AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un fumeur famélique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Un fumeur famélique    Lun 13 Fév - 23:02

  • Et mer... credi !
    Shean était pas du genre à retenir les jurons mais je vais épargner vos oreilles délicates. Qu'est-ce qui n'allait pas encore aujourd'hui ? Cela dit, il ne fallait pas grand chose pour rendre l'humeur de notre violeur impossible, il pouvait donc s'agir de n'importe quoi. Ou de n'importe qui. En fait rien de spectaculaire. Notre bel homme revenait de la douche, propre et parfumé, fraichement rasé, les cheveux encore humides... et voilà qu'il se prenait l'orteil dans le pied d'un lit. Il enchaine donc tous les jurons possible et inimaginables tout en se dirigeant vers son propre lit à cloche pied. La victime plantaire lui signala bien comme il faut à quel point elle avait souffert de l'expérience et il ne trouva rien d'autre à faire que de grogner et de serrer les dents en agrippant son pied à pleine main. Bon Dieu ça faisait un mal de chien ! Il préférait presque les coups de couteau tien.
    Après un sifflement de d'irritation, le jeune homme lâcha le tout pour enfiler un jean et des chaussettes. Saloper*e va ! Heureusement qu'il n'y avait pas de témoin pour lui rire au nez, il l'aurait sans doute mal prit. Et quand Shean est pas de bonne humeur, il est à prendre avec des pincettes. Il était quelqu'un de particulièrement susceptible il faut dire ! Irascible même.
    Après avoir passé un main dans ses cheveux pour les ébouriffer encore davantage, il se leva en soupirant et plongea sa main dans la poche arrière de son jean. Il en sortit la fameuse télécommande et chercha le profil... de Bethany bien sûr. Aussitôt, la caméra du dortoir féminin s'alluma. Certaines fille se levaient et s'étiraient avec flemmardise. Il effectua un zoom et tomba sur le visage calme et paisible de celle qu'il cherchait. Un sourire s'étira tout seul sur son visage.


    *Arrête Shean t'as l'air stupide là. *

    Le jeune homme pinça les lèvres et fronça les sourcils. Ça lui ressemblait vraiment pas ce genre d’attendrissement. Il était un violeur, il était censé être irrespectueux et impitoyable envers les femmes, comme il l'avait quasiment toujours fait ! Pas de se comporter en amoureux transit ! S'il s'était vu ainsi quelques temps plus tôt il en serait mort de honte.
    Mais c'était plus fort que lui.
    Il ferma les yeux et rangea de nouveau l'appareil à sa place. Elle dormait, pas la peine d'aller la déranger aujourd'hui. En revanche, il avait sacrément la dalle ! Il attrapa donc une chemise avant de quitter la salle tout en l'enfilant. C'était bien calme ce matin... bon ou mauvais présage ? Bah ! Il pouvait rien arriver de si grave, si ? Peu importe. Quelques minutes plus tard, notre homme parvint jusqu'aux portes des cuisines.
    L'un des privilèges d'être sous-surveillant, c'était de pouvoir manger de temps en temps en cuisine où l'on trouvait des repas bien plus nourrissant et agréable qu'au réfectoire. Ça c'était le pied ! Mais il ne s'y rendait pas simplement pour remplir son estomac. Il effectuait souvent du troc avec un des cuisiniers. Des filles en échange de cigarettes. En général. Car s'il y avait bien un gars qui s'y connaissait en gonzesses du pensionnat, c'était bien lui. Il savait parfaitement quels étaient les bons coups, et ceux qu'il valait mieux oublier. C'était moche ? Allons... y avait pire que le proxénétisme dans cet endroit pas vrai ? Y avait pas mort d'homme. Aujourd'hui il allait donc réclamer son dû.

    Il allait entrer dans la salle lorsqu'il aperçut une frêle silhouette s'approcher. Il fronça légèrement les sourcils. Ce n'était pas son physique qui le surprenait mais la façon dont elle se déplaçait. Un peu... incertaine; A tâtons... comme si elle était... bah m*rde alors ! Shean comprit un peu mieux lorsqu'il perçut le gris trop clair de ses yeux. Attends il connaissait cette fille, il avait survolé son dossier. Un des plus jeunes pensionnaires d'Anguish... une dénommée Mary d'après sa mémoire. Pourtant il avait pas le souvenir d'avoir vu qu'elle était aveugle sur son dossier médicale ! Ah... elle avait du essayer de s'enfuir plusieurs fois ou bien s'était attaquée de trop prêt aux surveillants. Y avait que ça pour subir un châtiment aussi... important. Pauvre fille. Oui il était capable de compassion faut pas croire ! Vu sa peau toute pâle et l'heure qu'il était... elle avait sûrement pas encore manger et voulait peut-être se rendre au réfectoire d'à coté.
    Il hésita puis fit quelques pas vers elle.


    - Hey ! Mary c'est ça ? Viens par-là, n'ai pas peur. Approche, je te veux aucun mal.

    Il glissa sa main dans la sienne en essayant de se montrer disons... doux. Il était plus doué qu'il ne le pensait. Il n'attendit pas de savoir si elle lui faisait confiance ou non, il l'entraina jusque dans les cuisines. Une délicieuse odeur de crêpes, de gaufres et de pain grillé lui fit frémir les narines. Bon tout ça c'était réservé aux surveillants. Tout comme les œufs, le bacon et autres gourmandises. Un cuisinier s'approcha de lui, s'essuyant les mains dans un torchons plus ou moins propre.

    - Ah Kurtis ! Tu m’amène de quoi grignoter ?

    Il ricana et tendit la main en direction de la fillette. Shean intercepta son geste d'un mouvement plus rude et brute qu'il ne le pensait. Il planta un regard froid et glacial dans celui du cuistot.

    - Pas touche. Amène-moi deux assiettes bien remplies et mes deux paquets de clopes au lieu de faire le con.

    Le type se renfrogna et s’exécuta. La fille de la dernière avait vraiment du le mettre de bonne humeur. Il guida la jeune fille jusqu'à une table et l'installa sur une chaise. Jamais, ô grand jamais, il s'était comporté comme ça avec quiconque. Jamais. Pourquoi elle ? Parce qu'elle était aveugle ? Peut-être. Lorsque le petit déjeuner arrive, il poussa l'assiette et les couverts en face d'elle.

    - Allez, mange. Ce sera peut-être la première et dernière fois que tu avalera quelque chose de comestible. Profites-en.

    De son coté, il engouffra une crêpe dans sa bouche sans la regarder. Il se fichait bien que ça se sache, il ne craignait rien ni personne ici. Surtout pas ces gros malins de surveillants qui se prenaient pour les rois du monde. C'était juste une bande de guignols, ouais.
    Il jeta un coup d’œil à la gamine. Elle était foutrement jeune. Du gâchis. Enfin... il en avait violée des plus jeunes encore. Il le criait pas sous tous les toits bien sûr. Dans ses souvenirs la plus jeune qu'il ai violé avait 12 ans. Il était bourré comme un trou et voyait pas plus loin que le bout de son nez. Mais c'était pas une raison hein ?

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Utterson
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 21
Avatar : : Helena Bonham Carter
Crainte : Anguish et tout ce qui va avec.
Date d'inscription : 23/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: Un fumeur famélique    Mer 28 Mar - 14:00

« -Monseigneur vous êtes trop bon, grogna-t-elle. »

Avant de se demander d’où ce grand malade connaissait son nom et pourquoi il l’invitait à une petit dej’ party, Mary huma les odeurs de cuisine qui s’imprégnaient dans toute la pièce. Une vague écœurante d’huile de friture, de cuisson en cours et de confit poisseux lui éclaboussa le visage. Le mec était princier. Son sens du service se faisait difficilement une place logique dans le décor qu’elle fréquentait depuis plus d’un mois. Une subtile exhalaison de cigarette provenait de lui et ajoutait une note un peu barbare à ce tableau olfactif déjà agressif. Elle déchira doucement un morceau de sa crêpe quand elle entendit qu’on posait un plat devant elle. Le porta à sa bouche, mâcha, avala lentement puis se jeta sur le reste comme si on risquait de lui arracher. Son estomac gonflé de vide lui rappela violemment son existence. Pendant qu’elle engloutissait furieusement ce qu’elle avait sous la patte, l’autre main cherchait du ravitaillement sur la table.
Son cerveau s’embruma et se concentra sur un instinct primaire. La voix du garçon était jeune, quoi qu’un peu éraillé, détendue comme un chewing-gum qu’on mastique depuis des mois. Un mec cool.
Charles Manson était hippie.

La bouffe qu’on leur servait au réfectoire était tellement dégueulasse, toute de graisse mâchée et prête à déglutir, qu’il était inconcevable qu’une telle immondice soit avortée dans cette cuisine-là. Vraisemblablement on préparait un diner pour la Reine. Depuis qu’on lui avait arraché une partie de la rétine, elle n’avait le droit que de passer ses journées à traîner ses grolles dans le bâtiment. Il était fort probable qu’on ne la laissait pas complètement crever sur une dalle juste parce qu’un surveillant lui avait trouvé un usage à long terme.
Lorsqu’elle eut terminé la ration qu’on lui avait donné, elle en demanda une autre. Elle replia les genoux sur sa chaise et tourna la tête pour voir si elle n’entendait pas les cuisiniers quelque part. Les ustensiles, ça faisait un boucan du Diable.

« -Il y en a un autre comme vous qui me donne à manger de toute façon. »

Elle s’en serait bien passé d’ailleurs, mais au moins elle ne crevait pas de faim par malnutrition. La pâte des crêpes s’entassait au fond de sa panse. Elle ne le remercia même pas et repoussa l’assiette pour pouvoir planter ses coudes sur la table et y enfouir son visage un peu. Entre ses côtes, ça ne passait pas. Si elle avalait une bouchée supplémentaire elle allait vomir. Fallait pas manger trop vite après un régime, c’est vrai.
Quelque part elle avait très envie de partir. Il y avait toujours cette petite angoisse que l’autre avait réussi à immiscer chez elle. Si le surveillant qui s’appelait Ezéquiel la croisait accompagnée, il lui arracherait le cartilage avec une tenaille. Le garçon était trop jeune pour porter la casquette de surveillant. Les cuisiniers l’avaient laissés s’installer sans broncher, ils obéissaient même à ses ordres. Si ça se trouve c’était un des deux bonhommes qui lui avaient crochetés l’orbite.

« -Je peux partir ? S’il vous plaît. »

La probabilité qu’il l’est invité par gentillesse était très faible dans le statistique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un fumeur famélique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Figurants du Clan du Loup
» Bizu, le lézard famélique
» Le petit monde d'Angélique
» De 2001à 2004, les opposants avaient mis en place un plan machiavélique
» Angélique de Coulange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: