AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dear Kitade... (PV Keiji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keira Benett
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 2280
Age : 24
Avatar : : Kristin Kreuk
Date d'inscription : 14/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Dear Kitade... (PV Keiji)   Dim 15 Avr - 16:04

    Jamais rien n'était bon à entendre à Anguish. On entendait souvent parler de meurtre, de sang, de dangers qui courts mais aussi d'histoire d'amour comme partout. Anguish était la pire prison possible car ici il n'y avait aucune limite. Les pensionnaires n'ont aucun moyen de communication avec l'extérieur, ils n'ont pas accès à la télé et encore moins à la radio, y avait-il un instrument à Anguish d'ailleurs? La seule occupation possible était la préparation au combat, le jeu entre pensionnaires (souvent sanglant), la libido ( sans moyen de protection bien sur), l'attachement des fois trop importante envers certaines personnes et le trafics de cigarettes et d'armes.
    A Angusih il y avait une hiérarchie bien établi, le plus fort est bien souvent celui qui a le plus gros gabarits mais peut être était-ce aussi celui possédant les meilleurs instruments. keira pour sa part était passée de pensionnaire à surveillante en sept années de vie en ces lieux. Elle avait été une drogué avec des crises de paniques très prononcé à l'approche d'un quelconque individu, à une personne plus tendre et pour la première fois amoureuse, pour finir par se laisser bercé par la ballade d'Anguish et devenir une personne à la cruauté sans égale. Une personne plus belle physiquement aussi, passant de la fille au cheveux long, gars et emmêler cachant son visage d'ange, à celle d'anorexique avancé pour finir par devenir cette fille d'un poids tout à fait normale, à la peau plus mate qu'elle n'avait jamais été, aux joues rosies par la chaleur de ces derniers jours et le regard agrandis par un maquillage plus pointu qu'il n'avait jamais été. Keira avait vraiment changé et pourtant au fond elle restait la même. Cette petite fille perdu qui avait un jour rencontrer l'être le plus horrible d'Anguish, cet être qui l'avait fait succombé. Et c'était pour cela qu'elle courrait en cette instant, c'était pour ca qu' elle avait pris appuie sur la porte tant attendue afin de reprendre un instant son souffle.

    Keira avait toujours été une fille solitaire, avec très peu d'amis. Elle ne tenait qu'à un seul être et c'était pour cela qu'aujourd'hui elle était si énervé. Ce n'était que des rumeurs mais un préssentiment si fort l'avait envahit qu'elle voulais en être certaine. Keiji avait toujours était cette personne sans scrupule, cette personnes que tous le monde idolâtrait tout en mourant de peur en le voyant. Cette personne qui était différente avec elle, mais qui n'avait pas le droit de l'être avec une autre. Ils avaient eut une histoire insensé, remplis de blessures mais avec toujours autant d'amour. Un amour qui tue, vous connaissez? Celui qui fait que la jalousie est telle qu'ils se mutilent mutuellement, ce manque de confiance si fort qui oblige l'autre à imposer des contraintes...

    Moins de cinq secondes passèrent avant que Keira n'ouvre violemment la porte devant elle pour entrer dans la salle ou il était sensé se trouver. La salle éclairés par le grand soleil de ces derniers jours laisser paraitre chaque détails de l'endroit. Le vieux canapé imitation cuir, les grandes étagères ou étaient entreposées les différents dossiers de chaque pensionnaires (vivant comme mort), le canapé entreposé un peu plus loin qui cachait depuis bien longtemps la cachette de la demoiselle. Elle leva le regard sur la personne qu'elle cherchait et qui était près de la fenêtre, regardant dehors sans s'être sentie gêné qu'un intrus prenne place dans son intimité. Il portait une cigarette à sa main, comme elle aurait pu s'y attendre. Son corps n'avait pas changé, il était aussi mince qu'au premier jour, son style toujours aussi extravagant, son comportement toujours aussi froid. Elle était déstabilisé par aussi peu de prise de conscience, il savait que c'était elle, elle en était certaine et pourtant il regardait ailleurs. Leur jeu était donc devenu si cruel?


    "Je ne veux plus que tu la vois."

    Elle ne l'avait pas dit d'une voix forte comme elle l'aurait voulu, elle en avait même oublié de situer la discussion avant de lancer cet ultimatum. C'était une certitude dans sa tête, la jalousie la rongé totalement. C'était une rumeur mais elle ne pouvait en faire abstraction, elle pourrais la tuer simplement pour un baiser. Elle ressentait ce que Keiji avait ressentie quand elle en avait embrassé un autre, ou même quand elle avait fait pire mais lui n'était pas pareil, c'était le garçon sans coeur, qui n'arrivait pas a s'attacher a quiconque, le garçon qui n'aimait qu'elle et qui avait bien réussi à le lui montrer à travers sa violence et sa jalousie… Elle n'avait plus jamais été en travers de sa volonté, elle ne voulait pas le perdre.
    De quand remonter leur moment de bien être à tous les deux. Quand avaient-ils perdus le fil de leur relation? Elle avait toujours ses besoins d'air et lui ses besoins de bien-être (malsain). Ils ne s'étaient pas vu depuis longtemps, et les seuls fois ou ils s'étaient croisé cela avait fini par une rapport physique plutôt qu'une réelle discussion. Comment avait-elle pu faire abstraction de cet être? Comment avait-elle pu oublié leurs discussions? Elle serra la poignet dans sa main puis ferma lentement la porte derrière elle. Il y avait bien trop d'oreilles à Anguish


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Dim 15 Avr - 18:04

La jeune femme était entrée comme une furie, essoufflée. Keiji, face à la fenêtre, ne s'était effectivement pas retourné. Elle lui lança cette phrase directive et accusatrice. Il laissa échapper la fumée de ses lèvres qui se mit à rebondir contre la fenêtre froide. De quoi pouvait-elle bien parler? Il est vrai que les rumeurs allaient bon train à Anguish... souvent fausses, mais parfois aussi révélatrices de vérité, difficile de faire la part des choses. Mais ce n'est pas ce qui l'interpella dans l'histoire, pas même ce qu'elle pouvait bien lui reprocher. Keiji écrasa doucement son mégot de cigarette contre la fenêtre puis se retourna, posant son regard froid sur la belle brune. Il la regarda comme il ne l'avait pas regardé depuis longtemps. Dans l'attente peut être? Non, autre chose encore. Keira avait changé. Physiquement parlant surtout. Elle n'avait plus le même regard qu'autrefois. Il n'avait pas suivi ces changements. Ils étaient comme un vieux couple distant, qui ne prennait plus la peine de se parler, presque de s'observer, comme s'ils n'avaient plus rien à découvrir. C'est vrai qu'ils ne se voyaient pas beaucoup. Une fois de temps en temps, ici, ils ne se parlaient pas. Ou si peu. Malgré cela, le lien semblait maintenu avec un peu d'hypocrisie parfois ou bien d'illusion probablement. Après tout ce temps passé à se déchirer, ils avaient trouvé là comme un arrangement silencieux qui semblait un peu bouleversé aujourd'hui. Ca ne leur ressemblait pas beaucoup en réalité cette attitude qui perdurait... raison sans doute pour laquelle ils n'en parlaient plus. Comme pour en renier l'existence. Keira s'était-elle réveillée de ce mensonge? N'était-ce pas un peu dangereux? Keiji ne sembla pourtant pas alerté.

Il se décolla de la fenêtre, ses pas résonnaient sur le sol alors qu'il s'approchait. Il s'arrêta au milieu de la pièce, Keira venait de refermer la porte. Il y a quelques années cette simple phrase l'aurait mis dans une colère folle. Aujourd'hui, il était là, presque impassible. Il avait toujours cherché cette maîtrise, ce contrôle... elle lui avait mis quelques bâtons dans les roues. Il lui en avait beaucoup voulu. Mais ça, c'était du passé maintenant. Pourtant, il suffit de peu de choses parfois pour le faire rejaillir... sans qu'on ne le voit forcément venir... Keiji pouvait se gérer lui-même mais comment contrôler l'autre, voilà une question qui ne cessait de l'intéresser. La mort avait été l'une des réponses qu'il avait trouvé. La faire précéder de souffrance était beaucoup plus jouissif. La manipulation était intéressante... mais l'assouvissement psychologique n'était pas évident à obtenir même par un contrôle total de l'autre. Les sentiments de l'autre peuvent se troubler, il s'oppose, s'agite... Aspect amusant bien souvent mais au deça de ce qu'il pouvait désirer. Il ne souffrait pas de manque néanmoins, sa vie était pleine de réjouissance et il continuait son exploration de l'être humain avec toujours autant de passion. La diversité apportée par Anguish ne cessait de l'entraîner dans des situations nouvelles, vers des personnalités toutes plus différentes les unes que les autres, il ne s'en lassait pas. Il vivait ainsi sa vie égoïstement, nourrissant ses propres intérêts. C'était assez incroyable, même extraordinaire.

Pour sa part, Keira était devenu dans son esprit presque un objet acquis, fixe, immobile, comme un portrait figé. Mise entre paranthèse. La belle femme du tableau. Certes, il ne pouvait totalement avoir confiance en elle, malgré le temps qui passait en sa faveur mais elle faisait parti d'Anguish, de ce paysage constant. Elle était une part de ce quotidien ritualisé. De ce fond de tapisserie sur lequel il se reposait toujours. Il n'attendait plus rien d'elle que ces rares rencontres, que cette constante... Ce n'était pas faute d'avoir essayé, de l'avoir provoqué, sauvé même un jour probablement, puis il avait tout bêtement abandonné cette quête. Le temps avait parlé pour lui. Elle s'était ainsi matérialisée. Fascinante à l'origine, elle semblait presque lointaine... Aujourd'hui, pourtant une lueur nouvelle brillait dans son regard. Une lumière qui éclaira l'âme capturée dans le tableau. Peut-être qu'elle était prête aujourd'hui... prête à reprendre la course, à sortir de l'ombre... Après tout, rien n'est jamais définitif et Keiji n'avait pas cherché à enterrer son souvenir. Au contraire, il avait sagement attendu. Les années avaient façonné sa patience. Il ne s'était pas intéressé un jour à Keira par hasard... Quoi! Vous pensiez vraiment qu'il maintenait cette relation par faiblesse? Ou juste pour ses besoins personnels? Keiji attendait toujours quelque chose des autres... Keira avait une place particulière dans ce tableau. Non, qu'elle se rassure, Keiji ne s'était pas désintéressé totalement d'elle et il espérait bien qu'un jour elle validerait cette attente
.

- Tu disais?

Autant qu'elle s'explique non? Il faisait le sourd volontairement, bien qu'il ne voyait sincèrement pas ce qu'elle lui reprochait au juste, ni quelle personne elle ne voulait plus qu'il rencontre. Simplement... elle ne pouvait pas vouloir lui interdire quelque chose, si? Peu importe qu'elle ait une raison valable ou non. Il l'avait fait lui. Et alors? Il avait été clair au départ non? Bon, en fait, ça il s'en fichait complètement. Ce qui l'intéressait était plutôt la tournure que pouvait prendre cet évènement dont il n'avait toujours pas conscience. Qu'est-ce qu'il avait pu faire ces dernièrs jours qui avaient pu remonter à ses oreilles? Non, vraiment. Il ne voyait pas. Peu importe, il l'avait toujours trouvé plus belle lorsqu'elle était en colère, plus intéressante aussi, profitons donc du spectacle... ça faisait longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Benett
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 2280
Age : 24
Avatar : : Kristin Kreuk
Date d'inscription : 14/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Dim 15 Avr - 20:23

    Keira n'avait en effet pas vu Keiji depuis très longtemps. Si longtemps que celui-ci fut surpris du changement qu'elle avait opéré pour arranger quelque peu son physique. Elle n'avait pas vraiment fait ca pour elle et encore moins pour quelqu'un d'autre, c'était juste devenu une petite occupation comme une autre entre ces lieux ou il n'y avait plus grand chose à faire au bout d'un moment. Elle fit alors comme lui, et l'observa un long moment. Il ne s'était pas emporter par ses paroles ce qui semblait surprenant venant de ce Keiji qui voulait avoir toujours raison. Peut être que son physique n'avait pas changé mais devait avoir grandis a l'intérieur. C'est vrai qu'ils n'avaient plus seize ans tous les deux et ne se connaissaient plus aussi bien que dans le passé. Il s'avança un peu d'elle. Juste un peu car il s'arrêta au beau milieu de la salle, près du canapé. Elle observa un instant ce vieux truc en cuir déchiré par endroit. Des souvenirs lui revenait en tête mais ils semblaient si loin, comme si les deux personnes qui se trouvaient face à face aujourd'hui n'étaient pas du tout les même. Etait-ils encore fait pour être ensemble au moins? Pourquoi lui avait-elle sortie cette exigence au juste? Avait-elle des preuves de ce qu'elle avançait? Ils ressemblaient désormais plus à un vieux couple qui n'avait plus rien à se dire, ou un couple qui était dans le déni. La tension était tendu comme la jour ou ils s'étaient rencontré pour la première fois dans ses lieux, ce jour ou elle refusait qu'il s'approche, le jour ou lui, garçon de toute les tortures, avait voulu lui venir en aide. Peut être que cela n'avait été pour lui qu'un défi. Non pas du tout, ce jour la les avaient transformé tous les deux.

    La tension n'était pourtant pas la à cause d'une peur mais plutôt à cause d'un moment rare, celui ou un des deux avait enfin décidé de parler sans avoir peur des conséquences. Elle devait elle aussi avoir surement grandis pour se sentir enfin capable d'affronter ses peur. Elle savait très bien qu'elle risquait d'entendre un refus, elle serait même surprise du contraire mais si l'un devait grandir l'autre devait en faire de même et c'était pour cela qu'il fallait accepté quelques sacrifices sur la route. Elle réfléchit un instant sur le fait que lui ne soit pas venu la voir, pourquoi ne la cherchait-il jamais. Elle savait qu'on ne pouvait pas le lui en demander trop mais des fois elle aurait aimé que l'effort vienne de l'autre, elle avait su tenir sa promesse au fond, elle ne l'avait plus jamais trompé. Encore moins s'être rapprocher de quelqu'un d'autre. A vrai dire elle était resté seule depuis plusieurs semaine. A part pour des petits affrontement, surement pour faire respecter la hiérarchie des surveillants face aux pensionnaires. Elle avança à son tour, elle n'allait pas bessé la tête, le jour ou elle pleurait pour lui était révolu. A lui de savoir si sa jouissance du corps était suffisante à son bonheur ou si il voulait encore sa présence auprès de lui. Elle avança plus vite, se retrouvant tout proche de lui, elle le regarda froidement, pas besoin de tendresse dans son exigence, elle en avait assez d'être celle qui se met à ses pieds en le suppliant de rester. Elle ni avait d'ailleurs même pas réfléchi, elle avait entendu cette rumeur, elle se souvenait l'avoir vu plusieurs fois la voir, ce n'est pas comme si ils vivaient enfermé tous ensemble dans le même endroit. Cette rumeurs pouvait être vrai, elle l'était même surement car cette fille était encore vivante et en forme ce qui était très rare avec Keiji, soit il torturait jusqu'à ce que mort s'en suive soit il torturait la personne mentalement jusqu'à ce qu'elle finisse par le supplier de les tuer pour être enfin en paix.


    "Tu as le droit de torturer qui tu veux, de tuer qui tu veux, de m'éviter et de me détester autant que tu veux mais tu n'as pas le droit de t'attacher à elle. Tu sais très bien de qui je parle. Et ne fait pas celui qui ne m'entend pas je suis la et je resterait la tant que tu ne me diras pas que tu l'évitera ou que c'est fini. On arrêtent de jouer, j'y ai bien réfléchi et soit tu grandis soit tu pars car on a plus rien à faire ensemble autrement."

    Elle le regarda droit dans les yeux puis chercha dans sa poche ou elle prit une cigarette qu'elle alluma. Chose qu'elle n'avait jamais fait en sa présence, elle avait toujours pris les siennes. Cette fois elle avait ses affaires, comme lors d'un divorce ou on ne partageait plus rien. Elle le regarda en attendant une réponse sans signe de peur. Leur relation était déjà un fiasco, ils ne pourraient pas aller plus bas que ça.

    "Pourquoi tu ne la tue pas, elle? "

    Elle passa a coté de lui, le bousculant un peu par la même occasion pour se laisser tomber sur le canapé en cuir, s'installant assez confortablement pour ensuite retourner son regard vers lui. Aller répond Keiji, tu ne peut pas dire que tu ne comprend pas de qui elle parle. A quelle fille accorde t-il des faveurs? Avec qu'elle fille il passe son temps. Lors de ce genre de discussion elle avait toujours finir en larme ou en déchirure intense. Elle ne s'était pas préparer à cette affrontement avant sa course jusqu'au secret roof, mais elle se sentait plus prête que jamais à mettre les choses aux clair. Elle avait bien vu qu'elle puait vivre sans lui et être bien sans lui, pour preuve, elle était plus ravissante que jamais et n'était pas retomber dans la drogue à cause de son absence. Non, tout aller bien pour elle, elle n'avait plus aucune blessure ouverte que ce soit une blessure ouverte ou intérieure. Aller répond Keiji tu n'as plus que ca à faire, de toute façon tu es coincé avec elle. Pet être qu'au fond elle ne se fait que des films. Ou au moins profite de sa colère farouche à ton avantage, ça pourrait être intéressant comme nouvelle scène de ménage. C'est bien mieux que le sexe sans parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Ven 4 Mai - 14:19

Faut avouer que prendre soins de soi occupait le temps. Ce n'était pas non plus négligeable vu les conditions de vie à Anguish. Mais elle se trompait en croyant qu'il n'y avait rien de mieux à faire... Anguish était une vraie source d'inspiration. Penser que les autres étaient insipides, minables et sans intérêt était une cruelle erreur. Même les pires d'entre eux valaient la peine qu'on les titille. Regardez un peu le temps que Keiji avait pu passer avec Darren. Et je ne dis pas que Keiji n'est pas le plus insipide des deux. Mais il avait tout de même appris à se servir des autres... Il ne les aimait pas, ne les respectait pas mais il se jouait d'eux sans relâche et de tout ce temps passé ici, il ne pouvait pas se plaindre de s'être beaucoup ennuyé. Il en avait tué beaucoup sans prendre le temps de les tester... d'en tirer quoique ce soit de plus intelligent, il ne regrettait rien, répondant à ses besoins, à ses pulsions, égoïstement mais avec passion. Keiji qui croyait vivre dans la mort, la destruction et la haine ne se rendait même pas compte qu'il aimait en réalité à ce point la vie et ses richesses. Et ce qui donnait de la vie à ces murs, c'était les autres. Keira ne l'avait pas compris, même inconsciemment. Keira était une solitaire qui rejetait les autres, rien de nouveau, c'est ainsi qu'il l'avait rencontré. S'il avait su entrer dans son monde, il n'avait jamais essayé de l'amener vers le sien, à tord sans doute. Non pas qu'il n'en ait pas eu envie mais il ne l'avait pas provoqué, attendant qu'elle agisse elle-même, lui laissant sa chance, en vain. Il savait pourtant bien que ce n'est pas dans l'attente qu'on obtient ce qu'on veut. Il le savait oui, pour lui et pour les autres. Mais il avait eu la faiblesse de traiter Keira différemment... Il avait eut un rôle à jouer aussi dans son isolement, la privant de l'amitié qu'elle commençait à construire. Il avait bien fallu. Elle ne se rendait pas compte de la mauvaise voie qu'elle choisissait... mais après l'avoir frustrée, il l'avait laissé faire du sur-place, il n'était pas allé la chercher. Aujourd'hui, Keiji avait en effet probablement grandi dans un sens, c'est vrai. Tout comme Keira. Cela dit, il n'avait pas changé d'avis pour autant. Faut pas trop rêver non plus. Il pensait toujours qu'il faisait que ce qu'il voulait et c'est sûr que si elle venait pour lui amener des interdits, elle avait toutes les chances qu'il choisisse sa liberté à leur histoire. Mais Keiji avait tellement pris de plaisir à découvrir le pouvoir des mots qu'il percevait aussi à quel point ils pouvaient parfois être détourné... Il n'allait pas donc pas exploser si facilement, ce qui laissait une petite chance à Keira, à voir si elle saurait la saisir. Une dispute? Ce serait drôle. Un brin nostalgique surtout.

Ce n'est pas ce qu'il désirait non plus pourtant. Ce retournement de situation était particulièrement excitant. Keira réagissait. De ce fait, il s'intéressait à elle de nouveau. La ressortant du placard, de l'ombre dans laquelle elle se terrait depuis si longtemps. Dans cette lumière nouvelle, il la regardait. Elle n'avait plus le même regard, plus la même attitude, mais peut être que cette nouvelle Keira pourrait rallumer une ancienne flamme ou du moins amener un nouveau tournant à leur relation. Il l'espérait. Il faut reconnaître que cette situation ne pouvait plus durer. La voir aujourd'hui ne lui apportait presque rien. Il fallait que ça change où comme elle le disait, tout serait fini. Son regard s'était durci. Tant mieux. Il ne voulait pas la voir pleurer. Encore moins pleurnicher ou le supplier de quoique ce soit. Il savait qu'elle avait du caractère, c'est elle qui l'oubliait parfois en sa présence parce qu'elle tenait à lui... jusqu'à aujourd'hui... N'est-ce pas ce contre quoi il s'était toujours battu? Le comprenait-elle? Sans doute puisqu'elle venait lui reprocher de peut-être avoir changé sur ce point. Elle se trompait. Rien n'avait changé. Keiji avait toujours vécu comme une erreur le fait d'avoir pu être amoureux de Keira. Il n'était pas prêt de pouvoir aimer quelqu'un d'autre. Alors qu'elle annonçait la probable fin de leur histoire commune, Keiji se mit à sourire. Il savait aussi qu'il pouvait vivre sans Keira. Ils n'étaient pas indispensable l'un pour l'autre, pourtant au fond... ils ne souhaitaient pas cette rupture, n'est-ce pas? Mais ce n'est pas ce qui le faisait sourire...


- Ca faisait longtemps, Keira, que ton regard ne s'était plus allumé comme ça... tu en as mis du temps. Où étais-tu passé?

Il ne répondait pas à sa demande. Logique non? Il n'accepterait jamais qu'elle lui interdise quoique ce soit. En tout cas, pas sous cette forme aussi directe. Même s'il l'avait fait pour elle. Keira s'alluma une cigarette et insista une fois encore. Pourquoi ne la tuait-il pas elle? A vrai dire, il ne savait toujours pas de qui elle parlait, ce qui était assez drôle. Peut-être simplement parce qu'elle n'était pas au courant de tout. Il y a plusieurs personnes qu'il suivait attentivement... cela ne voulait pas dire qu'il était forcément attaché à elles, mais il aimait leur attitude, leur comportement et il se trouve que tout cela l'amusait beaucoup. Tuer n'était pas l'unique méthode qu'il appréciait, malheureusement pour Keira. Cela ne voulait pas dire qu'il ne les tuerait jamais... pour chacune d'elles, il avait sans aucun doute ce désir, si l'avenir lui en laissait l'occasion. Rien de bien nouveau. C'est ce qu'il avait fait avec Kristinna, il y a bien longtemps déjà. Il avait joué avec elle au travers de combats très sanglants où ils s'étaient toujours laissés en vie avant que soudainement, il la piège et la tue. Non, pas lorsqu'il s'en était lassé. Avant. Pensait-il de même pour Keira? Qui sait ce que l'avenir réserve? Peut-être ce Keira qui réagirait la première... Il l'avait souvent pensé.

Faire durer la scène ne lui faisait pas peur. Oui, la colère était intéressante. Après tout ce silence et cette routine, il fallait peut être un peu de temps à Keira pour qu'elle se réveille... Keiji eut un petit rire et s'appuya sur le bord du canapé.


- Tu veux que je la tue ou que j'arrête de la voir? Ce n'est pas pareil... Si j'ai son corps...

Il laissa aller les sous-entendu dans sa voix et dans un geste de sa main, puis rit un peu plus, se moquant de la jalousie de Keira, car c'était bien cela qui l'avait réveillé, n'est-ce pas? Il y a des années déjà c'est lui qui était à sa place, et c'est un des souvenirs qu'il détestait le plus. La jalousie était déplacé et stupide, perte de temps et surtout d'énergie qui vous fait faire n'importe quoi. Comme la vengeance et toutes ces idioties, c'était des sentiments à renier. Il haïssait sa réaction à l'époque et s'était bien juré de ne jamais retomber dans ce piège.

- Tu n'es pas dans le jeu, Keira, comment voudrais-tu l'arrêter? Joue avec moi plutôt... Joue avec nous.

Il la fixa. Elle avait les qualités requises... il ne lui manquait que la volonté. Tout ça n'avait jamais semblé l'intéresser. Elle n'avait peut être pas le fond assez sournois mais ça Keiji ne voulait pas y croire... Keira ne pouvait pas être une belle colombe blanche perdue dans la tempête, si? Et si c'était ce qui l'avait attiré justement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Benett
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 2280
Age : 24
Avatar : : Kristin Kreuk
Date d'inscription : 14/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Sam 5 Mai - 22:23

    Keira n'était pas une fille si insociable que ça, elle avait bien fait quelques rencontre depuis qu'elle était à Anguish, elle avait eut des amis mais il le lui avait interdit et elle avait été trop faible pour ne lui obéir. Aujourd'hui elle ne referait surement pas cette erreur, elle s'était trop rabaissé et elle avait pris énormément de temps avant de se remettre des relations qu'elle avait détruites et du fait que lui ne soit même pas la pour lui tenir compagnie. Il n'avait pas réfléchi avant de laisser sa jalousie prendre le dessus, il voulait qu'elle respire la vie, la liberté, qu'elle soit un de ses plus grands défis et il n'avait fait qu'essayer de l'éteindre en croyant au mieux. Dans un sens il semblait normale qu'il se soit révolté comme ca après avoir appris ce qu'il s'était passé entre Shean et Keira. Bref, le passé ne se refera pas, il reste juste une histoire de point de vue, d'envie de pardonner et d'avancer ou non. Elle le regarda froidement. Ho non elle n'allât pas pleurer, encore moins pour ce genre de chose. Si il voulait s'amuser qu'il le face mais qu'ils ne soient plus lires alors, que les mots soient dit et qu'ils partent chacune de leur coté.

    Bien sûr qu'elle ne le pensait pas, même sans se voir l'un l'autre il leur serrait bien trop difficile de les imaginer avec un autre, ou même qu'il n'y ai plus cette proximité particulière quand ils se croisent. Keiji était resté égale à lui-même, il n'avait pas répondu à se demande mais cela était tellement prévisible qu'elle n'en fut pas étonné, elle tira une nouvelle fois sur sa cigarette et s'éloigna de lui pour s'asseoir dans le fauteuil qui caché si bien ses démons les plus intenses. Si il voulait la faire rigoler à son tour c'était raté, ses remarques il pouvait les garder, c'était toujours la même chose, il espérait qu'une nouvelle lueur jaillisse en elle, était déçu et repartait avec une remarque des plus froide. Elle n'était pas d'humeur à se laisser conduire par ses petites phrases mielleuses.
    Heureusement il reprit sur le sujet entrepris et joua sur les mots, c'était si facile pour lui, il l'avait toujours fait, jouet sur les nuances, les intonations, les humeurs. Jouet sur ce qui avait été dit ou fait. C'était facile de reprocher les choses aux autres quand on en oublier que la bêtise n'était pas venu sans une aide.


    "De toute façon si tu ne veux pas la tuer un autre s'en chargera à ta place. Ne joue pas sur ce que j'ai dit. Je sais très bien que tu aime jouer avec les autres, aller jusqu'à les rendrais fou mais pas leur donner d'autres idées. Pas ce genre d'idées."

    Si ca ce trouve il ne comprendrais pas ce qu'elle venait de dire, Keiji entendait ce qu'il voulait entendre mais rien d'autre. Pourquoi ne pas le quitter maintenant après avoir autant entasser tous ses défauts? Ce serait si simple et si libérateur.
    Idée totalement débile en fin de compte. Le pire était qu'il prenait ça comme un jeu, comme il l'avait toujours fait, un jeu aux multitudes de solutions qui finissaient souvent par la mort. Elle ne le regarda même pas et sourie à son tour. En cette instant elle le trouva stupides.


    "Pas la peine d'un jeu pour étrangler une fille dans son sommeil. Je n'ai pas besoin de jouet avec quelqu'un pour me sentir supérieur à lui quand il en vient à son dernier souffle. Jouer à quoi? Je penses qu'on à tous les deux assez joué. Assez en tout cas pour savoir que tu es un tricheur dans ce genre de jeu."

    Attaque des plus véridique. C'était Keira qui l'avait trompé, Keira qui était une drogué, Keira qui l'avait rendue jaloux et faible, Keira qui était toujours source de déception etc. Elle ne l'aurait pas trompé si il ne l'avait pas abandonner et cet abandon valait pour à peu près toutes ses erreurs. Elle tira sur sa cigarette et lui tendis, il voulait jouer alors établissons au moins des règles, que ce ne soit pas toujours le même qui parte d'avance avec des points en moins. Quand il arriva près d'elle, elle se redressa tout en restant assise sur son siège.

    "J'ai simplement pris du temps avant de réaliser que sans toi tout était plus simple. Tu es celui de toute les blessures Keiji. "

    Le pensait-elle vraiment? Ca c'était à voir, en tout cas c'était dit et Keiji risquerait bien de le prendre très mal, sauf si son humeur est si joyeuse qu'il en donnait l'air quelques secondes auparavant. Sa phrase ne voulait pas dire "je veux que ca s'arrête" mais c'était une réponse assez clair pour lui faire ravaler toutes les fois ou il 'lavait traité de faible, d'ennuyeuse, de moins que rien. C'était juste une réponse à sa première remarque, il méritait bien de se prendre ce genre de réponse, il l'avait tant cherché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Mar 8 Mai - 14:32

Le message était mieux passé cette fois. Non pas par les mots, mais par les gestes. Il allait devoir faire un peu plus d'efforts s'il ne voulait pas la perdre. Il en était capable, il l'avait juste refusé avec le temps. Le tout était de prendre une décision aujourd'hui. Celle qu'il avait simplement évincer jusque là en se montrant aussi désagréable d'ailleurs. Il avait voulu changer le cours de l'histoire, ça lui convenait mieux. Ainsi, il aurait pu éviter cette situation qu'il refusait et dans le même temps garder Keira. Malheureusement, il avait échoué. On ne peut pas gagner sur tous les plans. Keiji fixa la cigarette puis se leva et s'approcha. Peu importe ce qu'elle dise derrière, il prennait quand même les choses à sa façon et ça pour lui, c'était suffisant pour annoncer un nouveau jeu. Elle ne le ferait pas changer d'avis pour autant. La vie ne pouvait être qu'un jeu. Il paraissait stupide? Ce n'est que maintenant qu'elle s'en rendait compte? Bien sûr qu'il l'était. Keiji prétendait avoir raison parce qu'il agissait pour son propre compte mais il ne pensait pas être intelligent. Il se détestait même assez au fond de lui-même car il n'était pas celui qu'il voudrait être. Alors, il jouait pour lui. Parce que s'il était stupide, il ne croyait pas au destin. Parce que si on veut quelque chose, il faut se battre pour l'obtenir. Il utilisait les autres c'est vrai. Pour se mentir à lui même. Jouer une comédie agréable. Et ça marchait. C'était peut être pas sincère et alors? Parfois il vaut mieux vivre dans le mensonge que de se laisser détruire par la réalité. C'est le chemin qu'il avait choisi et il avait bien réussi. Il n'était pas malheureux et il ne passait pas un seul instant à se morfondre sur lui-même, il avançait, crédible et solide. L'énergie et la fureur sincère qu'il voyait chez les autres, il la puisait pour se l'approprier. Il avait ainsi découvert le plaisir et même un certain bonheur. Il se sentait bien. Il ne pouvait pas laisser Keira gâcher ça. Alors il l'avait plus ou moins repoussée toutes ces années. Il pouvait en dire ce qu'il voulait... c'était surtout une façon de se défendre, de rester détaché. S'il réagissait simplement comme un être humain normal, ne serait-il pas blessé? C'était une chose qu'il n'acceptait pas. Ceci expliquait son attitude envers Keira. Mais là voilà qui avait fière allure. Aujourd'hui, elle était crédible elle aussi. Le petit animal blessé qu'il avait ramassé pour en ouvrir le ventre avait bien disparu. Elle était présente et elle n'allait pas faiblir à la moindre remarque. Keiji n'était pas sûr au départ qu'elle tiendrait ce rôle mais pourtant elle s'affirmait de plus en plus. Il ne pouvait plus refuser de le voir. A nouveau, il sourit. Il attrapa la cigarette et la glissa entre ses lèvres pour en aspirer une bouffée. Elle était installée dans un fauteuil, il s'accroupit devant elle et la fixa.

- Ca me va.

L'homme de toutes les blessures. Il ne prétendait pas avoir rendu Keira heureuse. Il l'avait vu se battre sauvagement, dangereusement sans jamais lui prêter un coup de main. Il n'avait jamais cherché à lui rendre le chemin plus facile. Ils auraient pu se tenir la main et avancer ensemble, il l'avait refusé. Il l'avait laissé sombrer, ne l'aidant que lorsqu'elle n'était vraiment plus rien... un gouffre vivant. Une morte. Mais ce n'était pas tout ce qu'elle était pour lui... Keira était comme un miroir vivant. Une image de lui-même. Lorsqu'il la regardait, il voyait toutes ses propres faiblesses et c'est ce qui l'avait toujours rendu méfiant envers elle. Il sentait qu'il devait rester sur ses gardes, qu'elle pouvait le faire tomber comme un château de cartes si elle s'y prennait bien. Toute l'agressivité qu'il avait eu contre elle, n'était pas du au hasard et à son caractère craint et détesté par beaucoup. Ce qui pousse à l'agressivité, c'est toujours la peur. On devient menaçant rien que pour faire peur à son adversaire. Pour le maîtriser. Puis on dépasse tout ça, on se prend au jeu. On en tire le plaisir, la gloire, la toute-puissance. La hargne, le combat. Le défi.

- Je ne te retiens pas. Tu peux partir.

Il était froid. Une fois de plus. Pourtant, son regard ne l'était pas... Elle n'avait pas besoin de venir si c'était pour le laisser tomber. Le silence et la disparition de leurs rares rencontres suffisaient. Elle voulait le faire réagir? Qu'elle aille plus loin alors! Qu'elle frappe plus fort encore! Lâche-toi Keira! En réalité, il savait bien que ce n'était pas comme ça qu'il sortirait de cette manche mais le naturel prennait toujours le dessus. Quoique... allez Keiji, en souvenir du bon vieux temps, fais un dernier petit effort. Il ne voulait pas la perdre, pourtant il avait tout fait pour et il avait souhaité cet instant, ne le nions pas. Paradoxe ridicule de deux êtres qui savent tous deux qu'ils vivraient mieux l'un sans l'autre et qui pourtant s'entêtent.

Keiji se releva, gardant la cigarette qu'il continua de fumer. Il lui tourna le dos, s'éloignant vaguement dans la pièce. Quand il reprit la parole, son approche avait changé... sa voix plus légère glissait doucement dans l'air de la pièce. Posément, calmement.


- L'autre jour... je l'ai fait. J'ai tout laissé tomber. Pas de triche, plus rien. J'arrête de jouer. Juste pour voir... pour sentir ce que ça faisait.

Probablement que le jour de leur première rencontre, il en avait fait autant sans s'en rendre compte, involontairement. Il lui avait ouvert une porte et si depuis qu'elle y était entrée, il n'avait cessé de chercher à la pousser vers l'extérieur, il l'avait ouvert... parce qu'il avait laissé tomber les barrières. Mais être cet homme-là même si ça avait aussi du bon, ça ne l'intéressait pas. Ouvrir ses bras à Keira, se laisser aller au plaisir de la spontanéité avec Lucie, ça lui avait plu, incontestablement mais il ne pouvait s'en contenter. Il ne pouvait sacrifier tout le reste. Ce reste qui le rendait si vivant.

Alors il laissa apparaître la vraie question. Avait-il vraiment besoin qu'elle s'exprime clairement ou savait-il au fond ce qu'elle voulait? Il est probable qu'il ait réellement besoin de l'entendre.


- Qu'est-ce que tu veux vraiment, Keira?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Benett
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 2280
Age : 24
Avatar : : Kristin Kreuk
Date d'inscription : 14/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Mar 8 Mai - 22:12

    Au moins Keiji était clair cette fois, elle avait un instant d'espoir au moment ou il avait annoncé que ça lui allait, peut être que pour une fois il allait faire ce qu'elle voulait elle. Mais elle était bien loin de la vérité, ce fou préférer perdre la personne qu'il aime plutôt que de rabaisser un instant sa fierté. C'est ça d'être rester un enfant dans l'âme. Elle le regarda un instant, le voyant se reculer, elle ne trouva rien à ajouter, elle n'allait pas pleurer, elle s'était bien trop préparé à cette réponse. Voyons voir s'il serait capable d'être aussi bien sans elle, en sachant qu'elle pourrait finir dans les bras d'un autre. Elle se leva et se dirigea vers la porte quand il lui demanda ce qu'elle voulait en fin de compte et se mit à rire à cette question.

    "Je crois, pour ma part, avoir la réponse à mes questions. Tu ne seras jamais capable de faire quelques chose si ce n'est pas dans ton propre intérêt. "

    Elle posa la main sur la poignée et repensa au fait qu'elle avait fermé la salle à clé et qu'elle avait laissé la clé sur le fauteuil ou elle s'était assise quelques secondes plus tôt. Elle se retourna alors de nouveau vers Keiji, s'avança vers lui d'un air rapide s'arrêta un instant face à lui, il était de marbre comme toujours, elle n'était pas mieux, son regard était des plus froids mais sa main laissa entrevoir un autre sentiment, la glissant dans sa nuque puis dans ses cheveux elle avança son visage vers elle et l'embrassa. C'était baiser assez court mais qui était une base de plaisir inexplicable, faisant réapparaitre le bonheur qu'était leurs moments à tous les deux. Elle n'accentua pourtant pas le baiser et se détacha de ses lèvres, presque avec douleur. IL fallait l'avouer, en colère ou non c'était avec lui qu'elle se sentait bien. C'était avec lui qu'elle serait capable de passer une nuit entière, pas avec un autre.

    Elle se recula, enlevant par la même occasion son geste de douceur, voila ce qu'il allait perdre. A lui d'arrêter de poser des questions et de réagir s'il pensait que ce n'était pas réellement ce qu'il voulait. La fierté ou l'amour? Un bien dure choix. Elle retourna vers le canapé et chercha la clé qui était tombé par terre quand elle s'était relevé. Elle la prit entre ses mains et se releva, se tournant vers la porte elle avança sans plus le regarder, c'était à lui de faire un pas, elle elle en avait bien trop fait pour le satisfaire.


    "Il faudra bien qu'un jour tu grandisses Keiji."

    Elle ouvrit la porte sans plus aucune hésitation et la referma derrière elle pour ensuite se blottir contre le mur d'à coté. Elle n'avait jamais fait ça, elle ne s'était jamais imaginé être capable de partir comme ça, sans pleurer, sans supplier. Il devait surement être aussi surpris qu'elle pour qu'elle soit aussi choqué de sa propre réaction. Mais elle devait se persuader que ce n'était aucunement sa faute, il avait tant joué avec ses sentiments, il n'avait pas su la retenir quand il le fallait. Il ne semblait pas tenir autant à elle qu'elle à lui, c'était ainsi. Elle s'était bien trop torturer pour lui en cinq ans, il fallait bien qu'un jour ça change.
    Allait-il venir ouvrir cette porte? Elle resserra ses mains contre le mur son dos toujours accroché à celui-ci, si il ne venait pas elle partirait c'était ainsi. Les jeux c'était fini pour elle, car c'était la vérité il ne pouvait y avoir que Keiji comme vainqueur autrement il ne jouerait pas. C'était un enfant, il fallait lui faire des faveur. Elle ne repensa pas à leurs moment ensemble, ça aurait été une torture à cette instant, elle ne pensa qu'au fait que ça devait être fait car elle était à saturation, c'était à lui d'avancer. Avancer la libèrerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   Dim 17 Juin - 12:05

Quelle mouche avait bien pu piquer Keira pour qu'elle lui balance tout ce discours aujourd'hui? La question n'était pas de savoir si elle avait tord ou raison. L'ensemble était juste un peu lassant, comme dans leurs disputes d'autrefois à la différence près que son propre discours et ses tentatives ne firent pas changer Keira d'avis. Echec et mat. Des deux côtés faut le dire. Pourquoi ferait-il quelque chose qui ne serait pas dans son propre intérêt entre nous, idiot non? Peut-être que sa façon de penser n'était pas très mature mais il ne prétendait pas l'avoir déjà été. Keiji n'avait pas la réputation d'être un homme de bon sens et il ne le serait probablement jamais. Il se laissait de plus en plus guider par son désir et ses pulsions. La prétendue maîtrise de la situation n'était qu'un jeu. La réalité de la vie l'avait amené à affronter ses plus grandes frustrations. Contrairement à ce qu'il avait toujours souhaité, il n'avait jamais réussi à obtenir les entiers pouvoirs sur quelqu'un. Ce n'était pas faute d'avoir essayé : que ce soit par la violence, par les sentiments ou par la manipulation. Un jour ou l'autre, la proie s'échappe... De toute évidence en "amour", c'était la même chose. Keira était au bord du vide et menaçait de sauter. C'est ainsi qu'elle cherchait à le retenir? Change ou je te quitte. Le chantage fonctionne avec les faibles. Ceux qui ont trop peur de perdre. Keiji préférait la perte à la raison. Il n'avait confiance qu'en lui-même. Et il ne savait que trop bien à quel point l'attachement était signe de folie et de désespoir. Il avait eu cette pulsion lorsqu'il avait surpris Keira en train de le tromper. Il s'était juré dès lors de ne plus se laisser avoir. Il ne pouvait pas revenir sur cette décision aujourd'hui. Keiji tenait sur ses convictions. Sa solitude était sa force. Il pouvait échanger avec qui il voulait mais veillait toujours à préserver son intégrité. Il avait trouvé cet équilibre qui le convenait, ce qui ne l'empêchait pas de faire d'autres expériences. Le rapport qu'il avait avec Sasha était bien différent de son rapport habituel aux autres, idem avec beaucoup d'autres, même Shean par exemple, il appréciait de déposer un peu de fantaisie dans ses relations mais la porte de ses sentiments les plus profonds restait barricadée. Seule Keira avait pu la franchir... et il s'en était senti fragilisé. Commencer à craindre pour l'autre, percevoir la jalousie en la voyant avec un autre... sentiments épouvantables, qu'il n'avait jamais accepté de ressentir et contre lequel il s'était clairement battu. Le vrai challenge aurait pu être de vivre avec... de les accepter... mais les accepter c'est ce qu'elle lui demandait aujourd'hui, les accepter, c'était changer. Keiji tenait trop à sa liberté, il avait survécu pour elle et par elle.

Keira était ambivalente. Elle venait lui poser de nouvelles limites puis de nouveau, elle s'accordait à les franchir. Elle s'approcha en effet pour l'embrasser. Intrusive, comme lorsqu'elle lui piquait ses cigarettes. Il la laissa faire, mais si elle décidait de partir, c'était la toute dernière fois. Par ce geste, elle lui dévoilait pourtant simplement sa demande une dernière fois... Elle ne voulait pas la fin de leur histoire, juste un cheminement de sa part. Elle s'éloigna alors à regret... grandir, voilà ce qu'elle lui demandait apparemment. Grandir... mais qu'est-ce que cela pouvait signifier? Il ne fut pas particulièrement vexé bien qu'il aurait pu l'être, peut-être qu'il était quand même au fond de lui un peu plus mur que son attitude. Encore une fois, il ne le prouva pas. Quoique, il y a quelques années, il se serait énervé, il l'aurait frappé sans doute en la voyant s'échapper. Elle avait refermée la porte. Keiji ne chercha pas à la rattraper. Il s'alluma une cigarette, fit quelques pas dans la pièce puis prit appui sur le canapé. Que ressentait-il vraiment? Pas la moindre idée. Ce n'est pas quelque chose qu'il avait prévu... ce retournement de situation. Il ne l'avait pas envisagé ainsi. Il attendait bien qu'elle fasse un pas mais pour le coup, elle avait su le surprendre... Il ne pensait pas qu'elle viendrait simplement le mettre ainsi au pied du mur. Il éteignit la cigarette après quelques bouffées et se dirigea vers la porte.

Elle était toujours là... comme s'il attendait avec espoir qu'il change d'avis. Il eut un petit sourire, plutôt tendre même et s'avança vers elle, sans un geste de recul ou d'hésitation. Comme s'il s'y était attendu, comme s'il était au clair avec tout ça, comme si rien ne l'avait destabilisé, ce qui restait peu probable en réalité. Il posa une main sur sa nuque, presque comme elle l'avait fait un peu plus tôt et déposa simplement un léger baiser sur son front, un geste presque adressé comme à un enfant. Il présenta le même sourire à nouveau, recula d'un pas, lui fit un petit signe de la main.


- A la prochaine, Keira.

Il se retourna et s'éloigna avec légèreté dans le couloir. Une histoire n'a de fin que lorsqu'on ne se voit plus, lorsqu'on se perd de vue. Il avait hate au contraire de la retrouver... bien sûr, tout serait différent mais peut être est-ce justement cela dont ils avaient besoin. Un temps pour se redécouvrir, s'observer autrement, avec un autre regard... Un regard neuf. Peut-être que ce n'est pas ce qu'elle attendait pour sa part, mais Keiji restait posé. Il croyait aussi en ses objectifs. Il n'était pas la main qui dirigeait la partie d'échec, il était un pion comme les autres mais qui cherchait à bouleverser les trajectoires et à poser des pièges un peu partout. Chaque pièce a son parcours, une histoire... Le destin n'est pas tracé... Les possibilités sont multiples... à nous de l'aider à se diriger... Il n'abandonnait pas Keira. C'était la reine de l'échéquier... Le chemin peut varier mais l'intention est la même. Il comptait bien la retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dear Kitade... (PV Keiji)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dear Kitade... (PV Keiji)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dear Journal ~
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» [ANIME] Dear Boys : Présentation
» [Personnages Prédéfinis | FINIS] Keiji. My Bizarre Adventure.
» Libre ? Oh dear, we're in trouble. | abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: