa poitrine, le front posé sur ses genoux. Dans l'habitacle, on l'entendait à peine pleurer. Simplement renifler de temps en temps.
Ezequiel allait trouver Mary... et ce serait pire. Il y avait bien son couteau quelque part, qui avait du glisser quelque part entre les sièges... mais elle n'avait ni la force ni le courage de s'en servir pour le moment.

Mais qu'as-tu fait Ezequiel... ? Que fais-tu ? Qu'as-tu l'intention de faire... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    Dim 12 Fév - 3:58

Silence, ma grande. Silence. Elle était délicieuse. Muée par de petit sanglots qui tranchaient sec avec le mutisme imposé par le surveillant, feignant être occupé à sa conduite pour éviter de succomber à l'envie, encore, toujours, de tourner le regard vers elle. Il mimait un intérêt vaseux pour la flore de l'endroit. Il avait déjà une créature merveilleuse sur le siège du véhicule. Une petite nymphette. Elle s'écrasait contre la portière, visiblement pas très à l'aise, fragile et tremblante. Et Ezequiel songeait qu'il serait mieux avec elle entre ses bras. Puis, révélation, il allait faire quelque chose de mal. Mal pour lui. Mal pour elle. Qu'importe. Elle lui avait promis la soumission, la dernière fois. Il s'en souvenait. Elle s'était enfuie. Elle avait voulu lui échappé. Réellement. "Je ne t'en veux pas, tu sais." Il aurait baissé le regard si la route n'était pas si abrupte. Pauvre Sasha. Pauvre elle. Sa main, instinctivement guidée par son affection pour cette petite chose, alla se perdre dans la lumière de ses cheveux. Non. Trop loin. Il étira son bras sans succès et lui demanda de s'approcher. Un peu. Juste un peu. Dieu, ce n'était pas sa faute. C'était elle. Pourquoi il avait fallu qu'elle se mette entre lui et Mary ? Dans d'autres circonstances, Ezequiel aurait accepté de l’amener. De la préserver de la violence de Henry. Mais lui aussi allait se mettre en chasse. Comme tout Anguish. Alors le surveillant songea qu'il était préférable que ce soit elle que Mary. Douloureuse alternative mais néanmoins nécessaire. Une moue éploré se dessiner sur son visage.

Tu sais ... Il ne faut pas que tu m'en veuilles. Je t'avais dit de rester. De m'écouter ... Maintenant, j'ai plus le choix, tu comprends ? Mais je te jure que je ne serais pas long. Juste ... Juste une heure. Ou bien deux. Pas plus. Le volant tourna d'un coup sec. Le véhicule s'arrêta bien que le moteur continuait de rouler son ronflement fatigué. Il tourna le visage vers elle. Sois sage, s'il te plait. Ne m'oblige pas à te courir après, toi aussi.

Lui ordonnant de sortir, il attrapa son fusil, l'épaula pour ensuite récupérer la jeune fille par le bras. Elle avait déjà deux ou trois bleus, ici et là. Ezequiel eut un semblant de sursaut en contemplant le résultat de sa propre violence. Il s'arrêta et ses doigts passèrent à la surface de sa peau, observant chaque parcelle de chair qu'il avait put abimer. De jolies couleurs en ressortaient. Comme des tâches de peinture. Reprenant ses esprits, il se remit en route sans lâcher son colis, quelque peu pressé. Chaque seconde perdues étaient précieuses. A quelques pas, on pouvait apercevoir le vieux taudis du garde-chasse. Bien qu'il y fut prouvé mainte fois, Ezequiel n'arrivait pas à croire que Henry vivait ce cloaque. Qu'il y dormait et y mangeait. Insalubre, sa cabane tombait en ruine. A peine bonne pour y aménager un local. Le surveillant hurla d'abord son nom. C'était un protocole bien rôdé. Henry ! Henry ! Sors ! Et puis on finissait toujours par frapper à sa porte à l'en faire sauter de ses gonds. Il avait tout bien respecté, avec soin et application. Il l'avait même insulté de sale con. Dans l'éventualité que le Henry soit devenu sourd entre temps. Ce qui était tout à fait plausible. Comme il était plausible de le retrouver en plein milieu de la forêt, étalé sur un lit de feuilles, filet d'écume à la bouche. Overdose. L'image lui paraissait tellement réaliste qu'il s'en inquiéta, une fraction de secondes. Ses doigts se resserrèrent avant d'attraper les épaules de l'adolescente. Une patte délicate caressant patiemment sa chevelure.

Ne t'inquiète pas ... Je serais pas long ... - Ouvre ! J'ai besoin de toi, Henry !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen    

Revenir en haut Aller en bas
 
Dead Man | Sasha Campfire et Ezequiel Mc Mortensen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Exorcistes d'Orpheo
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Version N°15 : Bang bang you're dead !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: