AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De bon matin [Arella Kiterns]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henry Shelley
| Personnel |


Nombre de messages : 296
Age : 21
Avatar : : Jason Butler Harner
Crainte : Les assistantes maternelles et l'avocat de la partie civile
Humeur : Revêche
Date d'inscription : 03/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour t'embrasser bien sûr, ma biche.
Affinités:

MessageSujet: De bon matin [Arella Kiterns]   Mer 7 Déc - 21:42

Henry ne lisait jamais les dossiers des pensionnaires aussi ignorait-il tout du cas d’Arella Kiterns avant son internement. Les paperasses lui étaient interdites, la direction préférant à juste titre l'associer à des tâches plus humaines et communicatives. Les nouveaux pensionnaires n’arrivaient pas tous les jours par fourgon et il occupait son temps en aménageant la ruine qu’on lui avait offert en cadeau de bienvenu et qu’il habitait. Après avoir refait la toiture cinq fois, elle cessait de prendre l’eau mais le bois grinçant l’empêchait de s’entendre respirer la nuit.
Tous les mois les membres du personnel avaient le droit de passer une commande pour faire venir des produits de l’extérieur de l’île et, ainsi, éviter d’avoir à manger les immondices dont on nourrissait le bétail criminel. En général Henry demandait du gin, du thé et du riz dont il s’alimentait presque exclusivement. Et des cigarettes évidemment, par pack de trente.

Une gauloise vissée dans le bec, il cherchait à croiser une infirmière dans un couloir pour avoir sa nouvelle dose de somnifère (par pour lui, pour les chiens qui l’empêchait de se balader la nuit par leurs aboiements). Il tenait dans la main un mug de thé bouillant et avait une fois de plus oublié sa télécommande magique quelque part. Si un malade lui sautait dessus, il n’aurait pas d’autre arme pour se défendre qu’une grande tasse à l’effigie des Beatles. Il tapa un code sur un clavier métallique puis un deuxième car le premier ne fonctionnait et la porte s’ouvrit au bout du troisième. Il se les notait sur des post-it mais confondait encore les étages. La salle de vidéosurveillance était glaciale et un petit bonhomme trapu puant de sueur observait chacun des écrans avec une intensité glaçante. Nonchalamment, Henry constata que les enfants étaient plutôt sages. Ils se cognaient gentiment la tête contre le mur. Arella Kiterns était agréablement éclairée et la camera faisait un gros plan sur son visage. Un psychologue avait émit à son sujet une théorie comme quoi lorsqu’elle faisait une certaine expression, c’était annonciateur d’une crise dans le quart d’heure. Les psychologues émettaient toujours tout un tas d’hypothèses foireuses mais grâce à celle là, on contemplait magnifiquement les traits froissés et réguliers de la petite fille. Il s’agissait de l’étage le plus infréquentable, le rassemblement des meilleures espèces, et ce calme signifiait sans l’ombre d’un doute que le docteur machin était passé et qu’ils étaient tous bourrés de calmants. Avec une moue satisfaite, Henry tapota le crâne chauve du surveillant qui ne sursauta même pas et tourna les talons. Il fit une remarque sur les foutus codes et le petit bonhomme lui répondit d’une voix sifflante qu’ils auraient bientôt des pass cartes.

Pour lui, les portes cent fois blindées des cellules s’ouvrirent. On pouvait voir les adorables bestiaux tourner en rond derrière d’énormes barreaux ou d'épaisses vitres. Les cachots étaient sombres et insalubres. Henry avait son journal sous le bras, ça parlait d’économie. La cellule Kiterns était quelque part dans l’aile gauche. Elle pouvait être heureuse, il venait exprès pour la voir. Il ne l’avait plus recroisé depuis sa première grossesse ce qui remontait à très longtemps et ils ne s’étaient jamais vraiment rencontrés. Quelques fois seulement, les infirmières avaient fait appel à lui pour la maintenir quand il fallait lui injecter un peu de savoir vivre.
En sifflotant, il alluma une seconde cigarette afin de chasser l’odeur du tabac froid. A dire vrai, il se fichait éperdument d’Arella Kiterns mais elle avait été rattachée à une cellule bien particulière : celle qu’il avait lui-même occupé trois semaines en 2008 et où il était mort selon les papiers officiels. Il était environ sept heure du matin et un autre gardien le relayait à l'extérieur pour surveiller les éventuels cas.
On pouvait l’entendre chantonner à l’autre bout du couloir. Il frappa quelques coups aux barreaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arella Kiterns
Gagne en courage
Gagne en courage
avatar

Nombre de messages : 649
Age : 26
Avatar : : Nina Dobrev
Crainte : La mort? Non... Pas vraiment... Sa mort? Oui...
Humeur : Toujours aussi cinglé & je t'enmerde :D
Date d'inscription : 27/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Sans Commentaire
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Mer 7 Déc - 23:15

    La vie de la jeune femme se résumé seulement à quelques mots: Vie, mort, naissance, violence... Elle était arrivé avec sa soeur ici après avoir tuer leur parents, sa soeur était morte, elle avait était enceinte de Shean par deux fois, l'un mort l'autre qui avait vu la lumière du jour pour enfin être tuer et enfin, Shean la quittant pour une petite gamine. Arella avait comme qui dirait peté un cable ces derniers jours et on l'avait enfermer dans une cellule et pas n'importe la quel... La cellule d'un fou qui était soit disant mort, il était atterrit à Anguish après avoir tuer des enfants... Arella frissonna rien que d'y pensé, elle qui avait perdu son adorable bébé... Elle ne savait toujours pas qui était le tueur mais si elle l'attraper, elle n'hésitera pas à le tuer voir pire, le torturer...

    Elle chercha autour d'elle et vit le nom d'Henry Shelley... Attendez Henry Shelley, c'est ce type qui à tuer des enfants !? Arella serra les poings. Ce même fou qui l'avait croiser pendant sa première grossesse !? Pfff, heureusement pour lui qu'il avait rendu l'âme sinon Arella lui aurait mit son poing dans le nez... Elle commença à chantonner une petite chanson quand quelqu'un frappa dans les barreaux, elle regarda vers la personne et poussa un cri d'exclamation.

    -BORDEL DE MERDE ! Faut pas faire peur aux innoncentes jeunes filles.

    Elle fixa l'homme et se leva.

    -Alors, que me vaut l'honneur d'une si charmante visite, surtout d'un bel homme comme vous monsieur.

    Arella s'approcha des barreaux tout en continuant de le regarder, son visage lui était familier... Mais elle ne ce souvenait pas d'ou... Si seulement elle se rappeller que cet homme la tenait quand les infirmières lui donnèrent des calmants via intraveineuse... En même tant, sous l'effet des calmants, elle ne se souvient de pas grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Shelley
| Personnel |


Nombre de messages : 296
Age : 21
Avatar : : Jason Butler Harner
Crainte : Les assistantes maternelles et l'avocat de la partie civile
Humeur : Revêche
Date d'inscription : 03/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour t'embrasser bien sûr, ma biche.
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Jeu 8 Déc - 23:20

De bon matin, la grognasse était déjà d’une humeur charmante. Quelques postillons vinrent se ficher sur le front d’Henry comme des balles liquides. Il ne les épongea pas. Même les calmants n’avaient pas raison de cette vulgarité et de ces pulsions. Elle avait toujours l’air d’ignorer que les surveillants avaient dans la poche la clef de la cellule et qu’ils pouvaient lui inculquer le respect à tout moment. Surtout depuis qu’on employait des patients de la première heure pour faire les rondes.

-Comme tu es fraîche ce matin , grogna-t-il en appuyant son visage contre un barreau rouillé.

Il la fixait dans les yeux et lui envoya à distance un baiser muet. Ses lèvres laissèrent s’échapper aussi un nuage de fumée blanche et le mégot tomba par terre. A travers la lourde grille, il passa un bras et posa sa tasse à moitié vide dans une pierre creuse. Ses petits yeux détaillaient la geôle sans plus s’arrêter sur son occupante. Arella Kiterns était plutôt bien roulée, il n’était pas herculéen de comprendre que Kurtis ait aimé lui rendre souvent des visites. Une belle captive qui jurait comme un vieux pêcheur breton. Un sourire goguenard avait barré son visage buriné quand elle l’avait appelé « bel homme ». Il tendit la main vers elle mais n’avait pas les doigts assez longs pour la toucher.
Son corps d’Ophélie était éclairé par une belle lumière blanche qui venait du couloir. Il reprit pendant quelques secondes la petite chanson qu’elle-même avait entamée un instant plus tôt sans arrêter son inspection de la cellule. Il était mort juste à l’emplacement où elle était plantée.

-Tu as maigris, non ?

Elle avait l’air raide des insolentes qui veulent paraître détendues. Les calmants qu’on donnait ici faisaient l’effet d’une dizaine de joints. Henry avait testé un jour et dormi pendant les deux suivants. Arella Kiterns était d’une résistance impressionnante.

-Demain je t’apporterai à manger. Faudrait pas que tu devienne trop maigre, les hanches maigres sont hideuses et les tiennes sont parfaites. Et puis grâce à ton bébé, j’ai de l’engrais et mes légumes poussent beaucoup mieux.

Il n’avait jamais vu ne serait-ce que le bout d’un cil du nourrisson. Il recula des barreaux, s’attendant à une réaction violente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arella Kiterns
Gagne en courage
Gagne en courage
avatar

Nombre de messages : 649
Age : 26
Avatar : : Nina Dobrev
Crainte : La mort? Non... Pas vraiment... Sa mort? Oui...
Humeur : Toujours aussi cinglé & je t'enmerde :D
Date d'inscription : 27/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Sans Commentaire
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Ven 9 Déc - 0:11

    Bah quoi? Arella adorait qu'on lui rendent visite, surtout si la personne qui viens est aussi charmeur. "-Comme tu es fraîche ce matin" Toujours voyons, notre Arella nationale est toujours aussi... Fraiche ! Elle reçu avec le sourire, le baiser muet du surveillant et garda quand même une bonne distance, ne voulant pas se faire attraper sans qu'elle ne le veuille. Et oui, il fut un temps ou elle aurait adoré les coups, mais là, il faut dire qu'elle est un peu nostalgique. Bah faut dire que la surprise de Shean par rapport à Bethany mais aussi son pétage de cable et la peau de l'intimité de Shean arracher... Ouais elle aller très bien, bien mieux d'ailleurs, il lui rester un peu de peau sous les ongles mais cela lui fait un souvenir !

    Elle regarda alors le surveillant qui reprit doucement la chanson de la jeune femme alors qu'il la regardait de bas en haut. Puis il dit quelque chose... Qu'il n'aurait jamais du dire ! "-Demain je t’apporterai à manger. Faudrait pas que tu devienne trop maigre, les hanches maigres sont hideuses et les tiennes sont parfaites. Et puis grâce à ton bébé, j’ai de l’engrais et mes légumes poussent beaucoup mieux. " Léonie... Sa douce petite fille, son bébé... Elle craqua et sauta littéralement sur les barres, telle une lionne enragée.

    -ESPÈCE D'ENCULER JE VAIS TE FAIRE LA PEAU ! FILS DE PUTE ! TU LUI A FAIT QUOI HEIN !?

    Puis d'un coup son visage... Ce visage qui lui était familier lui revenait... Cet homme n'était autre qu'Henry Shelley ! Arella recula, déboussolé.

    -Tu est mort... Non impossible... JE VAIS TE CREVER UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !!

    Elle se remise à sauter sur les barres en cherchant à l'attrapé, peine perdue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Shelley
| Personnel |


Nombre de messages : 296
Age : 21
Avatar : : Jason Butler Harner
Crainte : Les assistantes maternelles et l'avocat de la partie civile
Humeur : Revêche
Date d'inscription : 03/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour t'embrasser bien sûr, ma biche.
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Ven 9 Déc - 21:05

Oh ! La douce et pâlichonne petite fille ! Comme elle était rouge ce matin !
Henry trouvait sa blague extrêmement drôle et les gesticulations pittoresques d’Arella Kiterns pour l’effleurer décuplaient son hilarité. Il n’était sans doute sur Terre rien de moins subtil qu’Henry Shelley au réveil. Pendant qu’elle hurlait, il grimaçait en tirant la langue. Se mettre dans un état pareil pour un petit bout de chair molle hurlante, c’était à s’étouffer. Les mères posaient toujours sur les choses les plus répugnantes un regard d’affection, les femmes n’avaient aucune jugeote. Lui qui savaient aimer les enfants à leur juste valeur les raillait sans cesse.
Il saisit brutalement le bras qu’Arella tentait de cogner à son visage et l’attira à lui jusqu'à ce qu'elle soit bloquée à l'épaule. Il tirait assez fort pour qu’elle ait mal mais ne jugeait pas encore nécessaire de lui déboiter le coude. Néanmoins, son rôle était de rétablir le respect entre les pensionnaires et les surveillants. Celle-là en avait vu de toutes les couleurs depuis son internement mais elle ne connaissait pas encore la nuances d'Henry Shelley. Un journal traînait par terre. Les journaux étaient interdits aux pensionnaires, même dans la salle de divertissement. Il y avait du relâchement. Combien de pauvres petits éplorés ont réussis à se trancher la jugulaire avec les pages tranchantes d'un hebdomadaire ? Des tas, et c’est ce qu’Anguish devait empêcher. La fuite et la lâcheté face à la justice et le règlement.
Il lâcha d’un coup la pression qu’il exerçait sur l’avant bras osseux et ramassa le journal qui datait de quelques années déjà et où on pouvait trouver page deux un article à son sujet. Quelqu’un avait dut le laisser symboliquement dans cette cellule, à sa mémoire. La photo qui illustrait l’article avait été prise à l’intérieur d’Anguish, on le voyait cadavérique, les yeux blancs, étendu sur un brancard. Il titrait « Henry Shelley n’a pas attendu le châtiment ». Il poussa un petit cri d’extase.

-Mort ? Mais oui il est mort tu as raison. Alors que moi je suis bien vivant, pauvre petite conne.

Il partit dans un fou rire nerveux.

-Tu traites un mort de fils de pute, Kiterns, c’est un péché. Un mort qui dort paisiblement sous nos pieds et tu craches à la gueule d'un membre du personnel qui vient gentiment te réveiller le matin.

Il froissa le journal et lui jeta au visage. S’il avait eut un révolver il l’aurait déjà fait se mettre à genoux mais ce matin il n’avait rien prévu. Derrière il y avait un genre de tige en métal que les infirmières utilisaient pour maintenir les patients à distance. Il la ramassa et décrocha les clefs de la cellule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arella Kiterns
Gagne en courage
Gagne en courage
avatar

Nombre de messages : 649
Age : 26
Avatar : : Nina Dobrev
Crainte : La mort? Non... Pas vraiment... Sa mort? Oui...
Humeur : Toujours aussi cinglé & je t'enmerde :D
Date d'inscription : 27/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Sans Commentaire
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Mar 20 Déc - 13:18

    La jeune femme était folle de rage, elle tourner en rond dans la cage, si elle pouvait sortir, je ne donne pas cher de la peau de Shelley. Elle donna des grands coups de pieds dans la porte de la cage mais rien n'y fait, aucune sortie possible... Comment pouvait-elle venger sa fille...? Puis d'un coup, Shelley lui attrapa le bras et la força à venir vers lui, la bloquant contre les barreaux et tirant pour lui faire mal mais avec la rage qu'elle à en ce moment, elle ne sentit rien du tout... "-Mort ? Mais oui il est mort tu as raison. Alors que moi je suis bien vivant, pauvre petite conne." Arella n'en pouvait plus, c'était la goute d'eau qui fit débordé le vase.

    -JE VAIS T'ARRACHER LA PEAU DES COUILLES ! DEMANDE DONC A KURTIS CE QUE CELA FAIT DE CHERCHER ARELLA KITERNS !

    Non la jeune femme n'est pas suicidaire, simplement folle de rage, folle tout court en même temps... Elle avait perdu sa soeur qui avait était tuer par Keiji puis enfin sa fille, elle même tuer par quelqu'un... "-Tu traites un mort de fils de pute, Kiterns, c’est un péché. Un mort qui dort paisiblement sous nos pieds et tu craches à la gueule d'un membre du personnel qui vient gentiment te réveiller le matin." Le journal qu'il venait de prendre, il lui lanca en pleine figure et quand elle le vit prendre la barre, elle recula.

    -Entre ici et je donne pas cher de ta vie... Maintenant fou-moi la paix, va t'amuser avec Kurtis ou même Kitade mais tire-toi ! Et je qualifie pas de gentil ton réveil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Shelley
| Personnel |


Nombre de messages : 296
Age : 21
Avatar : : Jason Butler Harner
Crainte : Les assistantes maternelles et l'avocat de la partie civile
Humeur : Revêche
Date d'inscription : 03/12/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour t'embrasser bien sûr, ma biche.
Affinités:

MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   Mar 20 Déc - 22:19

Les cris lui passaient au dessus de la tête, la colère le mettait de bonne humeur et, toujours agrippé aux barreaux, il ricanait joyeusement des « oui mais oui, c’est cela, continues, lâches toi » par-dessus ses propres insultes. Un sourire goguenard barrait sa face pendant qu’il déverrouillait la porte. Il faisait tourner la barre métallique entre ses doigts bruns et frappait les barreaux. Clic clac et des menaces inconsidérées, des mots tendres qu’on ne dit pas à un homme avec une matraque. Ses traits d’adolescente capricieuse étaient déformés par la rage, ses cheveux bruns fourchaient sur ses épaules et ses yeux sortaient bientôt de leur orbite. En arrivant il l’avait trouvé mignonne mais à cet instant, elle cessait d'être désirable. Juste bonne à manger de la rouille. On ne pouvait pas nier sa jolie silhouette mais Dieu sait qu’il se foutait des courbes pour le moment. Ce qu’il voyait en elle, c’était un amas de chair visité et revisité, engrossé mille fois, une pondeuse. La reine de la fourmilière. Il n’y avait plus rien à prendre à Arella Kiterns, même son esprit était souillé. Elle ne semblait là que pour réchauffer les surveillants. Sans doute qu’Henry n’aimait pas passer là où il y avait déjà eu foule.

La porte s’ouvrit et il s’engouffra à l’intérieur. Une odeur familière de pierre humide lui évoqua quelques souvenirs mais il n’avait plus le temps de s’y arrêter. Il ferma derrière lui.

« -Tu veux me faire du mal ? Vas-y, viens. Moi je vais pas te faire de mal. »

Un autre malade poussa un hurlement dans le couloir d’en face. Il souleva la tige et l’abattit violemment sur la poitrine de la petite. Une fois, deux fois, trois fois. Vlan ! Le mug de thé qu’il avait posé, il lui jeta à la figure. Coup de matraque, encore. Qu’elle hurle, maintenant ! Qu’elle s’arrache les cordes vocales où il irait les chercher à mains nues. La foutre à terre, une jouissance que « Kurtis ou Kitade » ne pouvaient pas lui donner. Il n'y avait plus rien, non vraiment plus rien, à prendre à Arella Kiterns. Une petite musique jouait dans sa tête. C'était triste, trop triste. Vlan ! Dramatique, voilà ce que c'était. Vlan ! Injuste même, vlan ! Cruel, pitoyable, sordide, vlan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De bon matin [Arella Kiterns]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De bon matin [Arella Kiterns]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» Fatal Bazooka - Ce matin va etre une pure soirée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: