AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Felloway
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 33
Date d'inscription : 09/12/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: 17 ans, complètement barrée ça suffit comme raison ?
Affinités:

MessageSujet: Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]   Lun 10 Déc - 20:29

Les pensées étaient encore un peu brumeuses et Jade se demandait comment elle avait réussi à avancer dans l'allée avec ses deux petites valises, elle ne s'en souvenait même plus...Tout était flou, tellement flou. Elle avait poussé les larges portes de l'entrée et se retrouvait à présent dans un hall. Un grand hall, imposant, impressionnant, où elle eut la désagréable impression d'étouffer. Les lourds battants des portes claquèrent dans son dos, elle se retourna, lentement, pour les observer alors que ses mains lâchaient ses valises.
Elle porta une main frêle jusqu'à son front pâle puis s'accroupit près de ses valises pour ouvrir la première, ne sachant pas le moins du monde ce qu'elles pouvaient contenir. Son attention fut attirée par une enveloppe soigneusement déposée au dessus des vêtements. Elle la porta à son nez, un parfum, léger, enveloppant de tendresse. Le parfum de sa chère maman. La jeune femme se redressa, l’enveloppe entre les doigts et eu un rire froid, cynique, qui se répercuta en écho lugubre sur les murs du hall.

L'enveloppe fut ouverte dans un geste sec avant de finir froissée et jetée négligemment sur le sol. Elle déplia la lettre et la parcouru, les premiers mots lui tirèrent une moue dégoutée, le reste de la missive changea son visage angélique en un masque de rancune et de haine meurtrière.

« Ma chère petite fille,

Ton père et moi-même avons eu toutes les peines du monde à prendre la décision de te confier à ce centre, mais le psychiatre nous a bien fait comprendre que c'était pour ton bien. Tu dois te faire soigner Jade, et quand cela sera fait, tu nous reviendras, et nous pourrons te prouver tout notre amour.

Mon enfant, j'ai le cœur déchiré par ce que nous te faisons subir là, et je me doute que tu dois nous en vouloir terriblement, cependant j'espère que tu redeviendra la fille aimante que je connaissais et que tu comprendras que ce n'est pas contre toi, mais pour toi, dans ton intérêt que nous avons fait cela.

Écris-nous souvent, je t'aime.

Maman »

Jade froissa la lettre qu'elle jeta également sur le sol avant de l'écraser du pied. Elle ajusta sa courte veste de cuir, vérifia son jean sombre qui semblait ne pas avoir trop souffert du voyage et fit de nouveau volte face. Son visage baissé, elle releva les yeux sur ce qui l'entourait, un regard froid, calculateur. Elle murmura alors :

« Ho oui tu vas me retrouver ma chère maman, plus vite que tu ne le crois, et tu n'oublieras jamais à quel point je peux t'aimer... »

Ses mèches brunes retombaient en cascade sur ses épaules et quelques unes venaient masquer une partie de son visage. Elle eut un petit rire, la folie l'emmenait, la destruction l'attirait et elle prenait un plaisir morbide à imaginer comme elle entendrait ses parents hurler lorsqu'ils seraient de nouveau entre ses mains. On ne la rejetait pas de la sorte sans en subir les conséquences, ils l'apprendraient, et ce serait la dernière chose qu'ils apprendraient dans leur misérable existence.

Son regard arpenta les environs, elle soupira légèrement et d'une voix enfantine elle se mit à chantonner :

« Où sont les jouets dans la grande maison vide.
Les rires d'enfants et leurs sourires candides ?
Où sont les fleurs et les cœurs en papier
Que de mes ongles j'aime tant déchirer ? »

L'air était celui d'une comptine, même si les paroles l'étaient beaucoup moins...
Elle eut de nouveau un petit rire, tournoya sur elle même, les mains se levant vers le plafond et s'arrêta brutalement, reprenant sa posture initiale, elle avait entendu un bruit et son regard restait braqué dans la direction d'où il semblait provenir. De nouveau elle ouvrit la bouche dans un :  « Chut petit oiseau tu fais beaucoup de bruit tu sais... », qui amena un doigt osseux devant ses lèvres rougies alors qu'elle penchait légèrement la tête sur la droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Maracci
Nouvelle Tête...
Nouvelle Tête...
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 23
Crainte : Le fouet
Humeur : Satisfait
Date d'inscription : 22/02/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]   Mar 11 Déc - 22:37

Un coeur solitaire
Errant sur les chemins
Apprivoise le désert
Tel est donc son destin…


C'est seul, donc, que Gregory quitta le réfectoire. La solitude lui paisait de plus en plus. IL se refermait un peu sur lui meme au fil des jours. Les autres pensionnaires l'évitaient un peu. Le bruit courait de plus en plus que quelque chose n'allait pas chez lui. Personne ne savait vraiment donc, mais tout le monde commencait a se douter qu'il y avait quelque chose. C'est assez pathétique apres tout, les autres avaient tres certainement fait des choses horribles apres tout?

Gregory marchait, sans trop savoir ou il allait. Il était pensif; évasif. Il ne savait plus depuis combien de temps il était la, il n'y avait aucune mesure. Le jour de son arivée à Anguish était pour lui un souvenir lointain. Il était désormais pensionnaire depuis un moment. Il connaissait le chateau par coeur et avait deja ces petites habitudes.

Gregory n'avait plus de poches de sang vivantes, du moins, impossible de mettre la main dessus. Depuis plusieurs jours, Grégory n'avait eu aucune nouvelle. Sa petite balade pourrait meme lui permettre de tomber dessus avec un peu de chance... pour se nourrir et éventuellement lafaire payer de lui avoir échappée. Malgres tout, il avancait pensif...

Une bonne demie heure plus tard, Gregory maraudait toujours dans les allées du chateau, en choisissant ses directions presque au hasard, sans y penser. Un ésprit libre dans un corps libre? Quoi que un peu asservi pas son addiction au sang et son obsession de vengeance.

Gregory arrivait enfin dans le hall d'entrée. Il se sentait un peu enférmé, il avait idée d'aller faire un petit tour dehors mais une curieuse jeune fille lui fit changer son programme de l'apres midi. Elle était la, au milieu du hall d'entrée, avec ses bagages. L'air complétement paumé et ébahit de se retrouver ici. Elle avait l'air un peu innocente, naive meme. Le genre meme de fille que Gregory se faisait un plaisir de manipuler. Peut etre pourrait il meme profiter un peu de ses veines. Ce qui est génial avec les filles timides, c'est qu'elles sont sages et obéissantes et n'ouvrent pas leurs bouches à des tierces personnes pour ne rien dire. Gregory sortait sa langue et essuyait ses lèvres. Il était bien sur loin d'imaginer le revers du mirroir; la double personnalité de la jeune femme qui pourrait tres bien lui apporter plus d'ennuis que prévu.

Néanmoins, Grégory approchait d'elle. Histoire de prendre contact avec (on peut le dire) cette charmante créature.

- Salut.

Gregory vit a ses yeux que sa présence l'avait quelque peu coupée dans ces pensées.

- Je peux t'aider?

Elle n'avait pas l'air méchante, bien au contraire. Mais Gregory devrait vraissembablement apprendre quelque peu à se méfier des apparences...Grégory était détendu, face a elle, en attendant de faire plus amples connaissances...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Felloway
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 33
Date d'inscription : 09/12/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: 17 ans, complètement barrée ça suffit comme raison ?
Affinités:

MessageSujet: Re: Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]   Mer 12 Déc - 19:38

La tête penchée, les yeux mi-clos, Jade observait la personne qui approchait. Elle remuait les lèvres sans qu'aucun son ne filtre de ses cordes vocales. Lorsqu'il la salua, la jeune fille redressa la tête pour le fixer, un sourire innocent venant illuminer son visage. Elle plongea son regard clair dans les iris du garçon, ses yeux pâles semblant prêts à sonder son âme. Alors que ses prunelles se faisaient plus incisives, son sourire s'élargit, dévoilant une dentition soignée, suivie d'une voix claire, légèrement enfantine.

-Salut !

Le ton était léger, enjoué même, et la jeune femme vint entortiller du bout des doigts la mèche rebelle qui lui retombait devant le visage, accentuant cet air de gamine un peu paumée, candide, et surtout faussement inoffensive. Elle papillonna des yeux un petit moment, jaugeant intérieurement l'individu qui se trouvait face à elle. Son esprit bancal cherchait à savoir à savoir, non pas s'il faisait partie de la catégorie amis ou ennemis, mais bel et bien s'il était une proie ou un prédateur, unique forme de classification de notre adolescente.

Serait-il un jouet sans importance qu'elle pourrait briser entre ses doigts quand la lasserait ou un concurrent potentiel, voir pire, un danger ?
Rien, pour l'instant, ne lui permettait de se prononcer sur ce fait, et dans le doute, Jade conserva son air enfantin.
Le fait qu'il lui propose son aide, en l’occurrence, ne voulait pas dire grand chose. Nombre de gens le faisaient spontanément que ce soit par habitude, envie, éducation, ou toute autre raison.

Elle se mit à passer d'un pied sur l'autre, ses ballerines venant, chacune leur tour, tapoter sur le sol du grand hall. Elle tourna légèrement la tête vers ses valises. A vrai dire elle se fichait pas mal de leur contenu, mais un soupçon de lucidité lui dit qu"il serait judicieux de conserver le peut qu'elle possédait encore. Jade se rendit compte que, balancée ici comme un colis indésirable, elle ne savait ni où elle était, ni où elle devait se rendre. Un éclair de fureur traversa son regard, furtivement. Elle secoua la tête, laissant retomber les bras le long de son corps osseux, prenant un petit air désemparé.


-Je crois que oui.


Elle poussa un petit soupir et saisit la première valise alors qu'enfin, elle se présentait à l'inconnu.

-Je m'appelle Jade.

C'était tout, son regard sembla survoler tout autour d'elle, les yeux humides, elle baissa la tête comme si elle allait se mettre à pleurer, sa voix se fit chevrotante.

-Ils m'ont envoyée ici parce qu'ils ne voulaient plus de moi.

Elle prit le temps de respirer profondément avant de relever le visage, comme pour se ressaisir. En réalité, ce petit temps lui servit à effacer son sourire carnassier pour le remplacer par une moue déconfite. Elle ajouta :

-Je ne sais pas trop où je dois me rendre.


Elle eut de nouveau un petit soupir et fixa un instant le sol, comme si elle était gênée d'avoir montré son trouble. Ses doigts serrèrent un peu plus la poignée de son bagage, seul signe qui pouvait vraiment, si on la connaissait bien, trahir son envie imminente de "jouer".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée au parfum d'héllébore [ Gregory Maracci]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Le parfum des roses d'hiver
» Un parfum de sulfure.
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le pensionnat : Rez de chaussée :: Hall d'entrée-
Sauter vers: