AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanity Rosenberg
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Sam 17 Sep - 21:47

Un pas sur le seuil de la porte, une main posée contre la porte qui, dans un bruit bien peu rassurant, s'ouvrait pour offrir à mon regard imprudent le premier aperçu de ce qui serait ma nouvelle jungle. Je t'entends crier au fond de moi, telle la brebis face au loup, toi, mon subtile effroi. Toi qui me sert les tripes alors que le bois glisse contre l'air, offrant une brise qui n'a rien de rafraîchissante. Je me dois d'avancer. Ne pas reculer. Je ne peux oublier ce que j'ai fait, pas non plus que j'ai aimé le faire. Je ne peux non plus effacer ce demi sourire qui effleure mon visage comme une présence que je ne peut chasser. J'ai peur. C'est indescriptible. Mais je suis forte. Je suis de ceux à qui on ne doit faire confiance. Je suis de ceux qui n'oublient jamais. Je ne suis... que mensonge.
Et c'est vêtu d'une simple robe, réchauffée par une petite veste, que Vanity fit son entrée dans ce monde qui l'engloutirait bientôt. Le bruit de ses talons claquants contre le seul fut le premier à faire écho. Comme il semblait vide, ce grand hall qui l’accueillait en silence. Et puis n'était-il pas ironique qu'elle doive débarquer seule, alors que les gardes avaient eu tant de mal à la maitriser pour la sortir de cette cellule qu'elle avait connu jusqu'à présent. Certes. Pourquoi laisserait-on un prédateur s'aventurer seul dans une nouvelle tanière, si ce n'est qu'un prédateur plus effrayant encore l'y attends ?

Voila donc que la jeune femme entrait, avec pour seul bagage cette vive impression que quelque chose allait mal tourner. Vous savez, ce genre de sentiment que vous n'êtes pas au bout de vos surprises et que, d'un moment à l'autre, quelque chose surgira de nulle part pour vous gâcher encore plus la vie. Vanity ressert un peu l'étreinte de sa veste contre elle, cherchant plus à se rassurer qu'à réchauffer ce décolleté quelque peu exagéré. Décidément, les personnes ayant choisi sa tenu n'avait pas vraiment de goût. Pour elle qui aimait les vêtements de dernières critiques, ceux-là même que l'on vendait toujours trop chers, se retrouver vêtu ainsi était presque un scandale. Non pas qu'elle était difficile, mais elle affectionnait particulièrement les vêtements propres, classiques. Se retrouver avec une robe fleurie qui lui moulait les courbes et qui offrait une vue bien trop étendu sur ses généreuses rondeurs ne lui plaisait pas trop.

Un bruit et les réflexions inutiles s'évanouissent. Elle stoppe. Pas nécessaire de continuer, voila que quelqu'un s'approche d'elle. Vanity lève le regard pour observer ce grand homme qui se dirige vers elle. Elle remarque tout de suite ce même demi sourire qu'elle porte si naturellement. Au fond du regard elle voit déjà ce besoin identique au sien. Et viens le moment où elle se demande. Aime-t-elle se sentir ainsi affronter par un prédateur semblable à elle, ou se sent-elle complètement désemparée, faible face à son manque d'outils pour faire couler ce précieux sang...

Voyons voir la suite de ton histoire, petite fleure...


Dernière édition par Vanity Rosenberg le Sam 17 Sep - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Sam 17 Sep - 22:53

  • Shean soupira longuement puis se décida enfin à quitter son lit. D'autres surveillants l'imitait en baillant ou en s'étirant. Lorsqu'il se redressa, des grognements de protestation s'élevèrent et l'un de ses "collègue" lui balança immédiatement son boxer à la tronche. Dès le matin comme ça c'était pas une bonne idée. Surtout que notre violeur entretenait pas de si bons rapports avec les autres surveillants pour la simple et bonne raison qu'au départ, c'est eux qui lui en faisait baver dans le temps où il n'était encore qu'un simple pensionnaire. C'était pas si vieux que ça en fin de compte. C'était le bon temps... mais pas autant qu'à présent il faut l'avouer ! Avant c'était à peine s'il avait le droit de péter. Aujourd'hui il pouvait fumer, baiser et torturer autant qu'il voulait ! Et même s'offrir des repas de luxe de temps en temps en cuisine alors pas de quoi se plaindre pas vrai ? Y avait juste ce soucis de dormir encore dans des dortoirs sans avoir sa petite chambre personnelle. Il était pas sociable de nature déjà alors vous imaginez... d'ailleurs ils devaient tous se dire la même chose. Ça n'avait pas empêcher Shean de faire comme d'habitude : dormir à poil. Seulement voilà, ça plaisait pas à ses petits compagnons. Enfin quoi merde ça va ! S'il avait plus le droit d'être à l'aise pour pioncer... Il répliqua donc au type qui lui avait balancé son fute dans le nez :

    - Hey ! Qu'est-ce que t'as à m'envoyer mon froc dans la gueule tout les matin ? Ta mère t'as jamais dit que la jalousie était un vilain défaut ? Tout le monde peu pas être comme moi. C'est pas ma faute si t'as une toute petite b*te !

    Oups. Il aurait peut-être du garder ça pour lui non ? Ouais. Le type en question lui jeta un regard noir et commença à s'approcher avec la tête de celui qui va commettre un meurtre. Hop hop hop ! Non il était encore trop jeune et trop beau pour mourir là ! Et c'était pas les autres timbrés qui allaient voler à son secours, faut pas demander la lune non plus. Bien... il allait devoir se débrouiller seul encore une fois. Seul et à poil. Géant. La seule idée qui lui vint alors à l'esprit fut d'agripper en deux temps trois mouvements ses fringues et de se tirer.
    Quoi ? Oui bon bah des fois faut savoir faire preuve de lâcheté pour sauver sa peau hein ! Pas envie de se prendre des pains dans la gueule et de transpirer dès le réveil ! Non mais je vous jure... plus personne n'a de respect pour son prochain de nos jours ! Si c'est pas une honte ça ! Bref.
    Shean courut comme un dératé (à poil toujours, faut le souligner), jusqu'à atteindre un endroit calme où il se glissa dans une pièce vide pour pouvoir enfin s'habiller. En espérant qu'il ait pas laissé tomber un truc en chemin. Parce que bon... fallait pas compter sur le Dirlo du coin pour construire un centre commercial où ils vendent des slips et des tee-shirt. D'ailleurs faudrait au minimum que quelqu'un ici ait un porte-monnaie plein ce qui était loin d'être le cas ! Mais retournons à notre petit mouton. Celui-ci avait réussit à garder toute sa tenue dans les bras et avait donc enfilé un jean et une chemise noire. Il partit donc à la recherche... d'un miroir. Bah oui fallait bien qu'il se coiffe maintenant il allait pas défiler comme ça dans le pensionnat sinon je vous dire pas la réputation.

    Une fois tout beau tout propre, il put enfin se détendre un peu. Alors qu'est-ce qu'il y avait de beau aujourd'hui ? Par curiosité, il alla fourrer son nez dans les "arrivées du jour". En général quand il venait il était toujours vide mais aujourd'hui, un nom y était inscrit : Vanity Rosenberg. Yes ! Une nana ! Finalement la journée commençait pas si mal que ça. Le sourire aux lèvres, il s'empressa donc de se diriger vers le hall. La nouvelle pensionnaire n'était peut-être déjà pas arrivée mais tant pis, on ne sait jamais !
    Mais il faut croire que notre violeur avait encore un peu de chance avec lui. En effet lorsqu'il arrivé à destination, la demoiselle en question venait juste d'arriver. Et quelle morceau mes amis ! Une fois assez prêt, un sourire sournois aux lèvres, notre jeune homme ne put s'empêcher de siffler cette superbe beauté.


    - Et bien, et bien... c'est pourtant pas mon anniversaire aujourd’hui.

    Peut-être que si mais ça faisait bien longtemps qu'il avait perdu le fil depuis. Ça faisait quoi... quatre ans ? Cinq ans qu'il était ici ? Environ. Pas autant sans doute mais peu importe ! Il avait devant lui une jeune et belle jeune femme enveloppée dans une petite robe charmante qui le laissait apprécier un corps fort alléchant. Voilà qui rendait notre violeur fou de joie vous vous en doutiez !
    Un sourire carnassier aux lèvres, il contempla encore un peu cette délicieuse créature en lui tournant autour puis s'arrêta face à elle et afficha un sourire un peu plus chaleureux.


    - Enchanté Mademoiselle Rosenberg ! Moi c'est Shean ! Mais tout le monde m'appelle....

    Bug. Shean avec tes conneries t'es pas prêt d'avoir un Oscar moi je te le dit. Tout le monde t'appelle Shean à point c'est tout. Il fallait toujours qu'il fasse le malin. Il toussota et ricana de sa bêtise avant de reprendre en étirant sur son visage un sourire Colgate :

    - Shean. Tout le monde m'appelle Shean. J'espère que tu n'es pas trop déçu par le décor mais on a une équipe d'entretien plus que médiocre ces temps-ci. C'est du 90B ?

    Demanda t-il sans aucune gêne en se baissant un peu sur l’affriolante poitrine qu'il devinait pourtant à peine sous la veste qu'elle avait sur elle. Attention la bête est lâchée ! Fermer les yeux de vos enfants je vous prie et bouchez-vous les oreilles ça vaux mieux ! Enfin bon c'est Shean Kurtis dans toute sa splendeur, on ne le changera jamais celui-là ! Pathétique...

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanity Rosenberg
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Sam 17 Sep - 23:27

Je me sens étrangement petite face à ce grand homme qui déblatère dans une assurance presque menaçante. Pourquoi ai-je peur ? Qu'est-ce que ce sentiment de panique qui m'emplit ? Moi, celle qui combattrait même un lion, voila que je sens un frisson effleurer ma frêle peau et m'indiquer qu'un danger me guète. J'affronte son regard dans une maitrise de moi-même qui m’impressionne. Plongé au fond de ce regard charmeur, je m'y perd. Comme il est impressionnant...

N'est-ce pas que la vie est cruelle ? Croyez-vous au karma ? Car bientôt aura lieu la punition de Vanity. Sa conséquence à tant de violence, sa réponse à tant de haine. Comme tu aurais du courir petite fleure, te rendre vite dans une pièce pour t'y cacher, t'y faire invisible. Mais voila, le destin en a voulu autrement.

Petite enfant perdu dans les méandres de situations trop difficiles, fillette troublée pour qui la vie semblait avoir pris une tournure des plus dramatique, voici qu'encore l'on ajoutait un scénario des plus lugubres à cette toile qu'on avait peinte à ta place, sans même te demander ton avis. Aurais-tu un jour un mot à dire sur les évènements à venir ? Sache, gamine troublée, que le monde s'acharne à faire de toi une incapable...

Et elle hoche de la tête, se retrouvant de nouveau dans le personnage de l'enfant apeurée. Elle se sent, pauvre petite, comme devant son père, attendant le verdict : aura-t-elle mal ce soir ? Sa réponse la fait rougir, ses joues prenant une douce teinte rosâtre, couleur qui doit sans doute enchantée celle qu'elle connaîtra bientôt comme son bourreau. Un instant, elle se demande pourquoi il connait son nom, puis en déduit rapidement qu'il doit être de ceux qui s'occupe des pensionnaires ici. A-t-il lu ton dossier, te demandes-tu ? Peu lui importe. Tu es sa proie et lui ton prédateur.

Doucement, tu baisses la tête, douce petite fille, cherchant un pardon que tu ne mérites pas. Voila qu'ainsi tu ouvre le grand rideau de cette scène dont tu seras la vedette. L'actrice principale qui, dans le rôle de sa vie, devra subir les envies du scripteur que devient dès lors ce cher Shean.

Et le sourire s'efface. La femme est redevenue enfant, esprit troublée dans un corps brisé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Dim 18 Sep - 0:36

  • Hum ? A la réflexion peut-être pas du 90B... Dans tous les cas peu importe, Shean est un croqueur de femmes et ce n'était certainement pas le tour de poitrines des demoiselles qui était le plus important. Il ne choisissait pas ses conquêtes simplement pour leurs beaux atouts, même si avouons-le c'était d'autant plus agréable. Non il se contentait parfois de bien peu tant qu'il pouvait se régaler et atteindre son but. Le viol. Il ne refuse pas non plus une bonne entente mais pour être honnête il préfère lorsque la donzelle montre ses griffes. Tout devient alors tellement plus excitant, surtout si l'on y mêle un peu de sang chaud et délicat ! Ah ! Rien que d'imaginer la scène il en avait des frissons. De quand datait son dernier viol ? Si l'on oublie la tragique tentative avec cette délicate petite blonde bien sûr. Alors ? Oh bon sang beaucoup trop de temps ! Hey Shean qu'est-ce qui se passe tu faiblis ?! Pas question ! L'arrivée de cette craquante jolie fleur était une aubaine, il allait pouvoir parfaire sa réputation et s'offrir un instant remarquable ! Et il comptait bien en profiter et rendre le moment inoubliable !
    Il s'attendait à recevoir une insulte ou même un gifle après avoir observé la poitrine de cette nouvelle pensionnaire d'aussi prêt mais ce ne fut pas le cas. Il releva donc les yeux sur elle, manifestement surpris, et s’aperçut qu'elle rougissait comme une petite vierge effarouchée.
    Attendez un seconde ! L’œil de Shean brilla un instant. Est-ce qu'il se faisait des illusions où est-ce que cette demoiselle qui paraissait si déboussolée face à cette observation était réellement... vierge ?! Oh attendez il n'y a que ce genre de jeune naïve intimidée pour réagir de cette manière ! Non ? Il fallait qu'il en soit certain ! Oh non l'occasion serait trop belle ! Shean se sentait comme un petit garçon sur le point de découvrir un trésor fabuleux. Mieux que ça encore !
    Et comme pour satisfaire encore davantage notre audacieux violeur, l'un de ses collègue (il ne s'agissait heureusement pas du type de ce matin), débarquait à son tour, pendant sans doute être le premier à pouvoir accueillir la nouvelle. Trop tard ! Shean était déjà sur le morceau ! Mais le plus intéressant c'est qu'il avait dans la main... le dossier ! Mais oui ! Comment avait-il pu l'oublier ?! Le violeur lui arracha donc des mains sur le champ, ce qui n'eut pas l'air de plaire à son comparse.


    - De-stress, Martin je te le rend !
    - Je m'appelle Hervé !
    - Pas de quoi s'en vanter.


    Son collègue eut l'ai de vouloir balancer son poing dans la jolie petite gueule de Shean mais finalement il se retint, lui lança un regard assassin et s'éloigna, visiblement sur les nerfs. Notre violeur, lisait déjà les détails croustillants de la première page. Et il tomba précisément sur l'info qu'il cherchait tant. Vierge. Elle était vierge ! Et bien oui il y avait toujours un petit papier laissé par le médecin. On va pas lâcher des pensionnaire avec une maladie extrêmement contagieuse qui pourrait décimer toute la population d'Anguish ce serait bête. C'est tout ce qu'il voulait savoir pour le moment. Il laissa donc le dossier tomber à terre et posa sur la demoiselle un regard des plus pervers qu'il soit, brillant de désir sous la pulsion qui l'animait. Une petite vierge craquante lui était servit sur un plateau. Non vraiment ça devait être son jour de chance !
    Il était tellement excité qu'il ne savait même pas par où commencer ! Il allait quand même pas faire ça ici sur le sol gelé, en plein milieu du hall où n'importe qui pourrait les surprendre ? Hein ? Tss... depuis quand Shean Kurtis se souci t-il de ce genre de détail ? Peu importe le lieu et l'endroit tant qu'il pouvait obtenir ce qu'il voulait. Et si quelqu’un les surprenait ! Bein... ce serait un veinard !

    Shean finit par se glisser derrière la jeune femme et posa ses mains délicatement sur ses épaules. Il entreprit alors, avec douceur, de lui enlever sa veste. Il se pencha ensuite à son oreille et lui murmura sur un ton suave :


    - Il ne fait pas si froid que ça ici. Je vais te débarrasser de ce truc tu seras plus à l'aise...

    La veste tomba sur le sol et les mains baladeuses du violeur se posèrent sur la taille fine de Vanity. Il dessina alors lentement ses courbes jusqu'en bas de ses hanches, laissant son souffle caresser la peau de la demoiselle avant de mordre tendrement ce joli petit cou qui lui était offert. Sa main droite glissa ensuite sur la cuisse, puis sur l'aine, partie extrêmement sensible. Il serra alors subitement la jeune femme contre lui et son bras libre vint enlacer la jeune femme par devant, l'obligeant à rester plaquée contre lui et l'empêchant de bouger les bras. Il ricana et la main baladeuse agrippa le tissu de la robe qu'il commença à remonter lentement.

    - Je crois que ça non plus tu n'en aura pas besoin ma jolie. Hum ? Qu'est-ce que t'en dit ? J'ai du mal à croire qu'aucun homme n'ait été assez entreprenant pour déflorer une aussi jolie plante... Mais ce n'est pas grave, je vais me faire un plaisir de m'en occuper.

    Ses deux mains agrippèrent alors le tissu au niveau de la poitrine et déchirèrent celui-ci presque tout du long. Il força ensuite la pensionnaire à se tourner ver lui et plaqua un baiser sur ses lèvres en la retenant par la nuque et au niveau de ses reins. Le spectacle venait de commencer...

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanity Rosenberg
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Lun 19 Sep - 10:25

Ce qu'il y a de toujours très amusants dans ce genre de moments, c'est l'espoir. Celui-là même qui emplis la jeune fleure, alors qu'un nouvel acteur vient rejoindre cette scène qu'elle tente déjà de fuir. L'homme, le regard plus calme, dégage quelque chose de bien plus rassurant que ce cher Shean. Comme un côté malsain qui n'existe pas... Ou du moins, qui semble insignifiant face au prédateur qui avait malheureusement choisi sa proie. Cette dernière qui, justement, avait entrouvert la bouche, une lueur au fond du regard, espérant inutilement que ce jeune homme la sortirait de cette désagréable situation.

Futile.

- De-stress, Martin je te le rend !
- Je m'appelle Hervé !
- Pas de quoi s'en vanter.


Non ! Voila que tu le vois s'éloigner, tel la lumière du soleil qui se cacherait derrière les montagnes. Ton coeur fait un bond. Comment n'aurait-il pas pu le faire, en sentant ce regard si vicieux, si inapproprié, se poser sur toi ? Ô pauvre enfant... Mais qu'attends-tu ? Cours ! Vole ! Échappe-toi de ce qui t'attend. Fuis ton destin, file, loin... Pour le peu que tu le pourras...

- Il ne fait pas si froid que ça ici. Je vais te débarrasser de ce truc tu seras plus à l'aise...

Et cette veste qui fuit ton corps au même rythme que ton courage. Le coeur qui stoppe. Le souffle court. Et puis ce froid qui s'engouffre au creux de ta peur. Ce besoin d'être vêtu, beaucoup, trop. Tu sens ces vilains doigts posés contre ta croupe, cherchant sans doute à apprécier ton immobilité, cette absence de réaction, ta stupeur.
Comme tout ceci est incompréhensif. Ce dégoût, cette envie. Ce frisson qui ne s'explique pas. Ce mélange entre l'envie de courir et la curiosité face à ce geste qu'encore tu n'avais connu. Pauvre enfant... Te voila déjà destinée à te briser...

C'est bientôt tout ton corps qui se raidit, alors que tes yeux s'écarquille et que ton dos fragile heurte le solide torse de l'homme qui te presse contre lui, posant ses mains là où tu ne les veux pas. La panique. Tu voudrais bouger, trop peu de liberté...

- Je crois que ça non plus tu n'en aura pas besoin ma jolie. Hum ? Qu'est-ce que t'en dit ? J'ai du mal à croire qu'aucun homme n'ait été assez entreprenant pour déflorer une aussi jolie plante... Mais ce n'est pas grave, je vais me faire un plaisir de m'en occuper.

Le bruit du tissu qui se déchire et déjà tu te retrouves face à lui. Il te retourne avec une facilité qui est loin de ne pas t'être alarmante. Ses lèvres s'emparèrent des tiennes et tu réalises enfin vraiment quelle tableau il a décidé de peindre à ta place. Tes sourcils s'hausse et un violent claquement se fait entendre... Pauvre petite fleure... Qu'as-tu fait ?

C'est d'une gifle que tu lui as répondu. Un instant passe, court, mais si pesant. De nouveau, vos regards se croisent, mais cette fois-ci, ce que tu y lis ne te laisse pas stupéfaite, figée de peur. Au contraire, c'est ce simple regard qui te fait finalement réagir. Et d'un élan, la jeune enfant se retourne, court, vole...

Tu l'as vois, là ? La porte qui donne accès à tu ne sais où. Cette poignée qui semble détenir en son reflet doré, ce salue que tu implores tant. Et tes pas se soulèvent, tes talons martelant le sol en un bruit que tu n'entends pas. Oui, vas-y ! Court ! Atteint-là !

Et tandis que les doigts de l'enfant frôlent enfin le métal froid, l'ombre du grand homme l'engloutit déjà, sa présence déjà étouffante derrière son dos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Dim 25 Sep - 21:52

  • C'était si agréable d'être craint. Dès que Shean avait posé les yeux sur cette fille, il avait sentit sa peur et sa méfiance envers lui. Il ne lui avait pourtant encore rien fait. Peut-être dégageait-il quelque chose d'effrayant ou bien l'endroit l'avait vite mise sur la piste. Dans ce genre d'endroit, les habitants ne peuvent qu'être malhonnête pas vrai ? On était pas loin de la vérité. Heureusement tout le monde n'était pas comme Shean ! Sinon je vous dit pas, ce serait pire que maintenant ! Pire que l'enfer. Cette jolie pensionnaire devait être d'accord sur le sujet. Elle était tellement terrifiée qu'elle n'osait même pas bouger. Il la sentait trembler sous ses doigts et de toute évidence, ce qu'il lui proposait là n'était pas du tout à son goût. Le contraire l'aurait étonné du reste. Il trouvait bien plus drôle qu'il y ait un peu de complications. Shean était un chasseur qui aimait jouer avec ses proies avant des les mangers. Il il n'y aurait pas d'exception pour cette fille. Sa réputation n'était plus à faire, mais elle était à entretenir. Il ne fallait pas que les autres filles pensent qu'elles avaient enfin un répits. Oh que non ! Shean serait toujours là, dans les couloirs, attendant de pouvoir sauter sur l'occasion. Peut-être un peu moins ces temps-ci, c'est vrai. Et la raison de ce manque d'activité portait le nom de Bethany. Heureusement, les pensée de Shean n'allaient pas vers elle à cet instant. Sinon il aurait réfléchit à dix fois avant de se jeter sur cette fille. Mais le cerveau pour le moment se trouvait plus bas que la normal si vous voyez ce que je veux dire. Difficile donc de lui faire entendre raison. La chasse était ouverte. Il tenait bien fermement ce joli petit morceau de chair entre ses griffes mais arriver à terme n'était si facile que ça aurait pu l'être. Car si au départ la demoiselle était incapable de remuer le petit doigt, elle eu tôt fait de se rattraper. Il fallait s'y attendre. Shean reçu donc une gifle violente et sa petite souris lui fila entre les pâtes, courant vers ce qu'elle espérait être la liberté. Mais c'était peine perdu, et Shean se remit vite de cette attaque pour lui courir après. Oh non petite fleur, tu ne pourras pas y échapper. Notre violeur était bien décidé à s'occuper de cette petite garce jusqu'au bout. S'il avait su qu'un certain asiatique avait posé les yeux sur la scène il aurait donné encore plus de cœur au spectacle mais ce n'était pas le cas. Les caméras filmaient un peu tout dans le pensionnat mais cette petite perle devait encore l'ignorer. Bien heureux pour elle.

    La pensionnaire n'eut donc pas le temps d'ouvrir cette porte vers laquelle elle s'était élancée. Shean l'agrippa de nouveau, l'enlaçant fermement pour qu'elle ne puisse pas se dégager. Peu importe le temps que ça pendrait, cette fille finirait comme toutes les autres. Au final elle avait bien de la chance qu'il n'ait pas pour habitude de tuer ses victimes. Et bien oui il faut voir le côté positif de la chose. Si elle était tombé sur un tueur ça aurait pu très mal finir. Elle le comprendra plus tard. Shean se pencha sur l'oreille de la jeune femme et ricana.


    - Tu veux entrer là-dedans ? Je te le déconseille, ça mène seulement à un bric-à-brac rempli de balais et de toiles d’araignées.

    Il la plaqua violemment le dos contre le porte en question, prenant garde à cette fois à ce qu'elle ne puisse pas le frapper. Il bloqua surtout ses jambes au cas où elle aurait la riche idée de lui envoyer le genoux entre les jambes. A force de se prendre des coups de ce genre on finit par être attentif. Il était également plaqué contre elle, souriant en observant la robe déchirée. Il attrapa rapidement un lacet qui trainait dans sa poche. Et bien oui, il faut bien qu'il ait des outils lui aussi. Ça lui rappelait parfaitement ce jour où il avait violé Ivy. Il s'y était pris de la même manière. On ne change pas les bonnes techniques. Il lia donc solidement les mains de la jeune femme de la jeune femme derrière son dos. Il avait ainsi les mains libres. Il en profita pour glisser ses mains sur les cuisses et les fesses de la jeune femme, remontant largement la robe abimée. D'ailleurs celle-ci ne servait plus à grand chose. Il fit glisser d'un coup sec les bretelles de son soutien gorge, mettant à nue sa poitrine alléchante qu'il mordilla doucement puis plus sauvagement. Voilà une victime dont il allait pouvoir profiter longuement et à sa guise.
    Il enleva sa propre chemise qu'il laissa tomber sur le sol, puis détacha sa ceinture et se débarrassa de son jean. C'est quand même beaucoup plus pratique et agréable pas vrai ? Ensuite sans prévenir, il frappa violemment la pensionnaire, de sorte qu'il puisse la jeter à terre. Le sourire aux lèvres, il prit le temps de se déchausser puis revint vers la jeune femme, s'agenouillant près d'elle. Il l'agrippa alors par les cheveux pour redresser son visage.


    - Détends-toi va, ce sera moins désagréable que tu ne le pense. Si tu te tien un tout petit peu tranquille je n'aurais même pas besoin d'être violent. C'est toi qui voie.

    Faire couler son sang était plutôt un idée excitante. d'ailleurs au cas où l'idée lui passerait par la tête, il n'aurait qu'à attraper le couteau coincé dans sa ceinture. Shean s'installa finalement à califourchon sur la demoiselle. Il y avait peu de chance qu'elle s'en sorte ainsi. Le lacet était solide et notre violeur particulièrement motivé. Il termina d'arracher la robe et le soutien gorge, mettant entièrement à nue la jeune femme aux formes appétissantes. Il se pencha sur elle, caressant alors sa poitrine et dévorant son cou tout en collant son corps contre le sien de manière ostentatoire. Ses mains étaient de plus en plus baladeuses et il referma de nouveau ses lèvres sur celle de sa victime, tentant de briser la barrière de sa bouche avec une langue avide.
    Après sa défaite face à la petite blonde, notre violeur avait bien l'intention de se rattraper sur ce coup là.

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanity Rosenberg
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 28
Date d'inscription : 29/08/2010

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Mar 27 Sep - 8:59

La peur, celle qui tue. Celle qui glisse contre vous, s'immisce en vos veines, vous glace ce précieux sang qui semble stopper au même instant que ce pauvre coeur qui n'en peut déjà plus de battre. Voila que pour toi, petite fleure, cette insidieuse sensation t'attrapait, telle la main morte de cette vie qu'on t'avait choisi. Fragile tu étais, comme jamais tu ne l'avais été, et tu le savais bien. Tu avais paru si forte, lorsque tu avais assassiné. Pour toi qui avait pris la vie, voila que tu connaissais la même sensation que tes précédentes victime. Cette effrayant perte de contrôle, cet affolant moment où plus rien ne t'appartenait.

Le corps de l'homme, de ce Shean, vint à ta rencontre, mais tu ne put crier. Comment aurais-tu pu, toi pour qui les paroles n'étais. Toi qui n'avait laissé les sons t'échapper qu'au moments les plus jouissifs de ta vie. Ces moments où tu avais sentie la liberté, le pouvoir, la force. Tout ce passa si rapidement. Cette horrible étreinte, promesse de souffrances. Ton dos qui heurtait bruyamment le bois solide de cette porte où tu avais naïvement cru trouver ton salue.

- Tu veux entrer là-dedans ? Je te le déconseille, ça mène seulement à un bric-à-brac rempli de balais et de toiles d’araignées.

Avait-il sifflé de sa voix changée. Il était excité. Agité tel un carnivore devant lequel on agitait un bout de chair saignante. La panique te gagnant toujours, tu te sentie comme avec Papa. Apeurée, effrayée par la douleur qui allait venir. Tu la voyais avant même la sentir. Tu savais, comme la proie sais que son heure est venu. Tu ne pouvais que regarder, vivre cette scène, ce tableau que l'on peignait à ta place. Ces liens qui, sorties de nul part, vinrent entravé ta seule défense.

Les mains parcourant sans gêne son corps encore chaste, la fleure se sentie déjà souillée par la saleté des mains de l'homme. La peau qui picotait, l'envie de hurler, sans jamais pouvoir. Le savait-il ? Ce porc l'avait-elle choisi pour victime car il savait qu'un vilain traumatisme l'empêchait de parler ? Avait-il comprit qu'elle ne crierait pas, que personne, non personne, ne viendrait l'aider le moment venu, celui-là même où il lui prendrait son innocence ?

Tes yeux s'écarquillèrent, tentant plus que tout de fuir les siens, déjà avare de toi. Ta poitrine mise à nue, c'est là que tu versas ta toute première larme. Comme c'était douloureux, cette sensation de perdre le contrôle. De ne pouvoir rien faire alors que la douleur approchait ! Tu aurais du courir, petite fleure ! Ne jamais venir ici ! Ne jamais tout raconter au docteur ! Ne jamais tuer ! Ne jamais montrer tes blessures... Ne jamais naître...

C'est les yeux fermés, les mains crispées derrière ton dos, que tu enduras silencieusement les caprices de ton agresseur contre la délicatesse de tes seins. C'était la toute première fois que l'on y touchait. Le tout premier instant où quelqu'un y déposait ses lèvres. Tu en frémis, rougissant d'abord de ne pas trouver le geste désagréable. Puis vint la douleur des dents qui agrippaient ces petits pédoncules de sensations. Les larmes devinrent plus nombreuses au bord de tes grands yeux qui faisaient tout pour ne pas regarder ce traitement que l'on t'infligeait. Mais bientôt, les paupières s'ouvrirent de nouveau, alors que les gestes ne t'étaient, pour un court instant, plus adressés. Pourquoi ? Pourquoi enlevait-il aussi ses vêtements ? Non ! S'il-te-plait ! ARRÊTE !

Te voila par terre, le visage enflammé par le coup que tu viens de recevoir. Les petites perles salines afflux sur tes joues, offrant une averse de peur, un triste rideau de terreur. Et doucement tu te mis à trembler. Non pas de froid, mais d'effroi. Alors que Shean agrippait ta douce chevelure d'ébène pour redresser ton visage et te forcer à le regarder, tu entendis ses paroles telle une promesse violente, un écho d'indécence.

- Détends-toi va, ce sera moins désagréable que tu ne le pense. Si tu te tien un tout petit peu tranquille je n'aurais même pas besoin d'être violent. C'est toi qui voie.

C'était affreux, n'est-ce pas ? Ce désagréable mélange de chaleur et de froideur. L'inconfort de tes poignets prisonniers, cachés derrière ton dos, t'écrasant les doigts. Tu n'avais pas imaginé cela ainsi. Tu y avais plutôt vu un homme simple. Ni trop beau ni trop laid. Une personne qui t'aurais aimé. Une être qui, malgré tes erreurs t'aurait pardonné. La douceur était ce que tu avais souhaité, espéré. Dans tes rêves, c'était un homme tendre, qui prendrait son temps. Tu t'étais longtemps imaginé t'offrir à quelqu'un qui n'aurait pas peur de toi, de ton mutisme, de ton envie de sang...

Mais voila. Voila qu'en les cieux on avait tracé un destin tragique. On avait, pour toi, choisi des drames, des difficultés. Pour toi, petite fleure, l'épanouissement ne viendrait jamais. Tu ne connaitrais jamais la floraison et continuerais ainsi toute ta vie, tentant vainement de survivre dans ce monde auquel tu n'appartenais pas vraiment. Pourquoi, douce enfant ? Pourquoi les dieux t'avaient-ils choisi ? Comment pouvaient-ils ainsi s'acharner à tuer l'âme d'une gamine qui, au fond, n'avait désiré que la tendresse de son père, la gentillesse de son entourage... l'amour d'un homme...

Puis ton corps se dévoila tout entier à ton assaillant, ce vile prédateur qui ferait de toi sa victime. Seul le fin tissu de ta culotte cachait le reste de ton corps, mais ce n'était plus ta nudité qui t'affolait. C'était cette langue. Cette inquisitrice qui ne fut pas le bienvenue entre tes lèvres. Cette chaleur qui surplombait ton corps. Le sien qui se pressait contre tes formes. Tu te perdais lentement, mais surement. Bientôt, tu serais bien plus brisée que tu ne l'étais déjà. Et ce gentil Shean fera de toi celle que tu deviendras. Il sera la main qui te façonnera. Celle qui te rendra folle, complètement perdu dans les limbes de ton esprit tordu, de tes peurs trop tangibles, trop présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   Lun 3 Oct - 22:07

  • Ah les femmes ! Splendides créatures n'est-ce pas ? Qui donc en doute ? Oh bien sûr elles peuvent se montrer aussi agréables que des harpies mais leur cors est si beau à regarder, à toucher, à sentir... Shean y voyait là un véritable plaisir. Combien de temps maintenant avait-il prit cette mauvaise habitude ? Celle de violer ces jolies inconnues ? 5 ans ou peut-être plus et il ne s'en lassait pas. Dans le fond il ne s'agissait pas simplement d'assouvir des pulsions sexuelles, auquel cas il se serait trouvé une minette assez généreuse et s'en serait contenté plus ou moins. Un peu libertin sans doute mais pas violent. Non, non il n'y avait pas que ça ! C'était une vengeance, une sensation de force et de puissance, le plaisir de détruire sans jamais faire couler le sang. Enfin presque jamais. Y mêler quelques gestes de torture était très excitant mais il n'en usait pas beaucoup. Comme toutes les bonne choses, il faut les consommer avec modération Et puis malgré les rumeurs, notre foudroyant violeur s'était un peu assagit. Ce n'est pas flagrant et pourtant c'est bien le cas. Prétexter que c'est simplement parce qu'il perd de son efficacité ou que les filles se font rares serait mentir ! N'importe quoi ! Non mais il avait finit par ne plus en ressentir l'envie aussi fréquemment. Petit à petit il semblait apaiser sa haine et sa jalousie pour les femmes. Disons qu'il se réconciliait un peu avec elles... un peu. Pourtant il avait enduré des tas de souffrances à cause d'elles ! Pendant 17 ans avec sa mère et puis ici et là, avec des aventures qui se terminaient mal. Souvent par sa faute il fallait bien l'avouer. A croire que l'amour, à peine accroché à lui, s'envolait déjà à tire d'aile sans demander son reste. Il n'était pas un bon parti c'est sûr, faut être honnête ! Ce qui n'avait pas empêché plusieurs demoiselles à craquer pour lui et à s'offrir corps et âme dans l'espoir de le voir changer. Dommage... ça n'avait pas marché. Shean ne changerait sans doute jamais.
    La preuve. Il venait tout juste de débuter une fabuleuse histoire avec une fille dont il était raide dingue... et il avait déjà sauté sur deux pauvres femmes innocentes. Rien ne parviendrait donc à l'arrêter ? Rien ni personne ? Quelle déception ! Il n'y avait finalement rien à tirer de ce type là !

    Sa victime du moment était tellement détruite par ce qui lui arrivait qu'elle se débattait à peine. Un peu troublant c'est vrai mais Shean ne se démonta pas. Il n'avait pas l'habitude de ressentir une quelconque pitié pour les filles qu'il violait. Et avouons que c'était bien plus pratique, il n'allait pas se plaindre. Ça lui rappelait un tout petit peu cette autre fille... Autumn. Celle qui s'était quasiment donnée à lui dans le grenier en échange d'un peu de drogue. Certaine sont si facilement manipulables !
    Elle tremblait sous ses caresses mais ne hurlait pas, ne le suppliait pas. Est-ce qu'elle était muette ou réalisait-elle seulement que ça ne servirait à rien ? Peut-être les deux. Ah ! Il aurait du mieux lire le dossier médicale, il aurait pu comprendre. Mais il n'avait lu et retenu que l'information qui l'avait intéressée. C'est-à-dire, que cette demoiselle était vierge. Un magnifique cadeau en perspective !
    Notre homme ne se pressait pas, s'éternisant sur le corps de la jeune femme à l'aide de ses mains, de sa bouche et de son corps tout entier. Ses doigts caressaient l'intimité de sa victime, sa bouche se gavait de ses lèvres. Ce petit manège l'excitait et lui vidait l'esprit. Un moyen comme un autre après tout ! Certains préfèrent aller courir dans le parc, d'autres se plongent dans un livre... et Shean violait ! Il faut respecter le choix des autres non ?
    Au bout d'un moment, le violeur cessa d'embrasser sa conquête et le souffle court, il l'observa un petit instant sans rien dire, comme s'il tentait de déchiffrer quelque chose sur son visage. Finalement il se pencha un peu plus à son oreille et lui murmura d'une voix étrangement chaleureuse, presque tendre :


    - Allez, écarte les jambes.

    Que c'est romantique, n'est-il pas ? Son ton ne s'accordait pas du tout avec l'ordre ça c'est sûr ! Comme s'il tentait de la rassurer un peu et de paraître moins mauvais qu'il ne l'était. Peine perdue !
    Remarquez, son visage avait perdu de sa froideur et de son sarcasme. Bizarre... il avait pourtant toujours gardé ce masque lorsqu'il s'en prenait ainsi à des femmes. Est-ce qu'il s'attendrissait en effet ?
    Shean se chargea lui-même de l'y obliger un peu. Il était plus costaud que cette fille et de toute manière il ne lui laissait pas vraiment le temps de réagir. Son sexe se pressa contre le sien. Il ferma un instant les yeux et lorsqu'il les rouvrit, il avait de nouveau ce regard glacial et sans pitié. Un type tendre et gentleman aurait été doux et sensible. Mais pas Shean. Pas aujourd'hui. Pas avec elle. Il la pénétra avec toute la brutalité dont il était capable, un mouvement de hanche brutal avec lequel il semblait relâcher toute la colère qu'il ressentait. Colère envers lui-même ? Qui sait ? Il agrippa une des jambes de sa victime qu'il redressa jusqu'à son épaule, ne lui laissant pas le choix. Il la dominait tout à fait, se fichant bien de ce qu'elle pouvait endurer ou de ce qu'elle pouvait penser. Il la regardait bien en face, se délectant de voir les réactions de ce visage meurtrit. Il agrippa sa gorge frêle dans une main d'acier et serra, emprisonnant de nouveau ses lèvres dans les siennes. Il continua ainsi, la réduisant à l'impuissance. Il ne lâcha sa gorge que lorsqu'elle frôla ses limites.
    L'acte semblait s'éterniser et plus le temps passait plus le visage de Shean changeait. Au bout d'un moment il cessa, essoufflé. Il n'avait pas jouit. Il y avait quelque chose en moins, quelque chose qui le dérangeait et le mettait mal à l'aise. Il avait eu l'esprit ailleurs et c'est ce qui le faisait enrager.

    Il se retira et enfila ses vêtements en silence. Où étaient-donc passés ses sarcasmes habituels ? Les moqueries et l'irrespect qu'il avait toujours envers les filles qu'il violait ? Y avait un truc qui clochait, c'est sûr ! Shean reprend-toi enfin ! Dis-lui quelque chose à cette pauvre fille, n'importe quoi ! Qu'elle est bonne, que tu reviendrai lui faire une petite visite, que t'avais apprécié... n'importe quoi ! Vas-y !
    Mais non. Il ne dit rien. Il ne la regardait même plus et reboutonnait sa chemise avec un air grave. Ses doigts tremblaient légèrement.
    Appelez un médecin il va pas bien là ! On dirait qu'il va nous faire un malaise !
    Shean passa une main sur son visage, puis il s'éloigna. Comme ça. Sans rien dire ni j=lancer un dernier coup d’œil à sa victime sur le sol. Sans même avoir l'amabilité de la détacher. Ça ne lui ressemblait décidément pas du tout.

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même la plus parfaite des fleurs finira par se faner... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Même les plus belles fleurs finissent par se faner... [PV Ana - Margot]
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Vin de fleurs de sureau
» Le langage des fleurs... Petit test...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: