AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première et dernière fois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Première et dernière fois   Sam 17 Déc - 12:34

Sasha essayait de ne pas trop se balader dans le pensionnat ces temps-ci. Si jamais, au travers des caméras qui grouillaient un peu partout, on se rendait compte que cette petite blondinette n'apparaissait pas dans le registre des pensionnaires, elle avait avoir des problèmes. Et ce n'était pas vraiment le moment de se faire prendre. Après qu'elle ait tué son frère, Dimitri son autre frère aîné, avait décidé qu'il ne voulait plus jamais la revoir à l'annexe où les naufragés s'étaient réfugiés. Pourquoi avait(elle tué Aaron ? Le frère qu'elle avait toujours aimé plus que tout et qui n'avait cessé de vouloir la protéger ? Sans doute parce qu'il avait tenté de tuer Keiji. Il ne voulait qu'elle fréquente cet homme qui la poussait à se montrer violente. Il avait imaginé qu'il l'utilisait et l'abusait mais ce n'était pas vrai. Sasha avait aimé être avec Keiji, elle avait aimé à apprendre à tuer. Même si elle n'en éprouvait pas le même plaisir que l'asiatique c'était un fait. Bref. Aaron s'était retrouvé face à Keiji avec un pistolet... et la blondinette n'avait pu supporter l'idée que son frère adoré devienne un assassin et tue celui qu'elle aimait en secret. Elle voulait garder une bonne image de son frère, celui du futur historien plein de générosité et de culture. Pas celui d'un tueur. Alors elle l'avait tué. Triste sort n'est-ce pas ? Elle y pensait sans arrêt et le regrettait malgré elle. Chaque nuit elle résistait pour ne pas fondre en larmes. Il fallait qu'elle reste forte car son séjour à Anguish était sans doute loin d'être terminé.
Maintenant il fallait qu'elle trouve d'autres vêtements pour passer inaperçue. Car ses petites robes de chez Chanel ou ses escarpins de chez Gucci n'avaient rien de discret.

Alors avec mille précautions, attendant qu'il fasse sombre, elle traversa les couloirs sur la pointe des pieds. Trouver des vêtements ici d'accord... mais où ? De plus elle était plus jeune et plus petite que la plupart des filles du pensionnat. Trouver quelque chose à sa taille allait être compliqué. Dès qu'elle entendait des pas, la demoiselle s'empressait de se cacher dans une pièce au hasard. C'est ainsi qu'elle trouva, sur un coup de chance, le dortoir des filles.
Cela faisait tout de même peine à voir. Il ne s'agissait que de vieux matelas poussiéreux à même le sol avec une simple couverture miteuse pour se couvrir. Remarque, elle n'avait pas bien mieux à l'annexe.
La pièce était heureusement complètement vide mais elle ne devait pas lambiner. Elle enjamba les divers objets qui trainaient sur le sol et s'approcha des sacs bourrés de vêtements en vrac. A force de recherche, elle trouva un tee-shirt blanc avec une grande tête de chat dessus, un débardeur gris, un jean troué et un short en jean. Ce serait suffisant pour cette fois.
Sasha baissa les yeux sur sa tenue actuelle. Il s'agissait d'une petite robe à dos nu de chez Chanel, noire et légère, rehaussée d'une fine ceinture en argent. A ses pieds, elle portait des sandales à plateau noirs de chez Gucci. Elle les adorait ! un effet vernis, des semelles en cuir et des lacets au niveau des chevilles et des talons en cône.


Spoiler:
 

Ah ! Elle aurait vraiment aimé garder tout ceci sur elle. Ce n'était pas parce qu'elle aimait le luxe, Sasha avait toujours été particulièrement modeste même en vivant dans une famille riche de Russie. Mais elle trouvait cela si beau et si confortable ! Et puis ces vêtements venaient tout droit de Paris ! La Capitale française qui l'avait tant fait rêver ! Mais elle n'avait pas le choix. Les garder lui attirerait des problèmes et elle risquait aussi de les abimer. Mieux valait garder tout cela à l'abri.
Sasha se pencha alors dans le but de délacer ses sandales pour se changer lorsque soudain, la porte du dortoir s'ouvrit.
La blondinette sursauta et se redressa en craignant voir arriver une pensionnaire. Mais elle finit par reconnaître Ezequiel, le surveillant avec qui elle s'était lié de confiance. Elle soupira, rassurée.


- Oh Ezequiel... c'est toi ! Tu m'as fait une de ces peurs ! Je ne faisais rien de mal tu sais... je voulais juste trouver de quoi me changer.

Elle rougissait tout de même de s'être fait prendre. Elle n'avait pas l'habitude de voler et détestait ça d'ailleurs mais elle n'avait pas eu trop le choix. Elle aurait finit par les rapporter de toutes façons !
La jeune femme n'avait pas allumé la lumière et toux deux étaient un peu plongés dans l'obscurité. C'était beaucoup plus discret comme cela de toute manière mais le soleil se couchait encore petit à petit. Ezequiel et elle ne s'était pas recroisé depuis un petit moment et elle était contente de le voir, elle s'était prit d'affection pour lui. Était-il en train de faire une ronde dans les couloirs où l'avait-elle surprise grâce au caméras ? Peut-être ne s'était-elle pas montré aussi discrète qu'elle l'avait espéré...


Dernière édition par Sasha Campfire le Sam 17 Déc - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 17 Déc - 16:47

Ezequiel avait été assigné à la ronde dans les couloirs du château. Une manière comme une autre de l'éloigner des jeunes gens qui se préparaient à aller se coucher. Le soleil était déjà très bas en cette fin de journée et les nuages refermaient leur mains de coton sur l'astre de feu. Comme c'est poétique. Pourtant, le surveillant savait qu'on se foutait un tantinet de lui. A quoi donc servait toutes ces caméras de surveillances si ce n'est à jouer aux voyeurs lorsque les gamines se changeaient ou lorsque les autres adultes d'Anguish voulaient jouer à saute mouton dans les toilettes ? Mais soit, Ezequiel n'avait pas son mot à dire. La direction, c'était la direction. Et on ne contredit pas les supérieur. C'était fort dommage, d'ailleurs, puisque le surveillant avait pas mal de plaintes à porter à l'administration quant à l'organisation des repas.Mais tout compte fait, il tenait un tant soit peu à ses jambes.

Alors, fusil à la main, télécommande dans la poche, il faisait tranquillement sa ronde, sifflotant un air populaire qui s'élevait dans les couloirs du pensionnat. De temps en temps, par précaution -il ne voulait pas être prit par les caméras à rater un petit voyou en train de préparer une bombe artisanale avec des feuilles de bananiers et quelques mètres de lianes- il ouvrait doucement des portes, jetait un rapide coup d'œil et lançait un "Il y a quelqu'un ?" pour briser le silence pesant qui régnait sur les lieux. Il n'y avait jamais personne. Les couloirs aussi bien que les pièces. Mais Ezequiel stoppa sa marche, arrêta de respirer et pu entendre une cliquetis lent et méfiant d'une paire de talons. Le surveillant était loin de posséder l'intelligence d'Einstein ou la déduction de Sherlock Homles mais il paraissait évident qu'adulte comme pensionnaire, porter des talons à cette heure de la journée n'était pas très malin. Ni très discret. A pas feutré, il suivit l'écho du son jusqu'aux dortoirs des filles. Ce qui semblait être d'une logique indiscutable, à moins qu'Anguish n'accueille quelque travelos. Il se pencha sur la porte et tendit l'oreille pour peut-être confirmer ses soupçons. Et chose faite, il réajusta on fusil accroché à son épaule et donna un grand coup de botte -encore boueuse de la journée- sur la porte et entra en trombe pour viser l'intruse.

Mais rapidement, il eut quelques hésitations. Dans le noir, il avait du mal à reconnaitre la personne en face de lui. Il baissa doucement le canon de son arme, fronça les sourcils et une connaissance lui apparut. Sasha. La petite Sasha. Sa petite Sasha. Elle n'était pas du pensionnat, aussi eut-il quelques surprises en la voyant fouiller dans le sac d'une des filles. Baissant et relevant successivement les yeux de son visage au sac, il tenta de comprendre. Et fini par comprendre. Le vol c'est mal, tentait-il de se convaincre. Mais si elle disais le contraire, c'est que ça devait être vrai, non ? Les leçons de morales, ce n'était pas vraiment lui qui devait les faire et pourtant ...

Mais ça ne t'appartient pas. Tu peux pas venir et te servir comme ça dans les affaires des autres.

Mais bon dieu ... C'était lui qui disait ça ? Il réfléchit un instant, les lèvres pincés et finit par trouver, peut-être la solution. Il remit la bandoulière de son fusil à son épaule et grimpa sur une table, dans l'angle des dortoirs. Une caméra y était branché et Ezequiel tenta de trouver comment la détruire en priant pour que personne ne soit derrière un poste de surveillance. Impatience est un maitre mot dans le caractère d'Ezequiel. Il prit son arme et avec sa crosse, envoya un grand coup à l'engin qui tomba en miette. Les pensionnaires de cette chambre allaient trinquer pour, ça, le surveillant en mettrait sa main au feu. Mais ces petites putes n'avaient que ce qu'elles méritaient en fin de compte. Il descendit de son perchoir et sans regarder la petite blondie, se pencha à l'extérieur des dortoirs pour vérifier qu'il n'y avait bien personne. Il se redressa et offrit un grand sourire à Sasha.

Les autres filles "perdent" parfois des affaires et nous, on les récupèrent. Si tu veux, on peut aller voir s'il n'y a pas quelque chose qui pourrait t'aller ? Un temps. Enlève tes chaussures et lève les mains. Faut pas qu'on pense que je t'ai aidé. Puis il prit son arme et feignit la pointer en direction de Sasha, non sans un "désolé" déchirant. Il lui fit un discret signe de la tête pour lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle joue le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 17 Déc - 20:18

Sasha avait un peu honte de se retrouver dans cette situation. Elle n'était pas une voleuse mais Ezequiel l'avait prit la main dans le sac et il serait difficile de lui prouver sa bonne foie sur ce coup-là. Elle était d'autant troublée qu'il l'avait visée avec un pistolet qu'il tenait encore dans ses mains. Un peu crispée, la demoiselle triturait le collier qu'elle avait autour du cou en fixant l'homme avec anxiété. Il lui fit remarquer alors très justement que ces affaires ne lui appartenaient pas et qu'elle n'avait donc pas le droit de se servir là-dedans. Mal à l'aise, la jeune femme passa une main dans ses cheveux blond avec l'air de vouloir dire quelque chose mais elle ne voyait pas tellement quoi. Il avait raison... elle n'avait rien à faire là. Elle avait franchement honte de ce qu'elle venait de faire et laissa l'un des tee-shirts retomber sur le sac qu'elle avait fouillé. Elle croyait qu'Ezequiel allait la renvoyer hors de la pièce et lui faire d'autres leçons de moral mais ce ne fut pas le cas. Il rangea son pistolet dans son dos et s'approcha d'une petite table sur laquelle il grimpa. Surprise, la blondinette ne remua que pour ranger une de ses mèches blondes derrière ses oreilles. A quoi jouait-il ? Elle fit un pas pour tenter de discerner ce qu'il faisait dans la pénombre et comprit qu'il trafiquait une caméra. Une caméra ! Mais oui qu'elle idiote... elle n'avait pas pensé une seule fois que l'un de ces appareils puisse se trouver dans des dortoirs féminins. Alors on l'avait peut-être vu fouiller les cas et prendre les vêtements ! Sasha pinça les lèvres et se traita intérieurement d'imbécile. Elle avait décidément encore beaucoup de choses à apprendre avant de pouvoir survivre dans cet endroit toute seule.
Lorsque le surveillant frappa la camera d'un coup de crosse, elle sursauta et jeta un coup d’œil à la porte de peur d'y voir entrer un intrus. Elle espérait que le bruit n'ait attiré personne. Enfin, lorsqu'il descendit, elle soupira et prit la parole :


- J'aurais du penser à cette caméra... quelle idiote. Mais tu sais tu n'es pas obligé de faire ça...

Elle avait toujours su qu'Ezequiel était un homme bon. Elle se demandait d'ailleurs comment il avait pu atterrir ici, dans ce pensionnat glauque. Il se tourna vers elle en souriant et lui expliqua que les surveillants récupéraient parfois les vêtements de certaines filles, ce qui pourrait lui permettre de trouver de quoi se changer finalement. En revanche, il lui conseilla d'enlever ses chaussures et de lever les mains. Faire mine d'avoir été attrapée par le surveillant en gros. Sasha hocha la tête et s’exécuta, défaisant les lacets de ses sandales qu'elle garda la main et passa la porte, les mains en l'air. Elle ne l'avouerai jamais... mais cette situation était vraiment excitante. Drôle et excitante. Elle aurait pu faire actrice en plus de danseuse. Elle tenta alors de retenir un sourire, pas le moins du monde effrayée par l'arme qu'il pointait sur elle. Elle savait qu'il ne s'en servirait pas contre elle de toute manière, il était là pour l'aider.
Elle se laissa donc guider jusqu'à une autre salle plus loin dans le pensionnat. Elle se tourna vers Ezequiel et chuchota :


- Tu prends des risques pour moi, je ne l'oublierai pas.

Elle lui offrit son plus joli sourire et se glissa dans la salle plongée dans le noir. Elle fit quelques pas avec précaution en laissant l'homme entrer à son tour et soupira, rassurée de n'avoir croisée personne de louche. Oui, elle devait une fière chandelle à son cher surveillant. Heureusement qu'il était là. Désormais elle se montrerait plus discrète pour éviter qu'un autre surveillant moins sympathique ne lui tombe dessus. Elle n'avait aucune envie d'être enfermée dans un cachot ou punie avec quelques coups de fouets. Comment ils faisaient pour punir ? Elle posa la question :

- Dis-moi Ezequiel... qu'est-ce qu'on fait subir aux filles que l'on surprend en train de voler, normalement ?

Peut-être que ça dépendait du surveillant aux questions ou alors il y avait des punitions spécifiques... elle attendait sa réponse, immobile au milieu de la pièce mystérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 17 Déc - 21:30

Ezequiel continuait ses petite manœuvres sans faire attention à Sasha qui ne cessait de se culpabiliser toute seule. Il aurait bien confimé ce qu'elle disait sur les caméras -et sur elle-même par la même occasion- mais il jugea que faire un quelconque commentaire était inutile. Surtout dans cette situation. Ezequiel n'était pas particulièrement bavard. Il ne répondait que de hochements de tête et de sourires timides. Et son temps de réaction n'était pas des plus rapides. Pourtant, entre le dortoir des surveillants et ceux des pensionnaires, il semblait être sur le qui-vive. Il n'avait pas peur des conséquences, non. Sa peur était ... Différente. Ou presque. Il craignait qu'on ne lui la prenne. A ses yeux, la petite Sasha lui appartenait. Son innocence, sa candeur, son grand regard. Il n'aurait pu supporter qu'un autre lui la prenne. C'était sa Sasha. Aussi, prendre des risques pour elle lui semblait naturel. Comme elle qui prenait des risques en restant avec lui. Alors il ne répondit pas. Il se contenta de sourire. Il aurait voulut lui dire que c'était normal. Qu'ils étaient amis, après tout mais par flemme il se tut. Aussi parce qu'il n'en était pas vraiment sûr.

Ezequiel s'avança dans la pièce sombre, n'oubliant pas de fermer derrière lui. Il partit sans un mot vers un interrupteur qui éclaira soudain les dortoirs. Éblouit par le flash lumineux, il dut attendre quelques secondes pour que ses yeux s'habituent à l'intensité de la lumière. Lorsqu'enfin il ne sentait plus ses yeux brûler sous l'ampoule nue qui pendait un bout d'un fil, il put s'orienter vers un tas de vêtements qui formaient une pyramide. Il posa son arme à terre et se mit à genou pour mieux fouiller dans les morceaux de tissus. Il en sortit quelques-uns, jugeant de la taille et voyant qu'ils étaient trop grands, les jeta par dessus son épaule. Un autre, puis un autre. Son petit manège continua ainsi pendant près de quelques minutes quand Sasha posa une question qui l'obligea à tout arrêter. Sans se lever, il se tourna vers elle et appuya son bras gauche sur le sol. Il balbutia quelques mots, hésitant sur ce qu'il voulait dire et finit par se remettre dans les vêtement pour fuir le regard de Sasha, croyant sincèrement que le jugement ne tomberait pas.

... Ils ... En fait ça dépend. Je crois. Je pense savoir que Logan les enferme aux cachots pendant quelques jours. C'est ... C'est ce qu'ils font normalement. Et parfois, ils utilisent la Télécommande. répondit-il, incertain en haussant les épaules.

La vérité, c'était qu'il voyait les prochaine minutes gros comme une maison. "Que fais-tu Ezequiel ?" "Que fais-tu à ces pauvres filles ?" ... Il priait pour pas qu'elle ne lance un sujet délicat. Plus délicat encore que la question qu'elle venait de soulever. Il n'avait pas honte de ce qu'il avait pu faire aux gamines du pensionnat, loin de là. Non, il ne voulait pas qu'elle le juge. Il se disait ainsi qu'elle pourrait prendre peur. Allez savoir ... Pour changer rapidement de sujet Ezequiel lança un grand tee-shirt mauve -immanquablement pour homme- à la jeune naufragée sans se retourner.

Tiens, essaie ça. Ce devrait déjà t'aller.
Il continua sa fouille dans la pile de vêtement, les étalant partout dans la pièce sans se soucier du désordre qu'il allait devoir ranger avant de l'aider à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 17 Déc - 22:01

La situation actuelle rappelait un souvenir à la jolie Sasha. Elle devait avoir cinq an, la nourrice l'avait couchée et sa mère était venue l'embrasser avant d'éteindre les lumières. Mais la petite chipie ne s'était pas endormie sagement comme on aurait pu le croire. Une fois certaine que tout le monde était couchée, elle s'est glissée hors de son lit et a quitté sa chambre pour se rendre dans la pièce voisine, la chambre de son frère Aaron. Elle trottina jusqu'à lui pour secouer sa couverture afin de le réveiller. Il avait bougonné, mais le jeune garçon n'avait jamais pu résister à sa jeune sœur et à son regard si bleu. Elle avait l'air d'un ange cette gamine. Elle lui avait tenu la main et l'avait entrainé dans le couloir de la villa, passant à pas de loup devant la chambre de leur parent et se faufilant dans la petite pièce juste à coté. C'était la garde robe de sa mère. Une petite pièce remplie de manteaux, de chaussures, de robe, de jupes et de corsages hors de prix, tous aussi élégants les uns que les autres. Sasha avait toujours adoré venir ici. Ce soir là, elle s'était amusée à se déguiser et avait improvisé un défilé devant son frère hilare. Combien d'autres gentilles bêtises avaient-ils puent faire ensemble ? Il y en avait tant...
Ce soir là, elle n'était pas avec Aaron mais avec Ezequiel, un surveillant d'Anguish. Et elle ne venait pas là essayer des vêtements chics, bien au contraire. Il y avait peu de chance également que cela amuse autant le surveillant. Sasha redoutait de lui faire perdre son temps et de l'agacer avec ses histoires. Il était tellement gentil de lui venir en aide. Après tout il risquait autant qu'elle non ? Si ses supérieurs apprenaient qu'il l'aidait, ils n'apprécieraient certainement pas ! Mais comment le remercier ? A vrai dire, elle n'en avait aucune idée.

Lorsque la lumière s'alluma, la jeune femme aussi fut éblouie et du attendre quelque secondes avant de s'habituer. Il y avait un gros tas de vêtements ici. Et tout à coup, la blondinette fut parcourut d'un frisson glacial. Tous ces vêtements ici. Ca ne pouvait pas être des vêtements simplement "perdus". Ezequiel avait du lui raconter ça pour ne pas l'effrayer. Mais elle pensait avoir comprit d'où venaient ces vêtements en réalité. Ils avaient du appartenir à toutes ces filles maintenant enterrés dans le cimetière. Quel horreur !
Tentant de ne pas montrer son trouble au surveillant qui fouillait déjà dans le tas de fringues, la jeune femme déposa ses chaussures près d'elle sur le sol. Puis l'homme accepta de répondre à sa question concernant les punitions. Il paraissait troublé et lui répondit qu'à priori, les filles étaient envoyées au cachot. Au cachot ? Ou bien mettait-on leur vêtement ici avant de les mettre sous terre ou de les brûler ? La gorge nouée, Sasha préféra se contenter de cette réponse et hocha la tête. Enfin, l'homme lui balança un tee-shirt mauve en bon état. Elle le ramassa et l'étendit devant son visage. Il n'avait rien de particulier mais il semblait immense ! Pour ne pas contrarier Ezequiel qui farfouillait encore, elle se tourna et laissa glisser sa robe au sol avant d'enfiler le vêtement. Bien trop grand ! Il lui descendait jusqu'au cuisses. Enfin...


- Ezequiel je crois que ça ne va pas convenir. Je vais t'aider.

Elle s'agenouilla à son tour face au tas de vêtement et chercha à ses cotés. Ça ne devait pas trop être compliqué de trouver quelque chose. Elle aurait pu poser d'autres questions à cet homme mais étant donné le trouble qu'il avait eu tout à l'heure, elle en déduisit que c'était une mauvaise idée.
Elle trouva un jean et se leva pour l'essayer. Un peu trop grand aussi. Elle soupira, l'enleva, et le balança plus loin avant de continuer. Au bout d'un moment, à l'aide du surveillant, elle trouva enfin une tenue adéquat. Elle se déshabilla de nouveau et enfila sa trouvaille. Il s'agissait d'un débardeur blanc et d'un short noir. Souriante, elle fit un tour gracieux sur elle-même et demanda :


- Comment tu me trouve ? Je n'ai jamais porté de tels vêtements c'est étrange. Je crois qu'il faudrait aussi trouver une tenue plus chaude. Il ne fait pas bien chaud dans les couloirs...

C'était peu dire. Y avait-il seulement le chauffage dans cet endroit ? Sasha continuait à chercher mais elle était curieuse et ne tenait plus. Elle avait envie de savoir davantage de chose sur l'homme qui lui tenait compagnie. Après quelques secondes d'hésitations, elle se tourna vers lui.

- Tu m'en voudra peut-être de te poser cette question mais... qu'as-tu fait pour te retrouver sur cette île ? Tu as l'air si gentil... je ne comprend pas que quelqu'un comme toi soit envoyé dans ce pensionnat.

Étais-ce quelque chose de grave ? Peut-être avait-il tué l'amant de sa femme ? Peut-être avait-il tué sa femme elle-même. Un crime passionnel. Ou alors il avait volé des riches pour aider les pauvres ? Non ? Que pouvait donc avoir fait cet homme ? Sasha avait tellement d'imagination... elle était bien loin de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Dim 18 Déc - 0:01

Le pauvre Ezequiel se retrouvait donc enfermer avec Sasha. Ou l'inverse. Le pauvre, le pauvre, le pauvre. Le soucis majeur dans ces dortoirs, c'était bien le manque d'intimité. Et la mixité. C'était bien le seul luxe qu'avaient droit les pensionnaire en comparaison des surveillants. Peut-être par rapport aux hormones, tout ça ... Alors, quand il entendit le froissement de sa robe s'élever dans la pièce, ses joues s'empourprèrent. Il avait chaud et il n'aimait pas ça. Il sentait son sang cogner contre sa peau. C'était particulièrement désagréable. Par curiosité -et aussi pour peut-être avoir moins chaud- il se retourna et aperçut la couleur du dessous la jeune fille. Comme en admiration, il resta dans cette même position pendant quelques secondes -qui lui semblait des heures- et se retourna, discrètement, recommençant sa fouille, de plus en plus furieusement.

Il déglutit. Elle s'était approché. Trop près. Il eut un léger et rapide vertige et un peu de mal pour reprendre les recherches mais tandis que ses mains s'enfonçaient dans le paquet de fringues, Ezequiel lançait discrètement -autant qu'il le pouvait en tout cas- des œillades à Sasha, à présent à moitié découverte. Elle avait des jambes si frêles ... On aurait dit deux petites brindilles toutes blanches. Il aurait voulut les toucher pour voir si elles étaient aussi douces qu'elles n'y paraissaient. Une envie qui se faisait sentir de plus en plus fort. Au point qu'il ne pouvait plus y résister. Mais merde ! Pourquoi elle se levait ?

Elle se déshabilla et Ezequiel regardait. Toujours avec l'œil attendrit par ce petit bout de femme. Elle voulait s'admirer, elle tournait. Le surveillant aurait voulut lui donner un miroir et vérifia autour de lui s'il ne pouvait pas lui trouver quelque chose de semblable. Pour voir comme elle était belle. Comme elle était ravissante. Il lui sourit et se leva, sentant ses genoux se languir et le faire souffrir.

Tu es parfaite.

Il sentit sa tête se pencher sur le côté et vit sa main aller caresser ses cheveux blonds. Comme de l'or. Oui. Ou du blé. Et puis elle parla de chaleur et Ezequiel reprit sa main pour regarder de toute sa hauteur de nouveau dans le tas, pour finalement aller rechercher ses yeux bleus. Il secoua la tête à la négative, l'air désolé. De toute façon, elle ne resterait pas longtemps. Il ne fallait pas qu'elle reste. Mais à l'entendre, elle paraissait vouloir discuter, papoter encore des heures, comme s'ils étaient dans un salon de thé. Ezequiel hésita à répondre à sa question. Il n'était pas gêné. Il aurait dût. Mais il savait bien qu'il n'allait pas y répondre. Il fit mine d'avoir une idée et enleva sa veste pour la passer autour des épaules de Sasha.

Voilà ... C'est mieux comme ça ?

Mais après quelques secondes -assez pour être trop- il n'avait toujours pas lâché les épaules de Sasha. Il les tenait même plus fermement encore. Et puis, il laissa son caprice être assouvi. Il la prit dans ses bras, la serra aussi fort qu'il pouvait. Il sentit sa poitrine contre lui et aurait voulut l'enserrer encore plus fort mais il lui semblait qu'elle pourrait se briser s'il forçait trop. Pourtant il ne la lâchait pas. Il ne faisait rien de mal. Absolument rien de mal, se répétait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Dim 18 Déc - 0:37

Sasha n'avait jamais été vulgaire. Elle ne se baladait pas et ne se changeait pas ainsi devant le surveillant pour l'allumer et se faire désirer pour la simple et unique raison qu'elle ignorait tout du jeu de la séduction. Elle avait été terriblement préservée, trop peut-être, par ses deux frères. En particulier Aaron. Celui-ci n'avait jamais apprécié le moindre regard de travers d'un homme envers sa sœur, il ne laissait passer aucune réflexion, aucune critique et surtout aucun geste déplacé. Il était revenu de nombreuse fois blessé à la maison par un coup de poing ou un coup de genoux parce qu'un type avait laissé entendre qu'il aimerait bien entrainé cette petite blondinette dans leur plumard. Oui, elle avait attiré bien des convoitises mais jamais aucun n'avait réussit ne serais-ce qu'à lui soutirer un baiser. Si l'on oubliait cette mésaventure dans les catacombes avec Shean, le violeur. Elle avait pourtant réussi à lui échapper. Indemne mais sincèrement choquée. Elle ignorait tout des désirs brûlant des hommes. Pour elle, il n'y avait que les grandes femmes à la poitrine rondes et généreuses qui attirait les hommes et sûrement pas une petite blondinette de dix sept ans aux petits seins qui n'avaient pas tout à fait terminé de s'épanouir. Alors comment aurait-elle pu imaginer une seconde que le trouble d'Ezequiel provienne d'elle ? Non elle agissait avec pure innocence et inconscience. Insouciance et naïveté. Tant d'adjectifs que l'on aurait pu lui donner entre autre.
Avec ses airs de Princesse, on aurait pu croire qu'elle cherchait absolument le Prince charmant pour se marier et fonder une famille avec une histoire d'amour fabuleuse... mais non. Elle ne voulait pas d'attache, elle voulait parcourir le monde en solitaire et vivre des aventures, non pas dans les bras d'un homme, mais dans mille et un pays colorés.

Enfin... des rêves de jeune femme. Pour l'heure il ne s'agissait pas d'une véritable aventure, elle cherchait simplement des vêtements à troquer contre ses tenues de luxe. Elle finit par trouver quelque chose d'acceptable mais n'ayant pas de miroir en effet, elle demanda l'avis du surveillant qui l'observa avant de lui annoncer qu'elle était parfaite. Elle sourit doucement, rougissant à peine en observant de nouveau le vieux débardeur qu'elle portait. C'est vrai qu'elle ne portait jamais ceci. Elle ne portait que des robes ou des jupes qui étaient bien plus féminins que des jean ou des shorts. Mais enfin.


- Merci beaucoup.

Mais il était vrai qu'il en faisait pas chaud dans ce pensionnat et mieux valait s'enticher d'un pull ou d'une veste. Avec un pantalon par exemple. Elle sentit alors sa main sur ses cheveux et sourit encore davantage en le regardant. Ce geste lui rappelait son frère. Leurs regards se croisèrent mais Ezequiel ne semblait pas vouloir répondre à sa question. Il avait peut-être honte de ce qu'il avait fait. Sasha s'était imaginé beaucoup de choses mais elle se disait que, quoique cet homme ait fait, elle ne pourrait jamais lui en vouloir tout à fait. Elle l'aimait beaucoup, il prenait soin d'elle et était plein d'attentions.
Il enleva soudain sa veste et lui posa sur sa veste, lui demandant si c'était mieux ainsi. Les yeux bleus de la blondinette se mirent à briller et elle leva de nouveau le nez sur l'homme, l'air ravie.


- Oh oui, merci !

On aurait dit une scène romantique dans des films à l'eau de rose ! Il n'y avait que le paysage qui clochait un peu et la différence d'âge bien évidemment. Oui, elle considérait davantage Ezequiel comme un ami ou un autre frère plutôt qu'un amoureux. Elle sentit les mains de l'homme serrer un peu plus ses épaules, puis il l’enlaça. Sasha fut surprise sur le coup, elle ne pensait pas qu'il fut capable de se comporter aussi tendrement. Émue, la demoiselle sourit et le serra à son tour contre elle en fermant les yeux. Avoir quelqu'un pour la protéger la rassurait bien sûr, mais elle se disait aussi qu'il fallait qu'elle apprenne à être indépendante et à survivre seule dans cet endroit. Le surveillant ne serait pas toujours là pour surveiller ses arrières et il ne fallait pas compter sur Keiji non plus.

- Tu es adorable... merci. Je ne sais pas comment te remercier...

Elle resta contre lui, appréciant le parfum masculin qu'elle appréciait. Elle avait toujours vécue entourée d'hommes en fin de compte, même si elle n'oubliait pas sa mère et sa nourrice. Mais il y avait son père, ses deux frères, le majordome, le jardinier... Quant à l'école elle se faisait plus d'amis garçons que d'amis filles, pour la simple raison que ces dernières étaient bien souvent jalouse de la candeur, la beauté, et la générosité de la blondinette. Le monde est cruel n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Dim 18 Déc - 1:42

Absolument rien de mal. Il la prenait simplement dans ses bras. Et elle se laissait faire. C'était bon. Elle avait la peau douce et un délicat parfum se dégageait de ses cheveux. Il ferma les yeux mais d'autres vertiges virent l'assaillir alors il préféra les garder ouvert. Rester là. Il cala sa tête plus confortablement sur la sienne et put sentir son souffle contre sa peau. Un souffle chaud et régulier. Calme et tellement agréable. Rien de mal.

Ezequiel repensait alors à ses élèves. A ces petites filles. Il se souvenait combien elles étaient intelligentes et perspicaces. Elle répondait à ses questions de leur petite voix fluette et il s'exclamait de bonheur. Il était tellement heureux à cette époque. Il se souvenait aussi de ces gamines qu'il raccompagnait de temps en temps. Mais ils s'arrêtaient en pleine forêt et Ezequiel les enlaçaient longtemps contre lui. Leur petit corps chaud et tremblotant. Ils frémissaient, gémissaient, tentaient de se défaire de ses bras mais n'y arrivaient jamais. Jamais. Il ne faisait toujours rien de mal.

Sasha ne s'arrêtait plus de remercier le surveillant. Merci. Merci. Merci. Encore merci. Elle semblait lui être sincèrement reconnaissant. Et il savait. Il savait comment elle pouvait lui rendre la pareille. Il le savait tellement qu'il en tremblait déjà. Et puis, victoire, elle en parlait. Elle se posait donc la question et pour Ezequiel, la réponse était si évidente ... Il posa doucement son front sur le haut de son crâne, et tendrement, resserra un peu son emprise sur elle. Il sourit et dit avec naturel :

Moi je sais comment. Je sais comment tu peux me remercier. Il enfouit son visage dans ses cheveux.Je peux te montrer si tu veux ...

Puis, comme s'il venait de passer un cap, il se baissa lentement et mis son visage à la hauteur de son cou et y enfouit les lèvres pour l'embrasser. Il goutait à sa peau comme on pourrait gouter à un fruit. Avec une envie furieuse, il se mis à parcourir sa peau jusqu'à tenter d'atteindre sa bouche. Il la désirait. Il avait peur que maintenant, elle s'en aille. Qu'elle s'envole. Reste là petite colombe ... Alors, il tenta de la garder dans ses bras, avec toute la force qui lui était possible. Puis il se redressa, sans lâcher son oiseau et murmura machinalement des idioties à son oreilles, sans savoir ou non si elle parlait, hurlait ou se battait. Sous son emprise, il avait presque l'impression qu'elle devenait une simple poupée de chiffon. Tendresse devenait soudain violence sans qu'il n'aurait pu dire pourquoi.

Shhht ... N'aie pas peur ... S'il te plait ... Laisse-moi faire. Tu verras, je vais prendre soin de toi. Comme toujours ...

Ses paroles ne semblait avoir aucun raisonnement logique. Il parlait pour ne rien dire. Juste ... Juste pour parler et meubler le silence. Il pensa, soudain, qu'ils seraient mieux allongés. Il se mit en tête de la coucher sur un lit, tout près de la porte. Il attrapa alors ses bras. Comme un étau, il enferma ses poignets dans sa main gauche et s'essaya à la mettre sur le matelas. Il palpait nerveusement de son autre main ses lèvres, ses joues, son visage, arrangeait maladroitement les quelques mèches blondes qui cachaient son magnifique yeux d'azurs. Le désir brûlant qu'il ressentait l'empêchait d'accomplir tout mouvement net et précis. Son souffle se fit alors court et bruyant et sa respiration irrégulière. Il ne s'arrêtait cependant pas de chuchoter des mots incompréhensibles, d'une voix aiguë et hystérique que seul lui pouvait comprendre. "Fais-moi confiance ... Ne t'en fais pas ...".
Il ne faisait toujours rien de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Mar 27 Déc - 14:52

Sasha se sentait bien dans les bras des hommes. Elle avait toujours aimé se nicher dans ceux de son père, ces bras épais et fort au parfum viril. Elle aimait ceux plus fins mais non moins puissants de son frère aîné, Aaron. Des bras protecteurs et lui réchauffait le coeur et l'apaisaient immédiatement. Souvent, elle s'était glissée hors de sa chambre pour se pelotonner contre le corps chaud et rude de son frère qui l'enlaçait alors comme un ange gardien. Ses cauchemars se transformaient alors en doux rêves jusqu'au matin, lorsque son frère aimait la réveiller en caressant son visage avant de se mettre à la chatouiller si elle faisait mine de ne pas réagir. Parfois elle se levait, d'autre fois elle préférait lancer un bataille d'oreillers qui envahissait la chambre fraternelle d'une pluie de plumes blanches et duveteuse. Elle s'en rappelait comme si c'était hier. Elle aimait aussi les bras, bien plus rares, de Keiji. Cet asiatique du pensionnat que tout le monde décrivait comme un monstre mais qu'elle côtoyait de temps en temps. Leur relation était un tout petit peu obscure mais la jolie russe savait qu'elle avait des sentiments pour ce rebelle de la société. Elle s'était juré de ne jamais lui avouer, sachant pertinemment que l'homme n'avait que faire de l'amour. Bien. En tous les cas, elle aimait cette chaleur masculine réconfortante et appréciait le contact des bras d'Ezequiel à cet instant. Elle pensait avoir trouvé une personne de confiance dans le pensionnat qui pouvait l'aider parfois en cas de besoin. Mais en secret. Il n'était sûrement pas payé pour faire ami/ami avec des pensionnaires ou des naufragés de l'île. Etait-il seulement payé d'ailleurs ? Sasha n'en savait rien mais cela importait peu.
Dans sa grande générosité habituelle, la jeune femme voulait pouvoir rendre la pareille à cet homme qui venait de lui trouver des vêtements. Elle venait une fois de plus de faire preuve d'ignorance et de naïveté qui allait lui coûter une expérience inconfortable. Elle n'avait même pas fait attention à cette tension dans les bras du surveillant qui la serrait si fort contre elle, ni à son pouls qui s'emballait. Il enfouit alors son visage dans ses cheveux en lui murmurant qu'il savait de quelle manière elle pouvait le remercier et qu'il pouvait lui montrer si elle acceptait. Cette simple phrase aurait du lui mettre la puce à l'oreille, elle aurait du sentir le danger. Mais elle avait baissé sa garde, trop confiante envers Ezequiel qu'elle pensait honnête et généreux. trop naïve décidément, cette petite blonde.

Elle ouvrit sa bouche comme pour l'encourager à lui dire de quel service il s'agissait, mais il glissa soudain des baisers dans son cou, des baisers qui n'avaient rien à voir avec un baiser fraternel, paternel ou même amicale. Non... la seule fois où elle avait eu le droit à ce baiser... il s'agissait de Shean. Un violeur qui avait tenté d'abuser d'elle. Alors son coeur s'emballa, tentant de se persuader qu'elle faisait fausse route et que le surveillant n'avait aucune idée de ce genre derrière la tête. Mais elle comprit qu'elle se trompait lorsqu'il tenta de s'emparer de ses lèvres en l'emprisonnant encore davantage dans ses bras. Elle aurait aimé pouvoir se débattre et protester comme elle l'avait fait face à l'autre homme. Mais pour une raison inconnue, elle en était incapable, comme paralysée.
Ezequiel ne cessait de vouloir la rassurer par des paroles étranges, d'une voix excitée et étrangement envoutantes. Elle avait la tête qui tournait, elle avait chaud et étouffait entre ces bras ferme qui l'empêchaient de bouger. Elle avait la gorge tellement nouée qu'aucun son de s'échappait d'entre ses lèvres roses. Elle se sentit simplement trembler et frissonner. Une sensation qui s'intensifia lorsque l'homme la força à s'allonger sur une couche. Sasha ne connaissait pas grand chose, voir rien du tout à ce genre de pratique. A cette acte charnel qu'avaient les grandes personnes entre elles. Ses parents et ses frères s'étaient évertués à la protéger jusqu'à sa majorité. Elle avait 17 ans, et ne savait plus comment réagir face aux caresses maladroites de l'homme au dessus d'elle. Devait-elle agir de la même manière qu'avec Shean ?
La voix d'Ezequiel la pénétrait jusqu'à l'âme, comme s'il possédait un réel pouvoir.

Elle tourna son visage, un premier mouvement qui offrait sa gorge au surveillant. Mais ce n'était pas son but, bien au contraire. Ses yeux bleus fixaient sa robe hors de prix sur le sol un peu plus loin... ou plutôt la lame, presque entièrement invisible sous le tissus noir. Elle portait toujours une arme avec elle, elle avait apprit que cela dépendait de sa survie. Elle comprenait son importance un peu plus chaque jour. Le couteau était là, quasiment hors d'atteinte. des larmes perlèrent au coin des yeux de la demoiselle qui faisait tout pour ne pas paniquer. Elle tenta de bouger, de libérer une de ses mains, mais Ezequiel l'emprisonnait dans un étau puissant. Elle ouvrit de nouveau la bouche et parvint a en sortir quelques mots d'une voix légèrement tremblante :


- E... Ezequiel tu... tu me fais mal...

En effet, elle commençait à étouffer et l'emprise de l'homme malmenait sa peau fine et douce. D'un mouvement maladroit et inutile, elle essayait de le repousser.
Si seulement elle pouvait atteindre le couteau...
Pourquoi cet homme en qui elle avait confiance se retrouvait être un manipulateur ? Etais-ce genre de comportement qui lui avait couté un allé simple pour cet horrible pensionnat ? Oui... elle commençait à comprendre. Mais il était temps de se poser les bonnes questions avant qu'il ne soit trop tard. Comment se sortir de là ?
Sasha commença à se débattre davantage. Il n'y avait pas assez de violence et de force pour que ça soit efficace mais elle ne pouvait pas rester immobile ainsi.


- Tu ne sais plus ce que tu fais... arrête. Tu es un homme bon au fond, Ezequiel je t'en prie... ne gâche pas tout. Arrête ! Je n'ai jamais... je ne sais pas...

Elle sanglotait soudain et s'en voulu immédiatement.

- Non...

Oh comme elle avait honte. Que ferait Keiji dans une telle situation ? Penser comme ça était peut-être stupide. Peu probable que l'asiatique se retrouve à sa place. Et il aurait sans doute eu la force de se défaire de l'emprise de son agresseur. Pas elle. Il allait falloir qu'elle se mette à faire de la musculation. Elle força de nouveau. Mais où Diable trouvait-il cette force ?
Elle voyait son visage si proche du sien... et comme avec le violeur, elle agit subitement, sans trop réfléchir. Elle referma ses petites dents blanches sur l'oreille du surveillant. de toute ses forces. Elle goutta au sang chaud sur sa langue et ses lèvres mais elle ne l'avala pas, elle se contentait de mordre jusqu'à ce qu'il la lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Mar 27 Déc - 19:15

Elle bougeait, se débattait. Il la tenait fermement. Qu'elle reste en place. Qu'elle ne bouge pas. Il prenait soin d'elle. De quoi elle avait peur ? Les gamins avaient tous peur. Toujours. Pour un rien. Il ne pensait pas qu'il était terrifiant. Juste intimidant. Il était sur elle, de toute sa hauteur. Et elle se secouait violemment pour échapper vainement à son étreinte. Le souffle commençait à se faire court. Il essayait de l'embrasser, de déposer ses lèvres là où il pouvait. Elle était vraiment douce. Comment pouvait-on avoir la peau si douce après tout ce temps passé sur cette île ? Comment pouvait-on se procurer des vêtements si affriolants dans cet enfer ? Heureusement qu'il avait été là. Heureusement qu'il l'avait trouvé à temps. Quand elle lui avait dit qu'il lui faisait mal, il ne l'entendit pas. Ou plutôt, n'y fit pas attention. Il pensait y aller avec beaucoup de douceur. La prendre dans ses bras ne pouvait pas être si douloureux. Chut chut ... Je prends soin de toi. C'était quand même incroyable le nombre de fois qu'il répétait cette phrase à ces gosses. C'était presque machinal. Un rien sensuel. Mais machinal.

Oui, c'était un homme bon. Tellement bon qu'il lui montrait combien il l'aimait. Ce n'était pas mal. De montrer son affection. Ça ne gâchait rien. Elle disait vraiment n'importe quoi. Laisse-toi faire mon ange. Arrête de dire des conneries. Tu t'étouffes dans tes mensonges. Le mensonge et le vol. Ezequiel eut l'impression d'avoir plus d'éthique qu'elle. Mais il allait l'éduquer, oui. Lui montrer comment on se comporte. Qu'elle ne s'inquiète pas. Ses mains commençaient à glisser sous ses vêtements mais sa course était toujours interrompue par ses balancements incessants. Reste tranquille, bon Dieu ... Aucun mal. Rien. Juste de la douceur. Si elle se laissait faire, juste une minute. Il pourrait lui témoigner de sa douceur. Juste une minute. Il se perdait dans la blondeur de ses cheveux. Mais malgré tout le désir qu'il ressentait, l'amour qui l'envahissait pour cette petite chose, quelque chose l'énervait. Il attrapa son menton et la força à le regarder. Elle évitait son regard. Non que ça le dérangeait d'habitude mais son absence le gênait. Il tenta une énième fois de l'embrasser. C'était chaud. Agréable et ce début d'hivers. Ses lèvres coulèrent lentement, toujours avec la même passion vers sa joue, sa nuque. Il continua d'avancer, voulant atteindre sa gorge. Si elle ne se débattait pas autant, il aurait bien fouiller sous ce débardeur. Peut-être aussi l'enlever. Elle devait avoir chaud maintenant.

Sa respiration s'arrêta nette, son cœur s’emballa et une brûlure lancinante à l'oreille le fit hurler. Il tenta de dégager sa tête, paniqué. Bordel ! Lâche ça. Il plaqua l'une de ses main à sa gorge et crispa ses doigts. Encore encore. Lâche le steak, sale cannibale ! Il souffrait atrocement. Merde, pourquoi elle faisait ça ? Il voulait se relever mais elle le gardait prisonnier. Si elle remonter trop brutalement la tête, il perdrait un bout de son oreille. C'est sûr ! Il resserra ses doigts sur son cou et lorsqu'enfin il sentit son oreille se libérer, il s'installa plus confortablement sur elle. Son bassin était coincé sous son poids et il n'avait toujours pas lâché la nuque. Elle était fine. Il pouvait la briser comme une brindille. La garce ... Tandis qu'il continuait inlassablement à compresser sa main, il amena l'autre à son oreille. Il y avait du liquide. C'était chaud. Lorsqu'il comprit que c'était son propre sang qui coulait, il appuya violemment sa main contre elle. Il avait envie de pleurer. Pourquoi ... Pourquoi elle avait gâché ce moment. Il voulait juste lui montrer combien il l'appréciait ... Elle qui avait une dette envers lui.

Pourquoi tu as fait ça ?! Il se mit à aboyer Je voulais juste ... Il s'étrangla dans un sanglot. Juste t'aimer un peu. Juste t'apprécier !

Mais il fini par la lâcher. Ses yeux étaient rouges. Il renifla bruyamment et commença à toucher doucement sa joue. Doucement. Non, calme toi. Retiens-toi. Elle est si belle ... Il lui tomba dessus et éclata de long spasmes déchirants, lui demandant encore pourquoi ... Pourquoi elle avait fait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Mer 28 Déc - 15:58

Sasha n'aimait pas du tout en arriver à la violence. Elle avait pourtant essayé de l'arrêter avec des méthodes plus douces mais c'était comme s'il était devenu sourd. La demoiselle ne comprenait vraiment pas pourquoi lui, et ce Shean de malheur, avaient ce genre de comportement envers elle. Que leur avait-elle fait ? Pourquoi ne tentaient-ils pas de la blesser ou même de la tuer comme tous les autres pensionnaires ? Jusque là Ezequiel avait eu les mains un soupçon moins aventureuses que le violeur mais elle ne comptait le laisser s'emballer davantage. Cette situation était particulièrement gênante pour une jeune femme ayant eu de l'éducation. Elle n'avait même encore jamais approfondie le sujet du sexe avec ses parents ni même avec ses grands frères. Pour elle, ce genre de caresses et de contact entre un homme et une femme ne pouvait se faire que par amour ou après le mariage ! Certainement pas avec des individus qu'elle connaissait à peine et approchaient le double de son âge ! Elle se trompait ? De toutes les manières, elle ne se sentait pas prête à abandonner son corps de cette façon. Trop timide et pudique encore. Comment Ezequiel pouvait-il ignorer cela et ne pas se poser la question ? C'était sans doute une maladie, comme cette "maladie" qui pousse certains à tuer et à torturer ? Mais d'autres étaient parfaitement saint d'esprits... oh quel casse-tête !
Le surveillant fut comme frappé par la foudre lorsqu'il comprit ce qui se passait et lui agrippa soudain la gorge. Elle eut un hoquet de surprise mais fini par desserrer son emprise lorsque la poigne autour de sa gorge devint insupportable. Pourtant il ne libéra pas sa gorge. Ezequiel semblait complètement abasourdit de la voir réagir comme ça et continuait de l'emprisonner en portant une main à sa blessure.
Sasha avait agrippé la poignet qui l'empêchait de respirer et essayait de la faire lâcher prise... en vain. Et pas moyen de se débattre puisqu'il la bloquait efficacement entre ses jambes. Alors est-ce qu'il allait tenter de la tuer maintenant ? Quelle histoire... que faire ? Elle aurait bien aimé lui demander d'arrêter mais impossible de parler bien entendu. C'est alors, qu'enfin, il libéra sa gorge. Sasha aspira immédiatement une grande goulée d'air avant de se mettre à tousser légèrement en apportant une main à l'endroit où Ezequiel venait de serré violemment son cou fragile. Quant à l'agresseur en question, il était complètement désemparé et aux bords des larmes. Il hurla puis se mit à sangloter, se laissant alors complètement aller contre elle en fondant en larmes. Sasha sursauta, ne s'attendant pas à une telle réaction. Elle avait plutôt cru qu'il la frapperait pour la punir. Et vous connaissez un peu Sasha maintenant... dès qu'elle voit quelqu'un pleurer elle est catastrophée. Trop sensible cette petite blonde.

Après avoir reprit un peu d'air donc, elle fut toute chamboulée de voir Ezequiel se mettre à pleurer par sa faute. Alors contre toute attente, elle l'enlaça et le serra contre lui avec douceur, glissant une main dans ses cheveux. Elle était prête à se mettre à pleurer aussi de nouveau !


- Oh Ezequiel ! Ne pleure pas je t'en prie !

Cette pauvre enfant était décidément beaucoup trop naïve ! Enfin... elle voyait bien que cet homme était en détresse et qu'il était un peu "malade" si on veut. Il avait besoin de soutien. Elle déposa un petit baiser sur sa tête et reprit d'une voix émue :

- Il... il faut que tu comprenne que c'est mal de se comporter de la sorte. Tu ne t'es même pas posé la question de savoir si j'en avait envie... il faut... demander la permission pour ce genre de choses. Je n'ai... je n'y connais rien à ces caresses moi, mes parents et mes frères ne m'en ont encore jamais parlé. J'ai eu peur... j'ai paniqué... tu n'entendais pas ce que je te disais. Ezequiel ne pleure plus s'il te plaie... je suis désolée !

Elle l'embrassa de nouveau sans savoir quoi ajouter. Oh comme elle détestait faire pleurer quelqu'un ! Ça ne lui était d'ailleurs jamais arrivé... pas qu'elle s'en souvienne en tous cas. Et c'était une impression extrêmement honteuse. Est-ce qu'elle aurait du faire autrement ? Est-ce qu'elle aurait du parler davantage ? Se laisser faire ? Elle n'en savait rien, elle avait agit sur un coup de tête, un instinct de survie si on veut, même si sa vie n'avait pas du tout été en danger. Sauf peut-être lorsqu'il l'avait presque étouffée mais enfin... c'était un peu de bonne guerre.
La blondinette soupira et continua d'enlacer le surveillant en se confondant en excuses. Pourrait-il lui pardonner ? Pouvait-il comprendre sa réaction de tout à l'heure ? Elle l'espérait de tout son cœur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Ven 30 Déc - 2:42

Son visage était enfouie dans sa nuque. Cette nuque qu'il avait faillit briser il y avait une minute. Ça aurait été dommage. Entre deux sanglots, il caressait sa gorge. Comme fasciné. Ça aurait été si facile de la tuer. Juste serrer les mains et l'entendre cracher son dernier soupire, un filet de bave à la commissure de ses lèvres. Ça aurait fait un charmant tableau. Il sentait maintenant ses bras l'entourer, l'enlacer comme une mère et il se réfugia plus en elle, voulait se laisser bercer par ses excuses touchantes. Il continuait à laisser ses doigts danser sur sa peau laiteuse. Avec envie. Avec désir. Avec beaucoup ... D'affection. Il eut un frisson lorsqu'elle déposa un baiser consolateur sur sa tête. Ça calmait ses nerfs. Ça le calmait. Et ça laissait réveiller des passions inavouées. Bien qu'à présent, tout avait été dit. Jamais, jamais ses victimes ne se débattaient. Elles restaient blottis dans ses bras, se secouaient de sursauts humides et lorsque le gong sonnait, elles se laissaient aller à la douceur de leur bourreau. Lorsqu'il les tuait, c'était finis. Il les enterrait quelque part où faisait profiter des animaux affamés. On ne sait pas combien un chien peut être terrifiant à l'affut de chair fraiche. Humaine ou pas. Si l'homme est le meilleur ami du chien, c'était que le chien l'appréciait par gourmandise. Ezequiel aimait les animaux. Sauf les chiens. Il se rappelait la première fois qu'il avait découvert que ces animaux pouvaient se rendre utile. Un frisson d'horreur cette fois. Il préféra s'oublier dans les bras de Sasha.

Les mots de la petite blonde n'avaient ni queue, ni tête. Juste un paquet de mots sans sens logique. Seule l’intonation était retenue. C'était doux. C'était ce qui comptait. Il avait l'impression qu'elle se donnait à lui. Corps et âme. Il aimait bien cette sensation. Ses sanglots se calmèrent, il tourna la tête et cala son oreille dans sa poitrine. Il entendait le battement de son cœur. Il était rapide, dis donc ! L’intérieur de son corps avait l'air chaleureux. Qu'il voudrait bien y glisser ses mains pour recueillir un peu de cette chaleur qu'elle gardait jalousement. Doucement, il glissa ses bras sous son débardeur. Lentement. Sans décoller sa tête de ce coussin de chair. Lorsqu'il décréta être allé assez loin, il stoppa son avancement, laissant ses longs doigts autour de son nombrils. C'était bouillant et confortable. Il aimait bien être comme ça. Il ne se serait dégagé pour rien au monde. Comme il avait plus besoin de tendresse que de chaleur, il passa ses bras autour de son ventre et l’enserra. Si elle bougeait trop, il s'accrocherait de plus belle. Il laissa planer un long soupire d'aise. L'enseignant, blotti ainsi, réfléchissait. Il retourna la tête et appuya son menton sur elle, attrapant son regard au passage.

Laisse-moi m'occuper de toi. Laisse-moi juste faire ... Sasha, ma petite Sasha ... Ses mains recommencèrent à remonter dans son dos. Clic. Juste Clic. Il laissa échapper deux baisers sur son ventre Je sais ce que je fais. Fais moi juste confiance. Il pencha sa tête et plissa les yeux. Tu as bien confiance en moi ? A ton ami. Ton brave Ezequiel. Celui qui t'as tellement aidé ...

Il se remit à caresser son ventre de ses lèvres, à parcourir sa peau. Elle n'avait aucune raison de s’inquiéter. Ça aussi c'était de l'éducation. C'était son domaine. Le sien, à lui. Il lui apprendra. Ce n'était pas un soucis. Il glissa son corps sur le sien, se mettant plus à l'aise et tenta de contenir les convulsions de la jeune filles. Sa gourmandise reprit le dessus sur sa tristesse et sa douleur. Il sentait le sang qui commençait à sécher. Il aurait sûrement mal. Pendant quelques jours. Voir un mois entier. Mais ça allait passer. Son avidité le perdra. La pureté que dégageait Sasha était si belle et si délicieuse qu'il s'y laissait volontiers submerger. On ne laisse pas impunément une telle candeur s'enfuir aussi facilement. Il se damnerait pour toute cette douceur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Dim 8 Jan - 2:52

Sasha était persuadée de pouvoir raisonner Ezequiel en lui expliquant pourquoi elle avait agit si violemment et surtout pourquoi ce qu'il faisait était mal. Après tout il était intelligent et sensé comme personne, il était forcément possible de lui faire entendre raison. Non ? Après tout ce temps elle aurait du comprendre que ce genre de personne était très difficilement raisonnables. Pire que des têtes de mules. Bien pire.
Cependant l'homme se calma rapidement, sûrement grâce à sa voix douce et son étreinte. La blondinette n'avait quasiment jamais surprises l'un de ses frères en train de pleurer. Mais elle se souvenait d'une fois ou Aaron était rentré à la fois fou de rage et complètement détruit. Il avait toujours fait en sorte d'être un grand séducteur aux yeux de tous, un jeune homme qui aimait la compagnie des femmes sans pour autant s'intéresser aux relations sérieuses. Mais un soir, ce fameux soir donc, une fille l'avait plaqué et il en avait été particulièrement affecté. Et tout comme avec le surveillant aujourd'hui, elle l'avait consolé comme une mère. Elle avait toujours aimé aider les gens et leur rendre le sourire, faire ressortir leur bon côté. En général sa candeur, sa douceur et sa sincérité suffisaient à arranger beaucoup de choses. Elle pensait que cela suffirait donc également avec Ezequiel. Mais il était comme tous ces pensionnaires et ces affreux bonhomme... malade. Mais étais-ce une véritable maladie ou bien... des blessures du passé ? Un mélange des deux peut-être. Ezequiel ne lui avait pas répondu tout à l'heure lorsqu'elle lui avait demandé ce qu'il avait fait pour arriver là. Donc il souffrait bien de quelque chose, il avait été condamné à juste titre sans doute. Mais pour quoi ? Pour ce genre de comportement ?

Alors qu'elle ne pensait qu'à consoler l'homme dans ses bras en fixant le plafond, encore honteuse de la violence dont elle avait fait preuve, lui ne pensait pas du tout à s'excuser de son méfait. Au contraire, il songeait surtout à le renouveler.
Alors qu'il caressait sa gorge, elle imaginait simplement à quelque chose d'amicale. Ce n'est que lorsque les doigts de l'homme se faufilèrent sous son haut qu'elle se crispa de nouveau. Oh... elle l'avait sans doute un peu trop rassuré pour le coup. Il n'allait tout de même pas recommencer ?! N'avait-il rien entendu de ce qu'elle venait de dire ?
Il enserra alors fermement sa taille. Sasha eut de nouveau le souffle coupé et son cœur s'emballa. Il lui demanda alors de le laisser faire, ses mains grimèrent jusqu'à son dos. ... Clic ? Sasha eut un hoquet de stupeur et commença à gigoter un peu de nouveau, ses joues s'empourprèrent. Mais qu'est-ce qu'il faisait encore ?! Elle ouvrait et fermait la bouche mais ne savait pas quoi dire. Pourquoi insistait-il autant ? Il essayait encore de la calmer et de la détendre mais Sasha ne lui accordait plus aucune confiance désormais. Elle voulait simplement qu'il la lâche. Honteuse de cette position fâcheuse alors qu'Ezequiel s'installait sur elle, elle repensa au couteau. Toujours hors de poté malheureusement. Était-elle capable de le poignarder ? Elle ne savait pas...
Ses mains baladeuses et ses baisers commençaient à l'horrifier de plus en plus à chaque secondes. Il allait trop loin, beaucoup trop loin ! Elle commença par simplement gémir et protester mais finit par perdre son sang froid.


- Ezequiel arrête ! Lâche-moi tout suite ! Lâche-moi je te dit tu ne... AU SECOURS !!

Oui, elle venait de hurler. De crier à l'aide de toute la force de sa voix au risque de briser les tympans du surveillant. Elle continua à appeler, se jetant en tous sens pour tenter de se défaire de l'emprise de l'homme. N'y avait-il personne pour la sauver ? Elle hurla et hurla encore en essayant de frapper l'agresseur. Elle désespérait de s'en sortir lorsque soudain, la porte de la pièce s'ouvrit violemment. La blondinette ne vit pas immédiatement de qui il s'agissait mais en tous les cas, il parvint à agripper le surveillant et à le défaire de sa position, la libérant enfin de son bourreau.
Aussitôt elle se recula vers le mur, affolée. C'est alors qu'elle vit son sauveur bousculer violemment le surveillant. C'était Dimitri ! C'était son frère !


- Dimitri ?!

L'aîné des enfants Campfire se pencha sur elle et agrippa son bras pour la relever rapidement. Que faisait-il ici ?! Il enserra sa taille et la força à se maintenir derrière lui pour la protéger, pointant alors le surveillant d'un doigt accusateur.

- Ne touchez plus jamais à ma petite sœur, espèce de sale pervers. Vous m'entendez ?! Plus jamais !
- Dimitri tu sais je...
- Sors d'ici immédiatement.

Les joues rougies par l'émotion et la température qui était soudainement grimper, Sasha lança un regard à Ezequiel puis commença à reculer. Son frère la protégeait du haut de ses 1m80. Il n'avait jamais été un bagarreur. Mais la blondinette savait qu'elle pouvait compter sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezequiel F. McMortensen
l-Bourreau & Surveillant-l
l-Bourreau & Surveillant-l
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 23
Avatar : : David Tennant (c) Psykokwak
Crainte : Papa ... S'il te plait, pose ce briquet ...
Date d'inscription : 10/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour avoir aimé à sa façon.
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 11 Fév - 21:21

Un son humide et étranglé sortait de la gorge de l'adolescente. Elle se débattait. Beaucoup. Et Ezequiel, n'avouant qu'à moitié ses fantasmes, tentait inutilement de la faire taire par un simulacre de douceur dont lui-même ignorait toute la violence. Tut tut tut ... Arrête, Sasha. Arrête. Personne ne viendra te chercher. Tu es à moi. Toute à moi. Elle se tortillait sous lui, lui glissait entre les doigts comme une anguille. Et lorsqu'il comprit que toute cette tiédeur n'était qu'un prétexte, il plaqua sa paume contre sa bouche et lui ordonna de se taire, un peu plus ferme. La pudeur était quelque chose qu'Ezequiel ne connaissait pas. Jamais. Mais ses hurlements plaintifs lui arrachaient un plaisir malsain qu'il réprimait. Elle était suffisamment désirable, oui. Ses doigts se refermèrent sur sa taille et ses interminables baisers qui s'attardaient longuement sur ses lèvres vinrent glisser à ses épaules. Désir croissant, lorsque sa main alla chercher un peu de chaleur entre ses jambes, tout son corps se sentit tirer en arrière. Comme happé. La couture de son col l'étrangla à peine l'espace d'un instant et il se retrouva rapidement devant un homme qu'il n'avait jamais vu. Dimitri. Dimitri, je vais te tuer.

Dimitri était plutôt grand. Il était aussi blond que Sasha. Un air de famille, peut-être. Le surveillant avait à peine entendu ce qu'avait dit son adversaire. Petite-sœur. Cousine. Belle-fille. N'importe. Il avait le souffle irrégulier, profond. Il sentait sa poitrine remonter et redescendre à chacune de ses respirations. Il ne comprenait pas. D'où il venait ? Qui il était ? Comment il avait fait pour venir jusqu'ici ? Anguish était l'antre des incapables. Le temple de l'incompétence. Il regarda Dimitri en face. Sasha. Dimitri. Sasha. Il ne fixait plus que la gamine qui semblait trouver refuge derrière son frère. Son frère bien-aimé. Il trouva que c'était charmant. Ezequiel se rendit compte qu'il était désarmé. Son fusil était loin. Trop loin. Mais ... Peut-être que ... Sasha n'avait pas la fameuse puce dans la nuque. Elle n'était pas d'ici. Son frère non plus sans doute. Mais il avait de la chance que la télécommande soit aussi polyvalente. Une pression suffisait à alerter toute la structure. Vissé dans une position naturellement calme, les yeux dans le vide, bien que fixant ceux de sa petite Sasha, il sortit l'engin, le brandi face au Dimitri et posa délicatement son pouce sur un bouton. Il leva le visage vers le héros, s'adressant pourtant directement à la gamine.

Si j'appuie, tout Anguish saura que vous êtes ici. Si tu sors, tu vas te faire tuer, ma pauvre. Toi et ton frère. Tu seras responsable de sa mort. Tu ... Veux vraiment partir ? Je lui laisse une chance de s'en aller. Vivant. Si tu restes, bien sûr.

Il avait ignoré superbement ce qui semblait être le responsable de l'enfant. Il ne supportait pas se retrouver face à ceux qui étaient tuteurs de ses enfants. Il se rendait compte qu'ils n'étaient pas à eux. C'était frustrant. Il redirigea son regard vers Sasha. Un murmure interrogatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Campfire
~ Naufragé(e) ~
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 26
Avatar : : Sasha Pivovarova
Crainte : Heu...les insectes ><
Humeur : Good or Bad... depending...
Date d'inscription : 15/06/2010

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Naufrage
Affinités:

MessageSujet: Re: Première et dernière fois   Sam 11 Fév - 23:19

Sasha agrippait ses petits doigts à la veste de son frère ainé. Elle connaissait presque par cœur ce parfum et cette présence. Lorsqu'elle était née, Dimitri avait déjà quatre an et Aaron en avait deux. Alors qu'il avait commencé à être jaloux de l'arrivée de ce petite frère, il fut ravi de celle de cette petite sœur si jolie. Très tôt, il demanda à lui donner le biberon et à la prendre dans ses bras. Et puis, très intelligent, il fini par laisser le flambeau à Aaron pour se concentrer uniquement sur ses devoirs et ses cours. Et cela continua pendant des années et des années, jalousant en silence Aaron qui se rapprochait de plus en plus de Sasha. Même s'il ne le montrait pas et passait son temps à réviser, il était fou de sa sœur, il l'aimait profondément. Il aurait fait n'importe quoi pour elle. Elle lui reprochait de ne pas faire attention à elle, de ne jamais venir voir ses compétitions de danses et ses représentations. Il n'en avait pas le temps voilà tout. Pourtant Dieu sait qu'il avait essayé. Il regrettait ne pas avoir été assez présent et sur cette île, écartée de toute civilisation, il avait fini par ouvrir les yeux. Surtout lorsqu'il avait apprit, quelques jours plutôt, que cette jolie poupée innocente avait tué Aaron. Son propre frère. Elle lui avait avoué, incapable de garder cet horrible secret. Un accident ? Oui et non... comment savoir ? Après avoir brûlé le corps de leur frère, il lui avait dit de ne plus revenir à l'annexe. Il ne voulait plus jamais le revoir.
Aujourd'hui il s'en voulait monstrueusement. Il allait vers les cuisines pour voler de la nourriture. Puisque personne ici ne semblait s'inquiéter de leur sort. Et il avait soudain entendu crier. Il aurait reconnu cet appel à l'aide entre mille. Sasha. Sa petite sœur en danger, il n'avait pas hésité un instant à se jeter à son secours, au bord de la crise cardiaque en sachant qu'elle allait peut-être mourir, elle aussi. Cette idée lui était insupportable. En entrant dans la pièce, il avait vu ce type. Cet homme sur le corps si fragile et si innocent de sa petite sœur adorée. Il avait vu ses mains baladeuse sous ses vêtements. A cet instant, il aurait été capable d'un meurtre. Il l(avouait. Une rage sans nom s'était éveillée en lui... mais il n'avait pas pu. Pas devant Sasha. Il s'était contenté alors de l'agripper violemment et de le repousser de toutes ses forces, la mâchoire serrée à éclater.

Sasha n'aurait jamais imaginé que son frère puisse se trouver ici. Mais il était là, et il avait couru à son secours. Pourtant c'était elle qui s'agrippait à lui comme si elle craignait de le perdre. Il fallait qu'elle évite la catastrophe. Ce qui s'était passé entre Aaron et Keiji ne devait surtout pas recommencer entre Dimitri et Ezequiel. Jamais ! Elle devait empêcher ça.
Elle s'imaginait qu'ils leur suffisait maintenant de sortie de la pièce et d'aller à l'annexe. Mais c'était plus compliqué que ça. Le surveillant avait plus d'un tour dans son sac. Effrayée par le regard qu'il posait sur elle, Sasha se cacha un peu plus derrière son protecteur. Il les menaça d'appeler des renforts, ce qui bien sûr entrainerai leur perte à tous les deux. Responsable de la mort de son deuxième frère ? Non pas encore...
Sasha se mit à trembler. Mais si elle restait... il pouvait avoir la vie sauve. Enfin... selon lui. Elle avala difficile sa salive et tira sur le manche de Dimitri; Son frère fixait l'homme avec un regard qu'elle ne lui avait jamais connu. Un regard de haine et de profond mépris.


- Dimitri... va rejoindre les autres... je...
- Hors de question.

Sa voix était tranchante et cela la surpris. Elle glissa sa main dans la sienne et lorsqu'il baissa les yeux sur elle, elle y lu plus d'amour que jamais. Elle se serra contre lui en s'accrochant toujours plus à ses vêtements. Il soupira, caressa ses cheveux, inspira profondément puis plongea un regard noir dans celui d'Ezequiel.

- Je préfère mourir plutôt que de te donner ma sœur, tu entends ? Elle est tout ce que j'ai ! Et je ne te laisserai pas la salir et salir notre famille. Va au diable !

Et sur ces mots, il agrippa la jeune fille pour la prendre dans ses bras. Sasha poussa un cri de surprise et eut un mouvement de protestation. Non ! Mais qu'est-ce qu'il faisait ? Il allait se faire tuer !
Sasha croisa le regard d'Ezequiel et ses lèvres tremblèrent alors qu'elle le suppliait de ses yeux remplis de larmes. Avant que Dimitri ne quitte la pièce en pressant le pas, elle lança :


- Ne fais pas ça Ezequiel ! Je t'en supplie... je reviendrais je te le promet... je ne t'en veux pas tu sais ! Je...
-Tais-toi Sasha, lui intima son frère.

Dimitri se dirigeait vers la sortie du pensionnat. Quant à Sasha, elle priait pour qu'Ezequiel n'ai pas appuyé sur le bouton. Mais il y avait bien peu de chance qu'il l'ait écouté. Si Dimitri mourrait, elle ne le supporterai pas.
Si bien sûr qu'elle en voulait au surveillant de ce qu'il avait fait. Mais elle avait voulu qu'il la croit et ai pitié d'elle et de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première et dernière fois   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première et dernière fois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» Matte une dernière fois mon derrière, il est à côté de mes valises (a) Joshua.
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~
» La première... et la dernière fois? [Sif] /!\ CHARME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: