AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le premier des 400 coups [Cassandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Le premier des 400 coups [Cassandre]   Ven 2 Mar - 1:03

Sasha était sur la plage. Il faisait bon, le redoux était revenu sur l'île et c'était bien plus agréable que cette vague de froid qui avait paralyssé le pensionnat la semaine dernière. La blondinette en avait donc profité pour sortir avec sur le dos une robe et un petit gilet. Elle était allé s'installer en plein soleil, sur le sable chaud en croquant une pomme. Ecouter la mer, le vent, les mouettes... tous ces bruits de la nature la détendait et lui faisait oublier tout ses soucis. Elle fut agréablement surprise de voir arriver son frère ainé, Grégory. Il avait enfin lâché tous ses bouquins ! Peut-être qu'il s'inquiétait beaucoup plus pour elle depuis lincident avec Ezequeil. Elle pouvait le comprendre... ça cétait assezmal passé. Il s'assied près d'elle et la prit dans ses bras, chose qu'il faisait rarement jusque là. Pelotonnée contre lui, elle avait fermé les yeux et s'était laissé endormir. Il l'avait bercé, caressant ses cheveux en veillant sur elle comme il l'avait toujours fait. Il l'amait sa petite poupée mais elle était tellement fragile. Imposible de la forcer à rester enfermée à l'annexe avec lui et les autres naufragés. Sasha était une tête de mule, elle avait quelque chose en tête, et elle détestait être enchainée. Elle avait besoin de beaucoup d'espace et de trop, beaucoup trop d'action. Le pensionnat était dangereux et Dimitri craignait de la perdre chaque jour.
Quelques minutes plus tard, lorsqu'elle s'éveilla enfin, ils marchèrent main dans la main pendant longtemps en reparlant de leur enfance. Leur parents leur manquait à tous les deux mais il était peu probable qu'ils les revoient avant un long moment. Des mois... des années peut-être ! Dimitri lui donna des nouvelles des autres naufragés et lui répété qu'il rêveait de la voir danser. Jusqu'à présent il n'avait jamais reussit à trouver le temps d'aller voir les représentations de sa petite soeur.

Ils passèrent deux bonnes heures ensemble avant que Sasha ne songe à rentrer au pensionnat. La pomme de tout à l'heure lui avait ouvert l'appétit ! Elle se dirigea donc naturellement vers le bâtiment, puis le réfectoire. Elle n'avait jamais vraiment osé y entrer mais après tout, rares étaient les gens qui essayaient de savoir si elle était vraiment une pensionnaire ou non. Ce n'était pas important. La blondinette prit donc un plateau et le remplit avec ce qu'elle pouvait. Ce n'était vraiment pas fameux tout ça... de la viande vulgairement hâchée avec des brocolis trop cuits... pas terrible. Elle n'hésita donc pas à reprendre une autre pomme. Puis elle chercha une place autour d'elle. La seule table disponible dans ce petit réfectoire invitait déjà une jeune fille. Elle se dirigea néanmoins dans sa direction et lui sourit.


- Bonjour ! Je peux m'assoir ? Je m'apelle Sasha Campfire, et toi ?

Elle ne l'avait encore jamais rencontré jusqu'à présent. Il faut dire que les pensionnaires, quoiqu'on en dise, étaient nombreux ici. La pluparts étaient de gros affreux véritablement dangereux mais il existait aussi des innocents ou des adolescents dont la faute ne méritait pas autant d'horreur.
Quant-à elle-même, n'en parlons pas. Elle fait un peu tâche dans le paysage. Une touriste naufragée sur l'île comme un cheveux sur la soupe, voilà ce qu'elle était. Mais bon... il avait bien fallut rester puisqu'il était impossible de repartir !
Et cette fille en face d'elle alors ? Pourquoi était-elle ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ioans
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 23
Humeur : Malchanceuse
Date d'inscription : 01/03/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Le premier des 400 coups [Cassandre]   Ven 2 Mar - 1:37

Cassandre détestait aller manger au réfectoire. Il y avait trop de monde, elle ne s'y sentait pas en sécurité. Jusqu'ici elle s'était contentée d'aller y prendre un ou deux aliments qu'elle mangeait à l'extérieur, dans des endroits déserts où, au moins, si un psychopathe approchait, elle le verrait et l'entendrait venir de loin. Mais cette fois elle ne pouvait plus ignorer sa faim et elle avait constaté avec appréhension depuis deux ou trois jours qu'elle commençait à maigrir, et ce, à une vitesse alarmante. Elle n'avait jamais eu tendance à prendre et à garder du poids. Pourtant elle passait le plus clair de son temps à la bibliothèque ou dehors à regarder le ciel et le paysage paisiblement, le seul sport qu'elle faisait était de marcher à travers l'île, activité d'ailleurs à laquelle elle s'était rapidement améliorée. Il faut dire que sa jupe à force d'être prise dans les chardons et autres prédateurs de tissu s'était déjà raccourcie de quelques centimètres, ce qui facilitait la manœuvre. Ce devait être la soudaine vague de froid, qui par malchance avait quasiment coïncidé avec son arrivée, qui la faisait perdre du poids à un rythme aussi soutenu. Quoi qu'il en soit, impossible de tergiverser plus longtemps : il lui fallait prendre un repas complet, et pour ce, manger au réfectoire (elle s'imaginait bien que partir avec une assiette pleine pour déjeuner dans l'herbe devait être assez mal vu par les surveillants et elle ne tenait pas du tout à tester leur réaction.).
Elle finit donc par se décider et se glissa jusqu'à la cantine, utilisant la minceur et la couleur générale de sa silhouette pour passer inaperçue, art qu'elle cultivait d'autant plus activement depuis son arrivée sur l'île. Il était temps : ses mains tremblaient légèrement sous l'effet de l’hypoglycémie. Elle fit attention à attraper fermement verre et assiette (ce n'était pas le moment d'écoper d'une punition, elle ne survivrait sans doute pas à quelques jours de cachot sans eau ni nourriture), et résolue à ne pas laisser tomber son plateau, le prit pour se diriger vers une des places de l'unique table, de préférence inoccupée et proche d'une fenêtre. Non qu'elle compte s'y jeter au moindre signe de danger (quoique, c'était une option), mais elle aimait regarder dehors, à défaut d'y être.
Elle inspecta néanmoins d'abord le contenu de son assiette. De la viande... Elle n'était pas encore désespérée à ce point, mais elle savait pertinemment qu'elle finirait par être contrainte et forcée d'en consommer. Elle décida de tenter l'aventure avec seulement un tout petit bout pour commencer, mais son courage faiblit et sa fourchette lui échappa des mains. Elle la ramassa calmement et s'attaqua aux brocolis. Ils étaient infects, mais c'était toujours mieux que la viande, et elle n'était pas en position de demander mieux. Elle faisait des pauses régulières pour boire, et attendait comme si elle avait trop mangé, et ne pouvait pas reprendre avant quelques minutes. Pendant ce temps, regarder par la fenêtre semblait suffire à l'occuper, jusqu'à ce qu'elle reprenne bravement sa tâche et réussisse à avaler encore quelques bouchées. Bien qu’innommables, les brocolis avaient au moins le mérite d'être chauds, et si quand elle finit les derniers ils étaient depuis longtemps refroidis, son repas lui avait tout de même redonné quelques forces. Elle se sentait mieux qu'elle ne l'avait été depuis longtemps. Elle s'apprêtait à attaquer sa pomme quand une jeune fille s'approcha.

- Bonjour ! Je peux m'assoir ? Je m'apelle Sasha Campfire, et toi ?

Cassandre l'observa un moment tout en gravant son nom dans sa mémoire. Sasha Campfire. Elle n'en avait jamais entendu parler. En même temps, elle n'avait pas entendu parler de grand monde, cela faisait au maximum deux semaines qu'elle était là, et n'étant pas très sociable elle n'était pas au fait de toutes les rumeurs du pensionnat. Elle se dit cependant que la jeune fille n'avait pas l'air dangereuse, et ne méritait sûrement pas d'être repoussée alors qu'elle lui adressait poliment la parole. Cependant, Cassandre ne donnait pas d'informations superflues sans raison valable à quelqu'un qu'elle connaissait depuis un peu moins de dix secondes :

- Assied-toi, je t'en prie... Je m'appelle Cassandre Ioans.


Dernière édition par Cassandre Ioans le Sam 3 Mar - 20:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Le premier des 400 coups [Cassandre]   Ven 2 Mar - 15:58

Sasha avait une bonne mémoire en ce qui concernait les visages mais elle avait beau y réfléchir, jamais elle n'avait croisé cette fille. Peut-être qu'elle était nouvelle. Elle imaginait tous ces adolescents qui défilaient ici en se disant que ça ne pouvait pas être pire qu'ailleurs, que maintenant ce n'était plus qu'une question de temps. Est-ce que elle aussi elle avait encore espoir ? Sasha n'était pas du genre a vouloir leur mettre brutalement la vérité en face puisqu'elle-même espérait encore pouvoir repartir. Le fait d'être une naufragée et pas une pensionnaire ne changeait rien après tout... ou alors disons qu'on ne tenterait pas de la ramener ici par tous les moyens. Elle avait bien peu d'importance aux yeux de l'établissement par rapport à une pensionnaire. Sauf si... sauf si cette organisation avait vraiment quelque chose à se reprocher et que personne ne devait divulguer d'informations à l'extérieur. Bon... c'était sans doute un peu tiré par les cheveux tout ça mais elle y avait pas mal réfléchit sans pour autant, avouons-le, en tirer de grande conclusion.
La jeune fille assise à la table l'observa un instant et semblait hésiter avant de lui donner son accord. Sasha ne pouvait pas lui en vouloir de se méfier, c'était bien normal; On ne pouvait pas vraiment faire confiance aux autres dans cet endroit. Quoi de plus normal de réfléchir à deux fois avant d'inviter un assassin à sa table. Mais finalement, l'inconnue accepta et se présenta sous le nom de Cassandre Ioans. Un nom qui n'était encore jamais parvenue aux oreilles de la blondinette qui prit place sur la chaise d'en face. Pour sa part, elle n'avait pas l’impression que la demoiselle fasse partie des dangereux criminels du coin. Elle semblait au contraire plutôt gentille mais comme on dit, il ne faut pas se fier aux apparences. Mais voilà, Sasha ne poussait pas bien loin la prudence et préférait juger les gens par expérience. Elle jugerait donc elle-même si Cassandre était digne de confiance ou non. Pour le moment elle la trouvait plutôt sympathique.

Sasha prit le temps d'observer encore un peu son assiette avec une moue dubitative avant de relever les yeux sur sa partenaire de table et de lui tendre un sourire. Celle-ci avait déjà croqué dans sa pomme et n'avait pas beaucoup touché à son assiette
.

- Ce n'est pas fameux, hein ? C'est la première fois que j'ose venir manger ici et je m'étais quand-même attendue à un peu mieux.Je suis enchantée de te connaitre, Cassandre. Ton prénom est joli, d'où est-ce que tu viens ?

La blondinette ne voulait pas paraitre excessivement curieuse mais elle aimait bien faire connaissance. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait avoir des conversations disons normales dans le pensionnat. Les surveillants laissaient peu de répits et les interlocuteurs n'étaient pas toujours de bonne compagnie.
Le réfectoire était plutôt calme et un surveillant faisait sa ronde et passait parfois entre les tables. C'était plutôt tendu comme atmosphère mais la demoiselle essayait de ne pas trop y faire attention. Si on regardait un peu plus attentivement la salle, on voyait bien que les autres pensionnaires mourraient d'envie d'étrangler le surveillant en question. Pourvu qu'ils n'aient pas cette folle idée !
Sasha planta sa fourchette dans un brocolis et tourna de nouveau son attention vers la jeune femme
.

- Il faut que je te dise... je ne suis pas une pensionnaire. En fait mon bateau de croisière à eu un soucis et je me suis un peu retrouvée là par erreur avec d'autres passagers. Est-ce que... toi aussi tu es là par erreur ou bien as-tu fais des choses... des choses graves ?

D'accord c'était une question un peu osée pour le coup. Mais elle n'était pas là pour accabler Cassandre de reproches ni autre. Elle voulait juste d'informer et savoir à qui elle avait affaire. Peut-être qu'elle pourrait l'aider plus tard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ioans
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 23
Humeur : Malchanceuse
Date d'inscription : 01/03/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Le premier des 400 coups [Cassandre]   Ven 2 Mar - 17:52

Cassandre observa la jeune fille qui s'invitait à sa table pendant que celle-ci s'asseyait. Elle n'avait pas une attitude menaçante, ce qui était déjà un bon point, mais Cassandre avait appris à faire un peu plus attention qu'à l'ordinaire sur l'île : n'importe qui de charmant pouvait en fait s'avérer être un dangereux psychopathe désireux de vous découper en rondelles dès que les surveillants auraient le dos tourné. Quand ce n'étaient pas les surveillants eux-mêmes qui tentaient de vous assassiner.

Cassandre jeta un coup d'oeil à celui qui faisait sa ronde dans le réfectoire. L'air sévère, il était plutôt tendu, et le moindre geste équivoque risquait d'avoir immédiatement des conséquences douloureuses. Cela dit, les autres pensionnaires n'auraient évidemment été que trop contents de l'étrangler avec leurs serviettes ou de lui briser une assiette sur la tête. Difficile de dire qui était le plus à plaindre dans le lot.

Ayant vérifié que les autres personnes présentes dans la pièce étaient occupées à se lancer des regards noirs entre eux et pas à échafauder des plans pour les agresser, Cassandre reporta son attention sur son interlocutrice. Un peu moins grande qu'elle, sans doute, mais presque aussi fine qu'elle ne l'était avant son arrivée sur l'île (après quelques semaines de diète plus ou moins forcée, plus personne ne tenait la comparaison avec Cassandre. Heureusement pour eux!). Elle avait un visage angélique, des yeux bleus qui par leur douceur étaient plutôt pour rassurer Cassandre. Son physique était soigné, elle portait des vêtements assez féminins, avait les cheveux impeccablement coiffés, et même une légère touche de maquillage. Cassandre se demanda comment il était possible d'être à ce point présentable. Peut-être Sasha était-elle nouvelle, ou alors elle accordait à son apparence beaucoup d'attention. Cassandre eut soudain honte d'avoir délaissé la sienne et tenta de ramener sous la table le bas déchiré de sa jupe, baissant légèrement la tête, ce qui était parfaitement inutile : impossible de cacher ses cheveux auxquels des brindilles rebelles s'accrochaient à chaque sortie dans la forêt et qu'elle n'avait pas eu le courage de nettoyer autrement qu'en les secouant la dernière fois qu'elle était rentrée. Elle se promit de remédier à cela et d'aller prendre une vraie douche (mais pourquoi une salle mixte?) dès qu'elle en aurait l'occasion.

Elle essuyait une légère trace de terre sur son visage quand Sasha, après avoir observé son plateau, se décida à lui adresser la parole pour la deuxième fois. Et ce, pour lui poser une question, continuer sans la laisser répondre et lui en poser une deuxième dans la foulée. Cassandre avait oublié à quel point il était difficile de converser avec quelqu'un, elle s'en rappelait maintenant. Est-ce qu'il lui fallait vraiment répondre ? A tout prendre elle aurait préféré discuter de la nourriture plutôt que de ses origines. D'où est-ce qu'elle venait ? Excellente question. Comme elle avait remarqué que tous les pensionnaires ne venaient pas du même pays, elle espéra que Sasha se contenterait d'un :

- De France.

Si on hésitait à la classer dans le groupe des victimes, il aurait suffit d'entendre la voix avec laquelle elle avait répondu pour l'y mettre sans remords. Cassandre se traita mentalement d'idiote, mais de toute façon, elle n'avait jamais su se forcer à parler autrement que bas, d'une voix timide et peu habituée à fonctionner. Et ce n'était pas ce pensionnat qui allait améliorer ça ! Pourtant, cela pourrait sans doute lui éviter quelques ennuis à l'avenir. Elle avait cru comprendre qu'ici, faire appel à la pitié de ses interlocuteurs était exclu (non qu'elle ait eu beaucoup d'espoirs dans cette direction de toute manière...) et qu'il valait mieux avoir l'air menaçant pour ne pas être réduit en charpie trop vite. Sauf que... Cassandre ? L'air menaçant ? Dommage...

Sasha la tira de ses pensées en lui parlant de nouveau.
Cassandre fut stupéfaite d'apprendre qu'il n'y avait pas que des pensionnaires et des surveillants sur l'île. Pourquoi garder même les pauvres diables qui s'étaient échoués ici ? Pour éviter qu'ils ne parlent ? Cet endroit était donc à ce point secret ? M. de Méliany avait dû avoir du mal à l'envoyer ici. Elle ne faisait pas vraiment partie des criminels à qui ont interdisait une dernière chance, si ? Mais après tout... Elle s'était mal comportée. Elle avait trompé son maître. Peut-être était-ce considéré comme un crime suffisant par le personnel du pensionnat pour la condamner à vivre et à mourir sur cette île. Elle tourna et retourna sa pomme entre ses doigts. « As-tu fait des choses graves ? ». Sûrement, puisqu'elle était ici. Pas forcément immorales. Mais elle avait commis une erreur. Elle s'était laissé allée à croire le premier venu. Elle n'avait pas réussi à le cacher au marquis. Elle méritait sans doute d'être ici, pas parce qu'elle était vicieuse et dangereuse, mais parce qu'elle avait été stupide.

- … J'imagine que... J'ai fait des "choses graves"...

Qu'est-ce qu'elle pouvait bien répondre d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le premier des 400 coups [Cassandre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le premier des 400 coups [Cassandre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Cassandre
» Les trois coups d'etat, le "manje ranje de lespwa" pour le deuxie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: