AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Dim 22 Jan - 23:11

(c) Eden Memories
Tsukiko Yuki
FEAT. Uehara Takuya
.
AGE : 19 ans
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Un 17 avril au Japon
SITUATION AMOUREUSE : très ouverte
GROUPE : Silencers

    ■ ■ ■ ONCE UPON A TIME
    20 lignes minimum pour ton histoire.
Que dire de l'histoire (enfin, histoire est un grand mot, quand on a que 19 ans, on ne peut pas vraiment dire qu'on a vécu...) de Yuki? En tout cas elle va vous sembler bien fade, et pas vraiment à l'image de son excentrique personnalité. En effet s'il y a bien une chose dont Yuki peut se vanter, c'est de ne devoir son caractère flamboyant qu'à lui-même. Encore qu'il ne se gène pas pour se vanter constamment et sur tous les sujets... mais je m'éloigne de l'histoire.
Le fait d'être le benjamin d'une famille multimilliardaire ne l'a probablement pas aidé à étouffer sa folie des grandeurs et quand on sait que son père est le propriétaire de l'entreprise Santory, premier distributeur et plus ancien fabricant de boissons alcoolisées au Japon et que sa mère était la cadette du Directeur de la principale entreprise de fabrications de vêtements et autres accessoires de modes de l'île, on peut commencer à se dire que cela explique deux trois petites chose sur Yuki. Cela dit, cela n'explique pas tout non plus. S'il suffisait de deux parents milliardaires pour justifier son excentricité, ou irait le monde?

Il commença donc une vie normale et bien qu'il ai également un frère de 3 ans de plus que lui, il admirait surtout sa soeur qui avait à peine un an de plus que le jeune Yuki. Il savait à peine marcher qu'on pouvait déjà le voir la suivre partout tel un caneton derrière sa mère dans l'appartement familial qui couvrait simplement la superficie des deux derniers étages d'un gratte-ciel au coeur de Tokyo.
Tout jeune il n'hésitait déjà pas à afficher sa particularité, il mettait les vêtements de sa soeur, effrayait ses camarades de classe en leur expliquant comment on embrassait avec la langue (et à peine plus tard il pouvait expliquer en détail toutes les étapes de la reproduction de l'être humain) et surtout semblait déjà posséder un don tout particulier dans l'art de ne rien faire d'utile de ses journées.
Ses parents ne s'en préoccupaient pas plus que ça. Pour commencer ils n'avaient pas que ça à faire, c'était des gens très occupés, c'est pour ce genre de choses que l'on payait les nounous (qui ne restaient jamais très longtemps au service de la famille d'ailleurs), et en plus, Yuki était excentrique, oui, mais pas plus que certains enfants de son âge. Ils ont des phases comme les pédopsychiatres aiment dire.

Bien entendu, et comme pour tous les gosses, les choses se gâtèrent à l'adolescence.
Comme on peut le deviner, Yuki n'était pas le genre à fréquenter les enfants sages, et quand il partit au collège (même les établissements les plus cotés ont leur lot de mauvaises graines) les choses ne firent que se gâter. Traînant avec les délinquant du coins, il passait plus de temps à faire l'école buissonnière, traîner sans but précis dans les quartiers huppés de Tokyo, traîner dans les karaokés et à se droguer avec ce que lui et ses amis ils pouvaient bien trouver (en bref, dilapider l'argent de ses parents) qu'assis sur les bancs de l'école. C'est d'ailleurs en "s'amusant" dans les rues de Shibuya qu'il rencontra un jeune barman d'une boîte branchée qui lui apprit à peu près tout ce qu'il y avait à savoir pour devenir un homme. Yuki était déjà un garçon très exubérant, mais la fréquentation de Reizo acheva de décoincer ce qu'il pouvait encore rester de coincé chez lui. Malgré la différence d'âge (il en avait 18 et Yuki 12, mais il n'était plus à ça près) le garçon considérait Reizo à la fois comme son meilleur ami, son amant et son mentor.
Malgré l'aspect choquant de leur relation (mais comme le disait Yuki lui même, quand on aime, l'âge n'est qu'un détail futile) on ne pouvait pas vraiment dire que l'influence de Reizo fut négative dans l'ensemble, au contraire. Il le poussa à retourner plus régulièrement en classe et Yuki qui avait des facilités (il est loin d'être bête malgré ce qu'il laisse paraître) retrouva bien vite une moyenne plus qu'acceptable. Reizo s'occupait également de ses fréquentations, les gens à utiles et ceux à éviter si bien qu'il fini vite par connaitre tout l'envers de Tokyo et quelles ficelles sur lesquelles tirer en cas de problème.
Il vécurent le parfait amour pendant deux ans (que c'est mignon) jusqu'à ce que ses parents apprennent que leur fils de 14 ans sortait avec un homme de 20 (car si pour Yuki la différence d'âge n'était rien, il n'était pas assez bête pour le crier sur tous les toits, sachant pertinemment que pensait la loi sur le sujet). Il ne fallut même pas une semaine pour que Reizo se retrouve derrière les barreaux et Yuki envoyé en internat en Angleterre dans l'espoir d'éventer l'affaire et de remettre leur fils sur le droit chemin.
Durant sa première année au lycée, il se tint tranquille. N'importe qui aurait tendance à se calmer s'il était envoyé du jour au lendemain dans un internat à plusieurs milliers de kilomètre de tout ce qu'il avait connu depuis sa naissance, dans un pays dont il parlait à peine la langue (s'il n'allait jamais en cours, ce n'était pas pour faire une exception pour l'anglais). Étant forcé par son immersion linguistique totale au pays du thé au lait, il apprit rapidement l'anglais. Il ne s'exprimait quasiment qu'avec des signes à son arrivée, mais au bout d'un an il parlait la langue couramment, avec un fort accent et encore pas mal d'erreurs certes, mais au moins il savait s'exprimer.
Yuki avait beau être un garçon doué quand il s'appliquait, la barrière de la langue lui fit redoubler sa première année de lycée. Même si ses notes étaient plutôt correctes en fin d'année, il avait eu trop de lacunes durant le premier semestre pour avoir une moyenne suffisante pour passer dans la classe au dessus.

Ses progrès, néanmoins fulgurant, étaient dus à son professeur d'anglais, une jeune nouvelle de 27 ans qui avait donné des cours d'anglais au Japon en temps que lectrice durant ses études et avait donc quelques bases dans la langue de Yuki, qui s'était beaucoup impliquée pour le faire parvenir à ce niveau plus qu'acceptable... Un peu trop impliquée probablement, puisque en fin d'année, c'était dans le lit de la jeune femme que Yuki prenait ses cours particulier, et ils y avaient autant à apprendre l'un de l'autre. Yuki en avait été le premier surpris. Lui qui n'avait jusqu'à présent été attiré que par les garçons s'était senti comme envoûté par la jeune prof. Elle l'avait attiré parce qu'il avait senti en elle quelque chose de plus que dans les autres femmes. Il n'aurait su dire exactement quoi. Une sorte de flamme dont la lumière l'aurait attiré comme un moustique.
Malheureusement leur relation ne dura pas plus que quelques mois. Un des amis de Yuki (qui avait très probablement des vues sur le garçon qui ne cessait de repousser ses avances) apprit on ne sait comment qu'il y avait plus entre eux deux qu'une simple relation élève-professeur et menaçait de tout dire ce qui aurait définitivement ruiné la carrière à peine entamée de la jeune femme. Elle avait trop d'ambition pour se la laisser ruiner pour ce qui n'aurait été qu'une relation sans avenir et demanda à se faire transférer dans un lycée aux Etats-Unis.


    ■ ■ ■ YOUR TEMPER
    15 lignes minimum pour ton caractère.
Comment décrire au mieux la personnalité impossible de Yuki? En commençant peut-être par ce qui peu surprendre sinon choquer n'importe qui adressant la parole à Yuki pendant plus de deux secondes. Yuki parle de lui au féminin. Il annonce à qui veut l'entendre (et même à qui ne veut pas) qu'il n'est qu'une faible femme piégée dans une cage ayant la forme d'un corps masculin... Il ira même jusqu'à se vexer si l'on emploi le masculin pour parler de lui... encore que cela dépendra de la personne, mais il est sûr que vous marquerez des points si vous vous adressez à lui comme à une demoiselle.
D'ailleurs, vu ses manies de piocher sans se gêner dans les vêtements étiquetés pour femmes, il est très facile de se méprendre (et l'on a ensuite une belle surprise quand vient le moment de se mettre sérieusement à jouer à ces petits jeux d'adultes pour lesquels Yuki est se montre particulièrement doué).
En parlant de cela, il arrive très souvent à Yuki de "s'amuser" de cette manière. Pour lui c'est une distraction comme une autre. Il ne voit rien de mal à s'offrir régulièrement de la chaleur humaine pour réchauffer son lit. Il n'est pas tellement du genre jaloux, au contraire, Yuki est très partageur, mais il supporte mal le refus et cela dans tous les domaines, pas que ceux qui concernent le sport de chambre. En clair, si on lui refuse quelque chose, il trouvera un moyen de se l'attribuer, et si cela lui est complètement impossible, vous pouvez être sûrs qu'il trouvera un moyen de se venger de la personne qu'il juge coupable de ses malheurs quand le temps sera venu.
Il est facile de le deviner, Yuki est quelqu'un de plutôt extraverti. Euphémisme. En fait, lors de sa conception, Madame Timidité devait très probablement être en congé maladie ou en grève. Complètement insouciant, il pense surtout à s'amuser et à faire ce qu'il veut quand il veut sans prendre en compte les conséquences que pourraient avoir ses actes. Il se laisse complètement guider par ses émotions (beaucoup se demandent encore s'il ne possède qu'un once de raison). Il est la parfaite illustration du Carpe Diem et est incapable de se projeter dans le future plus de quelques jours.


    ■ ■ ■ YOUR PHYSIC
    10 lignes minimum pour ton physique.
D'apparence physique, Yuki est bel et bien un homme. Il a ce qu'il faut là ou il faut. Etant japonais il est bien sûr typé asiatique, yeux bridés et sombres, cheveux fins qu'il à tendance à décolorer et qu'il porte plutôt long pour un garçon (les cheveux courts lui font une tête atroce selon lui). Niveau carrure, il est de taille plutôt moyenne, voire légèrement en dessous de la moyenne, mais ne faire qu'un mètre soixante-quatorze ne le dérange absolument pas, il n'a aucun problème à porter des talons s'il le désire. Son apparence frêle est d'autant plus soulignée par sa minceur. Selon certains il n'aurait que la peau sur les os. Se disant végétarien, il surveille son alimentation bien sûr, mais il en fait parfois un peu trop. Il lui arrive parfois de me pas manger du tout pendant plusieurs jours de suite.
Niveau vestimentaire, Yuki est le genre de personne qu'il est difficile de ne pas remarquer quand on le croise dans la rue. Il se dit être au top de la mode, mais il semblerait qu'il soit parfois un peu trop "au top" justement. Il n'hésite d'ailleurs pas à revêtir des vêtements féminins, parfois même des fringues pour enfants, s'il rentre dedans et que cela le met en valeur, il ne voit pas pourquoi il se priverait.
Bien qu'il adore porter toutes les couleurs, surtout les couleurs vives, on peu noter qu'il a une certaine affection pour la couleur rouge. En fait il sort rarement sans porter un élément rouge, quel qu'il soit, dans sa tenue. Ce serait sa couleur porte-bonheur selon lui. D'ailleurs il a teint une des mèche de sa nuque écarlate juste 'au cas ou'. La mèche n'est pas vraiment visible cachée sous la masse de sa chevelure, mais pour Yuki, c'est une question de principe.


    ■ ■ ■ WHY ARE YOU AT PRISON OF ANGUISH?
    10 lignes minimum pour me décrire de quel façon et pourquoi es-tu ici
Yuki avait bu plus que raison ce soir là. Il avait l’habitude de se bourrer la gueule presque tous les soirs avec ses amis maintenant qu’il avait eu le temps de rencontrer du monde en Angleterre, maintenant qu’il avait creusé son trou. Mais quand il était entré dans le living-room à peine éclairé par une lampe dans un coin de la pièce et le feu brûlant dans la cheminée, c’est à peine s’il arrivait à penser clairement. Il était deux heures et demi du matin mais il n’avait pas perdu son temps. Il avait bu son premier verre de la soirée à 18h30 et son premier pétard à 20h. Il avait vomi une première fois, bu de nouveau, accepté d’avaler 3 chips qu’une camarade de beuverie avec un semblant de responsabilité lui avait forcé à mettre dans la bouche. Elles avaient constitué son seul dîner. Il ne les avait pas gardés longtemps dans l’estomac, avait repris un verre contenant un mélange bizarre et complètement infâme, un autre, ils s’étaient succédés. Il lui aurait été impossible de dire combien de cocktails et autres alcools il avait ingurgité mais cela n’était pas une surprise. Il était rare qu’il se souvienne de ce genre de détails quand il décidait de sortir.
Il ne se souvenait plus comment il avait fini par regagner sa maison, un taxi peut-être, ou on l’avait raccompagné, mais maintenant il se dressait derrière le canapé de son salon. Non pas son salon à lui, mais son salon à elle.

Elle devait s’attendre à ce qu’il la rejoigne cette nuit parce qu’elle ne paru pas du tout surprise quand il lui fit face après avoir contourné le canapé sur lequel elle était assise. Elle non plus n’avait pas perdu son temps à en juger par la bouteille de cognac à moitié vide qui se dressait sur la petite table basse. Pas de verre, elle avait bu à même la bouteille. Ses doutes furent confirmés quand il vit les trainées noires, à présent sèches, de mascara laissées par les larmes. Elle avait pleuré. Il ne l’avait jamais vu pleurer, il ne l’avait jamais vu négligée. Il eu presque pitié d’elle. Il faillit la rejoindre sur le canapé et la prendre dans ses bras pour la consoler, mais à la place il se dirigea vers la chaine stéréo et s’affaira à y insérer un CD, toute son attention y était concentrée pour réussir cette opération simple rendue compliquée à travers les brumes de l’alcool. Il avait besoin de tourner le dos aux grands yeux noirs qui le fixaient désespérément en attente de réponses.
La musique s’éleva des enceintes, un son lent et sourd mais au rythme régulier. La voix s’élevait à peine plus qu’un murmure, comme si le chanteur n’adressait sa mélodie qu’à son micro. Yuki revint se placer face aux grands yeux noirs, il attrapa la bouteille sur la table et se mis à en laper quelques gorgées au goulot tout en se déhanchant lentement au rythme de la musique. Tout aussi lentement il commença à déboutonner de sa main libre son chemisier pour dévoiler son torse maigre.
Elle n’avait pas bougé d’un pouce mais sa respiration s’était accélérée, s’était faite plus saccadée. Il lui faisait de l’effet. Il eu un petit sourire, ferma les yeux et reversa sa tête en arrière. Homme comme femmes, il savait parfaitement comment les faire frémir. Il ramena la tête vers l’avant et repris une lampée d’alcool. Il s’essuya la bouche du revers de la main et descendit ses doigts au niveau de sa ceinture qu’il commença à déboucler.
Il se sentit basculer brusquement vers l’avant. La traction violente lui fit lâcher la bouteille dont le contenu alla s’épandre sur la moquette mais ni l’une ni l’autre ne s’en préoccupait. Elle avait fini par craquer et l’avait attirée à elle en l’attrapant par cette taille qui ondulait devant elle de façon si indécente.
Il se trouvait sous elle, allongé sur le canapé, elle avait pris possession de sa bouche. Elle aimait le maitriser. Toujours. Il adorait se laisser faire. Mais pas ce soir.

Ce soir, il avait aussi son mot à dire, sa danse à mener. Il la repoussa plus doucement qu’elle ne l’avait attiré à elle. Il s’assit et entreprit d’enlever ses chaussures alors qu’elle le regardait sans rien faire, probablement déconcertée par ce changement d’attitude.
Quand il se redressa il prit quelques secondes pour la regarder. Ses cheveux châtains d’ordinaire si bien peignés avait été défaits par leur petite étreinte sur le canapé. Ses joues étaient presque aussi rouges que ses lèvres, et probablement brûlantes. Sa poitrine généreuse se soulevait à un rythme saccadé, elle semblait à bout de souffle alors que la nuit ne venait de commencer. Sa taille fine qu’il avait enserrée tant de fois, ses longues jambes, dont Yuki pouvait témoigner de la souplesse mais surtout ses yeux, ses grands yeux noirs qu’il avait désiré dès qu’ils s’était posés sur sa petite personne insignifiante. Tout cela était à lui. Ce professeur qui était le fantasme de la majorité des élèves de l’école, c’était lui qui la retrouvait sans ses draps toutes les nuits.
Il lui adressa un petit sourire pour pencha pour l’embrasser. Il la tira doucement par la bretelle de son débardeur hors du canapé jusqu’à sa chambre. Une fois dans la pièce qui les avait vu s’étreindre un nombre incalculable de fois, c’est elle qui le poussa sur le lit pour achever de le déshabiller.
Cette nuit la fut unique pour l’un comme pour l’autre. Une nouvelle première fois.
Tels deux escrimeurs, ils s'étaient provoqués en duel, ils luttaient l'un contre l'autre, puis trouvant leur rythme, leur lutte était devenue danse. Une danse dont ils exécutaient les pas en parfaite osmose.

Le soleil n'était toujours pas levé lorsqu'elle prit la parole en brisant le silence qui venait s'était installé depuis quelques dizaines de minutes. Elle savait que Yuki ne dormait pas bien qu'il lui tourne le dos. Elle demanda d'une voix hésitante comment il était au courant. Il ne répondit pas tout de suite, il se retourna pour la regarder avec des yeux dénués d'expression, puis lui dévoila le nom du traître. Le même imbécile qui avait fait chanter le professeur par jalousie de sa relation avec Yuki, et qui s'était ensuite empressé d'aller se vanter de ses exploit à celui-ci. Yuki n'était pas vraiment de nature violente mais il s'était jeté sur lui et l'avait tellement frappé qu'il doutait que le garçon retrouve un jour figure humaine.
La voix de Yuki était nonchalante mais tout son corps était tendu.

- De toute façon c’est fini maintenant. Il ne nous embêtera plus. Tu peux retirer ta demande de transfert pour cette université américaine.

Elle tressaillit légèrement, tout en espérant que ce mouvement était passé inaperçu pour Yuki.

- Alors tu es au courant pour ça aussi…

Le jeune homme ne répondit pas mais ses yeux accusateurs parlaient d’eux-même. La jeune femme eu un long soupir et regarda droit devant elle. Elle n’aurais jamais eu le courage d’affronter le regard insistant du garçon. Le sentir parcourir tout son corps de ses yeux bruns étaient déjà assez pénible.

- Ecoutes… c’est plus compliqué que ça… Je ne peux pas retirer ma demande comme ça…

Yuki senti qu’il n’obtiendrait rien d’elle s’il continuait à l’intimider de cette façon. Il se fit soudain plus câlin, se colla contre elle et se blottit dans ses bras.

- Bien sûr que si tu peux. Personne ne peut rien refuser à tes beaux yeux. Pas même ce vieux con de directeur.

Il commença à l’embrasser dans le cou ce qui arracha un petit sourire à la jeune femme. Encouragé, Yuki se déplaça doucement jusqu’à se positionner sur elle. Il continua de ponctuer sa gorge de baisers, montant lentement vers sa joue, pour enfin poser sa bouche sur la sienne. Elle émit un petit gémissement et le garçon cru qu’il commençait à la faire craquer, aussi fut-il surprit lorsqu’elle le repoussa brusquement.

- Qu’est-ce qu’il te prend ?

- Arrêtes Yuki. C’est déjà assez compliqué comme ça.

Le jeune homme senti la colère monter en lui.

- Qu’est-ce qui est compliqué ? Rien n’est compliqué ! Tu vas chez ce putain de directeur et tu lui expliques que tu as changé d’avis. C’est tout.

- Il va trouver ça étrange et se douter de…

- Rien du tout ! Nous sommes trois à être au courant. Toi, moi, et le dernier ne parlera pas. De toute façon il n’est pas vraiment en état.

La professeur se redressa légèrement sur le lit, une expression choquée collée sur le visage.

- Qu’est-ce que tu lui as fait ?

- Ce que tu aurais dû faire. Je lui ai tenu tête et je lui ai fait cracher la promesse qu’il tiendrait sa bouche.

La jeune femme n’osa pas lui faire remarquer la faute dans son expression elle se contenta de le fixer avec des yeux horrifiés. La réaction de son amante irritait grandement Yuki. Il ne comprenait pas ou était le problème, il n’y avait pas lieu à une dispute. Elle avait juste trois mot à glisser au proviseur et l’affaire était conclue. Il s’était assis à son tour sur le lit. Le jeune homme se força à respirer un grand coup. La colère lui embrouillait les idées et la migraine qui commençait à poindre n’était pas pour arranger les choses.

- Ecoutes. Tout ce que tu as à faire c’est aller parler au directeur.

- Non Yuki. Je crois… Je crois que ce n’est pas plus mal comme ça.

Yuki eu l’impression que son cœur, ses poumons, tous les organes que contenaient sa cage thoracique venaient de lâcher et d’atterrir dans son ventre au milieu de boyaux et des intestins. Et elle lui annonçait ça d’une voix calme en plus. Elle n’avait même pas le cran de le regarder en face.

- …Pardon ?

Sa voix avait tremblée. Cela raviva immédiatement sa colère, contre lui-même surtout, parce qu’il haïssait constater que la nouvelle lui faisait autant d’effet, mais il préféra la diriger entièrement vers son professeur .

- Yuki, même si on s’en sort pour cette fois, quelqu’un d’autre finira forcément par savoir pour nous. Et on aura peut-être pas autant de chance. Je ne regrette pas, mais il vaut mieux y mettre fin avant qu’il ne soit trop tard. Je veux en garder un bon souvenir, c’est mieux comme ça. Et puis, ça n’allait pas durer indéfiniment cette histoire. On ferait mieux de se trouver chacun quelqu’un de notre âge. Il y a bien quelqu’un qui te plait dans ta classe.

Les oreilles de Yuki bourdonnaient. Qu’elle se taise. Mais qu’elle se taise. Il ne voulait pas entendre un mot de plus. Elle gâchait tout. Tout ce qu’il avait voulu chez elle. Tout ce qui l’avait attiré, ce qu’il avait voulu posséder, il ne voyait plus rien de tout cela. Il ne voyait plus que sa bouche qui débitait tout un tas d’inepties qui lui était plus désagréable à entendre qu’un concerto de fourchettes sur de la porcelaine. Il voulais juste la faire taire par n’importe quel moyen.

- Yuki ne fait pas cette tête s’il te plait. C’est dur pour moi aussi, mais je ne veux pas qu’on se sépare fâchés. Viens près de moi.

Yuki leva les yeux vers les bras tendus qu’elle lui offrait et n’hésita pas un instant pour se jeter sur elle. Ses mains longues et fines encore douloureuses par endroit à cause des coup qu’elle avaient donnés quelques heures plus tôt enserrèrent le cou que ses lèvres venaient de baiser. Elle ne réagit pas tout de suite, mais une fois le choc de la surprise passée, elle se mis à se débattre mais Yuki la tenait bien. Ses cuisses et ses mains étaient plus serrées qu’un étau. Elle lui griffa les bras, le dos, le visage mais le garçon ne sentait même pas les ongles lui lacérer la peau. Il était lui-même dans un état second et n’avait plus toute possession de ses sens. La seule chose qu’il pouvait voir était ses yeux noirs. Ses yeux noirs qui exprimaient surprise, incompréhension, peur, panique, imploration puis une infinie tristesse mêlée à quelque chose ressemblant à de la tendresse à moins que ce ne fut de la résignation. Il regarda ses yeux noirs profonds et brillants devenir opaques au fur et à mesure que la vie s’échappaient de son corps, jusqu’à ce que les pupilles soient complètement recouvertes d’un voile.

Il ne se rendit pas immédiatement compte qu’elle ne bougeait plus. Mais quand il la lâcha son corps était encore chaud bien que complètement inerte. Toute sa colère avait disparue. Ne restait que le vide. Il la regarda, blanche, nue, magnifique. Il la recoiffa en passant ses doigt dans sa longue chevelure, donna à son corps une position plus naturelle, puis une fois satisfait, il se pencha sur elle pour l’embrasser sur sa bouche tiède. Il s’allongea à ses côtés et lui caressa doucement la joue tout en lui parlant d’une voix tendre.

- J’aurais pu tout accepter, le désir de vouloir aller de l’avant dans ta carrière, j’aimais cette volonté chez toi, cette soif de réussir. J’aurais compris. J’aurais même accepté que tu m’annonces que tu avais un homme qui t’attendait de l’autre côté de l’océan. Que tu voulais faire ta vie avec lui. Mais ça… ? Tu m’as déçu… Tu étais en train de changer. Tu devenais une inconnue pour moi. Celle que je connaissais, la femme forte et décidée qui n’avait peur de rien, elle était en train de disparaitre… Il fallait que tu partes maintenant tu comprends ? Avant qu’il ne soit trop tard… Ainsi tu restes parfaite, la femme que je connais et que j’ai aimée pendant des mois, tu restes cette femme pour toujours, et je ne te perdrais jamais.

Son regard se posa sur celui, vide, de la jeune femme inerte.

- Je n’emporte que tes yeux avec moi. Tes yeux noirs et brillant. Le souvenir de leur dernier éclat de vie restera à jamais dans ma mémoire.

Il lui ferma les paupières et après un dernier baiser, il s’écarta d’elle. Même d’ici elle semblait dormir paisiblement. Seules les marques violettes autour de son coup trahissait ce qu’il en était vraiment.

Après un dernier regard il se leva et sorti de la chambre en fermant la porte derrière lui. Il se rendit au salon. Les étagères, la télé, le canapé dont les coussins avaient encore la forme de leurs deux corps qui s’y étaient allongés la veille… la tâche d’alcool avait séché mais on en voyait encore la marque sombre sur la moquette. Deux livres trainaient sur la table basse. Un bouquin historique traitant des premiers massacres chrétiens et un autre consacré entièrement a l’analyse du personnage de Moriarty dans les romans de Sir Conan Doyle. Elle a une véritable obsession pour ce personnage. Avait.
Tout semblait à la fois semblable et différent.

Yuki arriva dans la cuisine. Le dessin de poney retenu par un aimant en forme d’arc-en-ciel attira son regard. Elle avait été tellement fière de présenter à Yuki la dernière oeuvre que sa nièce lui avait offert. La petite était d’ailleurs plutôt douée pour son âge.
La machine à gaufres était encore sortie. Est-ce qu’elle ne l’avait pas rentrée depuis la dernière fois qu’ils en avaient fait ensemble ? Ou l’avait elle tout simplement ressortie, pour une raison quelconque ?
Un mouvement maladroit du bras lui fit envoyer un pot de ketchup par terre. Yuki resta quelques minutes à contempler la flaque rouge et épaisse s’étaler lentement sur le sol. Il sentit un rire nerveux monter du fond de son ventre, ses épaules se secouèrent dans un mouvement saccadé.

Il était temps qu’il s’en aille.

Il n’avait rien sur le dos. Sa nudité ne le gênait aucunement mais il avait plutôt intérêt à enfiler quelque chose s’il voulait sortir dans la rue et rentrer chez lui. Il n’avait pas envie de retourner dans la chambre où il avait laissé tous ses vêtements, aussi se rendit-il dans la salle de bain où il trouva un jean et un t-shirt qui lui allaient. Elle et lui faisaient pratiquement la même taille. Il était même légèrement plus mince. Il prit également la paire de bottes préférées du professeur. Il savait que c’était celles-là parce que c’était les plus abîmées, celles qu’elle mettait presque tous les jours et qu’elle s’était refusée à jeter alors même que Yuki lui avait proposé de lui acheter une nouvelle paire. Yuki se dit qu’elle ne lui en voudrait pas qu’il les emprunte pour une durée indéterminée…

Il était rentré chez lui à pied. Il y avait plus d’une heure de marche mais pour une fois il n’appellerait pas un taxi comme il avait l’habitude de le faire. Il s’était senti l’envie de marcher.
Il fini par arriver devant la porte de son appartement mais il n'aurait pu dire le temps q'il avait mit pour rentrer. Il avait mal aux pieds. Affreusement mal aux pied. Chose peu étonnante, car s'il faisait à peut-près le même gabarit que son professeur, leurs pointures était en revanche bien différentes. Il fit tourner les clefs dans la serrure. A peine eut-il mis le pied dans l'entrée qu'il pu constater que son colocataire était à la maison, pas difficile à déduire par les vieilles baskets trouées qui traînaient en plein milieu du chemin. Un regard dans sa chambre lui permis de voir qu'il était collé à son ordinateur, Tumblr plus précisément. Bien, il n'en décollerait pas avant tard ce soir. Yuki alla directement dans sa chambre et s'écroula sur son lit tout habillé. Il s'endormit à peine sa tête posée sur l'oreiller.

Des coups violents portés à sa porte le firent brusquement émerger d'un sommeil sans rêve. Un coup d'oeil au réveil sur sa table de nuit lui indiqua qu'il avait dormi la grande majorité de la journée. Le soleil commençait déjà à décliner.
Son colocataire fini par renoncer à attendre une réponse de la part du jeune homme et déboula dans sa chambre en manquant d'arracher la porte au passage. Il lui dit d'une voix ou l'effarement se mêlait à l'excitation, que leur professeur d'anglais avait été retrouvée étranglée nue dans son lit à peine deux heures plus tôt. Yuki se leva péniblement et se dirigea vers la petite cuisine de l'appartement, suivit de près par son colocataire qui débitait un flot de paroles que Yuki n'écoutait même pas. Il commença à se faire un thé pendant que la pipelette lui racontait tout ce qu'il savait de l'affaire (la nouvelle avait vite fait le tour du campus) dont la moitié des informations étaient erronées (puisqu'il en était à formuler l'hyothèse d'une séance de sadomasochisme qui avait mal tourné).
L'eau était en train de bouillir quand des coups, frappée à la porte d'entrée cette fois-ci, interrompirent le colocataire de Yuki qui sorti de la cuisine pour aller ouvrir. La pause sonore fut de courte durée. Une voix grave et très masculine demanda s'ils étaient bien au domicile de M. Yuki Tsukiko et s'il était chez lui. Le colocataire bavard répondit en bredouillant par l'affirmative, et qu'il n'avait pas bougé de sa chambre de la journée.

-Elle. Elle n'a pas bougé de sa chambre toute la journée.

Trois paires d'yeux se tournèrent vers Yuki qui venait d’apparaître dans l'encadrement de la porte de la cuisine.

-Vous ête M. Yuki Tsukiko?

-Mademoiselle. Je suis mademoiselle Yuki Tsukiko, puis s'adressant directement à son coloc' qui semblait aussi vif qu'une huitre, J'ai toujours su, au fond de mon âme, que j'étais une femme, je ne vois pas ce que cela a de surprenant...

On pouvait lire une incompréhension totale dans les yeux du policier qui faisait face à cet asiatique habillé de vêtements de filles et disant en être une, mais qu'on lui avait pourtant désigné comme étant de sexe masculin, et qui en avait pourtant les caractéristiques. Une deuxième policière qui jusqu'alors était cachée par la présence massive de son collègue, fut plus prompte à réagir, probablement plus psychologue. Elle demanda à Yuki de les suivre au poste, qu'il ne fallait pas s'inquiéter, qu'ils avaient seulement quelques questions à lui poser. Yuki les suivit docilement en lançant au passage un clin d'oeil provocateur à son colocataire qui le regardait passer avec des yeux effaré. Il en était probablement resté au 'mademoiselle'.

Les deux policiers qui l'avaient ramené au poste étaient aussi ceux qui étaient chargés de l'interroger. La police avait vite fait le lien entre la jeune femme et Yuki après avoir vérifié les appels du téléphone portable de la victime. Le nombre des appels entrants et sortants étaient anormalement élevés pour une simple relation professeur-élève. Le policier demanda sur un ton railleur si tous les élèves de sa classe avaient droit à ce traitement de faveur ce à quoi Yuki répondit sur le même ton que puisqu'ils avaient fouillé dans son téléphone, ils devaient bien savoir qu'il était le seul de ses élèves figurant dans son répertoire, et qu'il ne voyait pas l'intérêt de lui poser des questions dont ils avaient déjà les réponses. La policière s'interposa et s'adressa à Yuki de façon amicale.

-Ce que mon collègue voulait demander, c'est la raison pour laquelle vous échangiez autant d'appels.

Vu son attitude, elle devait être persuadée que Yuki était un pauvre étudiant étranger un peu perdu qui avait été au mauvais endroit au mauvais moment. Elle devait probablement être au courant que la victime aidait Yuki pour l'anglais et que c'était l'unique raison pour laquelle ils avaient échangés leurs numéros. Elle était persuadée de son innocence, et elle allait être bien déçue. Yuki lui fit un grand sourire et répondit avec indolence.

-Parce qu'on couchait ensemble.

Les autorités ne mirent pas longtemps à rassembler assez de preuves de la culpabilité de Yuki. Probablement une des affaires les plus rapide qu'il leur avait été donné de résoudre. Il faut dire dire que des preuves, ils en avaient plus que nécessaire: les vêtements retrouvés dans la chambres et les particules de peau trouvé sous les ongles de la victime (sans compter les marques de griffures sur le corps de Yuki), la salive et le sperme, il y avait l'embarras du choix niveau ADN. Et puis Yuki n'avait pas cherché à se cacher non plus. A se demander s'il ne serait pas passé au aveux si on lui avait demandé directement 'bonjour, est-ce que tu n'aurais pas assassiné ta prof d'anglais par pur hasard?' Quand aux raisons qui l'avaient poussé à le faire, elle restaient très obscures pour la police. Il ne semblait éprouver aucun remords. Les seuls gestes qui avaient prouvés aux autorités qu'il était capable d'autre chose que d'insolence et de provocation étaient les petits soupirs qu'il poussait parfois, suivit d'un petit mouvement de tête désolé.

En attendant le procès, il fut placé dans un centre pour délinquants en Grande-Bretagne. Il atteignait la majorité à peine un mois plus tard mais un petit coup de pouce de la part des parents multi-milliardaires de Yuki lui permit d'éviter la prison, au moins jusqu'à ce que le juge rende sa sentence. Le procès mis quelques mois à se mettre en place, notamment parce que l'Angleterre et le Japon se disputaient le cas de Yuki (seraient il jugé dans le pays ou avait lieu le meurtre ou dans son pays natal?) et également parce que les parents du garçon faisaient tout de leur côté pour étouffer l'affaire qui nuirait grandement à leur réputation si elle finissait par être rendue totalement publique.
Finalement, une fois que la date du procès (qui aurait lieu en Angleterre) fut fixée, le juge proposa un marché avec les parents de Yuki. Soit tout ce faisait de manière classique, et l'affaire serait forcément rendue publique, soit ils choisissaient la seconde alternative.
Il existait une île ou l'on pouvait envoyer les jeune à problèmes de moins de 21 ans dans une sorte de pensionnat surveillé. Bon, ce n'était pas le grand luxe, mais c'était toujours mieux que la prison non? Vous savez ce qu'on leur fait aux jeunes en prison? Et puis ils n'étaient pas envoyés là-bas en vacances non plus hein.
Le juge leur décrivit en quelques phrases le fonctionnement de l'île, les conditions de vie en omettant quelques petits détails, comme le fait que les jeunes envoyés là-bas ne revenaient jamais, par exemple. Le juge était persuadé que d'envoyer Yuki à l'écart pendant quelques temps, cela plus une modeste compensation financière de la part d'une des familles les plus fortunées du japon, suffirait largement à étouffer l'affaire et à sauver l'honneur des Tsukiko.
Les parents de Yuki ne se concertèrent pas très longtemps avant de signer le papier qui enverrait leur fils sur une île ou il finirait très probablement le reste de ses jours.




(c) Copyright Zek
    Un peu plus sur toi
    Pseudo : Yuki
    Âge : 20 ans
    Ce que vous pensez de POA : Le contexte donne des possibilités de jeu interessantes. (Par contre je me suis permis de corriger les fautes d'anglais dans la fiche ;] )
    Par quel intermédiaire avez-vous trouvé le forum ? Par Zek.
    Fréquence de connexion : Assez souvent.


Dernière édition par Yuki Tsukiko le Sam 10 Mar - 22:32, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 23 Jan - 20:14

Bienvenue !! cheers

Très original ce personnage j'adore !!
Je veux un lien dès que possible ! lol

Bon courage pour terminer ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome D. Doherty
Commence a regretter d'être la
Commence a regretter d'être la
avatar

Nombre de messages : 249
Age : 22
Avatar : : Clémence Poesy, la magnifique, ouais !
Crainte : Quelqu'un de fort bien important a dit : ' la peur est le chemin vers le côté obscur'. Ai pas peur moi :O
Humeur : Bonne. Très bonne. Hm.
Date d'inscription : 27/03/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Je sais pas, j'avais envie de passer mes vacances ici. Vous savez, la plage, le soleil, des pensionnaires accueillants et très gentils, non, vraiment, c'est le pied ici.
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 23 Jan - 21:55

Bienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 23 Jan - 23:56

Bienvenue heu... Mademoiselle ? Oo xD
En tous les cas, c'est un très beau début de fiche, continu comme ça Wink

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mar 24 Jan - 2:27

Sasha Campfire: Merci beaucoup! Il faudra qu'on voit ça ;] Et je fait au plus vite! ^^

Eurynome D. Doherty: Merci! <3

Shean Kurtis: Merci mon chou! ;D Je fais au plus vite pour la fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Shean Kurtis
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 3057
Age : 26
Avatar : : Gaspard Ulliel
Crainte : Qu'elle me quitte...
Humeur : Amoureux
Date d'inscription : 13/10/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Viols, meurtres, drogue, cigarettes, perversité... la liste est longue !!
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mar 24 Jan - 12:22

Mon chou ?! Oo

Grumph... bon ça passe cette fois-ci parce que t'es nouveau hein... xD Razz

_________________
Code by Holliday
Shean Kurtis
Violeur の Sadique
So sexy, hum ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Shelley
| Personnel |


Nombre de messages : 296
Age : 22
Avatar : : Jason Butler Harner
Crainte : Les assistantes maternelles et l'avocat de la partie civile
Humeur : Revêche
Date d'inscription : 03/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour t'embrasser bien sûr, ma biche.
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mar 24 Jan - 17:18

Yuki, mon petit, ma toute belle, quelle joie de te revoir en lieu saint ! Rien ne t'empêche à continuer de m'appeller Maître, naturellement. Faudrait pas perdre les petites habitudes. Vent saint gris, ta gueule d'ange va me réconcilier l'ami Henry avec le peuple asiatique. Quoi qu'il en soit, sois le bienvenu et bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bethany Johns
Gagne en courage
Gagne en courage
avatar

Nombre de messages : 594
Age : 26
Avatar : : Ellen Page
Crainte : La soumission
Humeur : Obstinée !
Date d'inscription : 23/07/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Alcool, Médicaments, Drogues, Tentatives de suicides, Coma, Bagarres, Vols et coups et blessures sur agent de police
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mar 24 Jan - 23:33

Bienvenuuuuuuuuuuuue !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie E. Clayton
Commence à avoir des marques
Commence à avoir des marques
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 26
Avatar : : Cintia Dicker
Crainte : Les rires, la joie, l'Amour...
Humeur : Neutre
Date d'inscription : 14/09/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Trop glauque... trop différente...
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mer 25 Jan - 13:48

Oui, un bien drôle de personnage que voilà.

Bienvenue à Enfer petit hermaphrodite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Mer 25 Jan - 18:18

Amusant oui. Bienvenue!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Jeu 26 Jan - 15:19

Amour ! Moi qui pensai ne jamais te voir en cette terre d'asile ... <3 Je veux ... Je veux un lien, un sujet et tout ce qui peut me permettre de s'accrocher à tes manches le plus longtemps possible ! Soit la bienvenue et fait attention aux coins sombres. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Dim 26 Fév - 1:23

Merci à tous!
Désolé de la longue absence, j'ai rencontré quelques problèmes techniques avec mon ordinateur, problèmes qui ne sont pas réparés pour le moment mais il y a du mieux alors j'en profite pour revenir! J'espère que ça va durer...
En tout cas je suis d'attaque pour continuer et surtout finir ma fiche!







Et je ne suis pas hermaphrodite mais merci de l'accueil quand même...! ;D
Revenir en haut Aller en bas
Jevalile Martin
Nouvelle Tête...
Nouvelle Tête...
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 26
Avatar : : Katerina Graham
Crainte : une toute petite pièce, 4 murs et ... c'est tout
Humeur : me cherche pas ...
Date d'inscription : 26/01/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Enquête personelle
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 27 Fév - 13:38

Youhouuu ! Bienvenue a toi petit terrien !
Tu te sentiras comme un petit poisson hors de l'eau ici tu verras ^^
Plus sérieusement je te souhaite de bien en profiter, ravie de bientôt pouvoir te compter parmi nous et pouvoir faire plus ample connaissance Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Jeu 1 Mar - 21:14

J'ai lu la suite... ce serait bien que t'en rajoute un tout petit peu sur les raisons de son arrivée...

Une bagarre qui va un peu trop loin (le type est défiguré)... ce serait la raison de ta venue? Ca me paraît un peu léger niveau police... faudrait un petit plus. Le type que t'a frappé avait des connaissances au bras long et s'est vengé en demandant à être débarassé de toi par exemple...

Pour le reste, c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Jeu 1 Mar - 21:34

Merci Miss Martin! C=

C'est normal Keiji je n'ai pas fini ma fiche c'est pour ça qu'il y a encore la mention U.C. dans le titre d'ailleurs. Mais ne t'inquiète pas je ne manquerais pas de prévenir quand je l'aurais terminée. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Keira Benett
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 2280
Age : 24
Avatar : : Kristin Kreuk
Date d'inscription : 14/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Ven 2 Mar - 12:44

Je m'excuse mille fois, je ne savais pas que les autres administrateurs n'étaient pas disponible et pour ma part j'étais partie aussi en vacance donc je ne venait pas souvent sir le forum. Tous ca pour te souhaiter la bienvenue et te dire que ta fiche est validé Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Ven 2 Mar - 13:57

Trop cool !!

Amuse-toi bien Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Maracci
Nouvelle Tête...
Nouvelle Tête...
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 23
Crainte : Le fouet
Humeur : Satisfait
Date d'inscription : 22/02/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Ven 2 Mar - 17:54

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Ven 2 Mar - 17:56

Welcome ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Ven 9 Mar - 16:20

Yuki Tsukiko a écrit:
Merci Miss Martin! C=

C'est normal Keiji je n'ai pas fini ma fiche c'est pour ça qu'il y a encore la mention U.C. dans le titre d'ailleurs. Mais ne t'inquiète pas je ne manquerais pas de prévenir quand je l'aurais terminée. ^^


J'étais curieux de connaître la suite et la fin de ton histoire, j'avais pas pris le temps en voyant ta fiche validée l'autre jour, je pensais que c'était rêglé... or je me rends compte que t'as toujours pas vraiment fini, non? Je comprends Keira, beaucoup n'enlève pas leur mention UC non plus, je m'étais posé la question aussi en te lisant d'où ma remarque mais tu y as répondu... Tu restes validé mais si jamais tu veux bien compléter... n'hésites pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Sam 10 Mar - 22:09

Ah! Merci infiniment! J'ai un peu paniqué en voyant mon sujet verouillé et j'avais l'intention de mp un des admin, mais je voulais finir ma fiche avant histoire de ne pas vous mp pour rien...
Bon je ne l'ai toujours pas terminée mais j'ai bien avancé!
Promis je ne manque pas de vous prévenir quand c'est terminé!!

Edit:
FICHE TERMINÉE! \o/
J'aurais pris le temps mais ça y est, c'est fait! C=
J'espère que tout est bon du coup!
Revenir en haut Aller en bas
Alex Bailey
Nouvelle Tête...
Nouvelle Tête...
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 23
Avatar : : Chris Colfer - (c) Psykokwak
Date d'inscription : 18/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Sam 10 Mar - 22:22

Bienvenue sur le forum mademoiselle et à très bientôt en rp \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Sam 10 Mar - 22:50

Merci!
Et bien sûr, compte sur moi pour en rajouter dans le nombre de choses traumatisantes que tu as déjà traversé dans ta pourtant courte vie. ;D
Revenir en haut Aller en bas
Ander V. Avarez
| Infirmier(e) d'Anguish |
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 26
Avatar : : Enrique Iglesias
Crainte : la popularité
Humeur : plutôt bonne
Date d'inscription : 12/02/2012

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?:
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 12 Mar - 17:47

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    Lun 12 Mar - 19:22

Yuki enfin parmi nous !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"    

Revenir en haut Aller en bas
 
"Red is the colour of fiery passion and I. Am. Flaming~"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Beginning :: Etat Civil :: Fiches validées-
Sauter vers: