AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Survie Acuarielle | Keiji |

Aller en bas 
AuteurMessage
Leah Taylor
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 26
Avatar : : (c) Jade Lavoie
Crainte : De revoir Davy
Humeur : Je t'en pose des questions ?!
Date d'inscription : 15/07/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Dégradation de biens publiques & nuisances de l'intimité de la population
Affinités:

MessageSujet: Survie Acuarielle | Keiji |   Lun 18 Juil - 3:58

Elle était là, assise dans ce camion à regarder le monde redevenir comme il était auparavant. Les effets des champignons avaient totalement disparus tandis qu'un sentiment de regret & de remord s'installait en elle insidieusement. Pourquoi avait-elle suivi Davy dans toutes ses mésaventures ? Pourquoi n'avait-elle pas suivit tous les conseils que lui offraient ses parents ? Pourquoi n'avait-elle pas écouté tout ce qu'on lui disait sur Davy ? Il était un toxico, un malade, un anti-conformiste ... & pourtant, elle s'en était moqué. Pire, elle l'avait suivi partout comme un brave caniche suivant sa maman. Comme un american stafford terrier suivant une racaille dans la rue. Si on pouvait comparer son comportement qu'elle avait en côtoyant Davy à celui d'un animal, ceci aurait été parfaitement facile à faire : elle se comportait telle une brebis suivant le bouc qui se jette d'une falaise, telle un malinois suivant les ordres qu'offraient son maitre. Elle était devenue complètement abrutie. Un lavage de cerveau avait été fait le jour où elle l'avait rencontrée. Oh bien sûr, quand ses sentiments sont apparus, elle s'est persuadée que ce n'était pas cela. Elle a fait en sorte de le cacher : car elle ne pouvait pas tomber amoureuse d'un mec qui lui disait " ce n'est qu'un coup d'un soir, il n'y aura rien derrière " & pourtant, voilà, c'était arrivé. Au départ, ça s'était produit d'une telle sorte qu'elle n'avait absolument rien comprit : Davy apparaissait dans ses rêves, ses pensées, elle s'imaginait portant son nom, vivant avec lui ... Elle s'imaginait mariée à lui. Bien sûr, elle s'était convaincue que ce n'était qu'un "kiff" comme disent si bien les jeunes d'aujourd'hui, mais ce n'était pas cela. Quand elle a vu, un soir durant une soirée, une jeune fille trop proche pour elle du garçon, elle s'était mise à boire comme un trou pour finalement pleurer sans raison. Oui, elle l'aimait.

& maintenant, dans ce camion, elle le regrettait. Elle regrettait de n'avoir pas pu contrôler ses sentiments. Pour les policiers, le fait qu'ils l'aient retrouvés dans une maison saccagée avec des substances illicites dans le sang était quelque chose de répréhensible. Mais ce qu'ils ne comprenaient pas, & ils ne comprendraient sans doute jamais, était le fait qu'il y avait bien autre chose qui coulait dans ses veines. Un sang souillé par la Haine d'elle-même, un coeur rongé par la rancune & la tristesse. Une phrase lui allait parfaitement : " Renferment viscéral & pénétration indispensable " voilà ce qu'elle pouvait ressentir pour Davy. Elle avait l'impression d'être heureuse près de lui, elle jouait la comédie, mais dans le fond elle s'enfermait sur elle-même, elle avait de l'espoir d'un jour finir avec lui & pour autant, elle savait qu'elle n'avait aucunes chances, & elle faisait tout pour qu'il la baise. Pour qu'il baise avec elle & qu'elle se sente heureuse dans ses bras. Malheureusement, quand elle retourne chez elle, ou qu'elle se retrouve seule quelque part, elle ressent ce sentiment qu'elle s'était promis de ne plus jamais ressentir de toute sa vie : une tristesse sans borne. Elle s'en voulait autant qu'elle se détestait. Elle éprouvait des sentiments pour un salaud alors qu'au final, elle ne pourra jamais rien espérer de lui que des gestes factices. Il n'était qu'un ami pour elle, voilà ce qu'il ne cessait de lui répéter. Bien sûr, elle savait très bien qu'il n'était pas assez bête pour ne pas comprendre ce qu'elle ressentait, seulement il devait s'en moquer ou tout simplement jouer avec elle. Elle n'avait jamais voulu savoir & ne le saurait sans doute jamais de sa vie. Dans le fond, c'est sans doute mieux ainsi.

Leah sentit le camion ralentir pour finalement se stopper totalement. Les policiers lui retirèrent ses menottes, même si elle n'en avait sans doute pas eut besoin, pour finalement la confier à quelqu'un d'autre. Elle suivit cette personne, écouta brièvement ses paroles, en fait elle s'en foutait. Elle était bien trop ailleurs pour s'intéresser à autre chose que ce qu'elle ressentait actuellement : la trahison, la haine & la rancune. Ensuite, elle marcha doucement vers un "Hall", enfin c'est ce qu'elle avait cru comprendre dans la dernière phrase de la Personne. La jeune fille entra alors dans celui-ci, inspecta les environs & brusquement sentit ce sentiment affreux : elle était seule. Véritablement seule, dorénavant. La peur ainsi qu'une tristesse infinie s'empara brusquement de son coeur & de son corps, à tel point qu'elle se laissa tomber dans un coin du Hall. Un coin qu'elle espérait que personne ne puisse la voir. Elle était à genoux, la tête entre les jambes & ses épaules tremblaient. Depuis maintenant 6 ans, elle pleurait véritablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 29
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Survie Acuarielle | Keiji |   Lun 18 Juil - 11:48

Keiji était installé à une table du réfectoire, seul. Pour une fois qu'il y venait, il aurait presque pu espérer de la compagnie mais non. Il jeta un oeil à son assiette confirmant le peu de soin des cuisiniers, ce qui ne le perturba pas pour autant, il n'avait jamais été un habitué de la grande cuisine. Il commença à manger tout en observant la salle ou plutôt les êtres qu'elle contenait. Keiji avait la légère sensation de s'encrouter. Il avait pourtant fait des rencontres très intéressantes dernièrement qui l'avait grandement motivé mais il avait davantage la sensation de se nourrir de cette nouveauté plutôt que de la cueillir. Il s'était donc décidé à partir à la pêche plutôt que de compter sur le hasard, histoire de laisser tomber un peu la routine, ça fonctionnait assez bien en général. La situation l'amusait toujours. Il ne se gêna pas pour laisser son regard se fixer intensément sur certains. Deux se levèrent pour s'éloigner avant d'avoir fini leur assiette. Faut croire qu'il avait un regard déplaisant. Mais c'est sur celui qui eut le courage de soutenir son regard que Keiji s'arrêta. Il sourit alors. Le message était passé, bien que le jeune homme semblait pressé... Un adolescent, seize ou dix-sept ans avec un regard fier et assuré, sans exagération non plus, c'était pas que de la frime, suffisait de le regarder se déplacer. Keiji l'accueillit toujours avec un sourire malicieux tout en lui proposant de s'asseoir pendant qu'il terminait son repas. Une petite discussion débuta, le jeune homme n'eut pas tout à fait l'air d'apprécier. Keiji allait trop loin dans ses propositions, sans doute, assez en tout cas pour que l'autre se lève et le provoque. Keiji regarda le jeune homme d'en bas, puis se leva à son tour, plus tranquillement. Il eut l'idée soudainement que c'était peut être ce calme et cette maîtrise, qu'il avait pourtant tant cherché à acquérir dans le passé, qui aujourd'hui l'ennuyait un peu. Il la laissa filer alors, comme on jette un masque.

Rapidement l'ambiance du repas changea du tout au tout. La pression lourde de la menace et de la peur se transforma en l'excitation d'une salle de combat, sans la folie des encouragements, trop risqué contre un surveillant. C'était à un véritable duel que se livra Keiji, comme il n'en avait pas vécu depuis très longtemps. Peut-être que la pensée récente de Kristinna lui en avait réveillé le désir. Il s'amusa beaucoup, il avait vu juste, le petit en avait dans le ventre. Leur force semblait à égalité, même si le jeune parvenait plutôt à prendre l'avantage, jusqu'à ce que progressivement la tendance s'inverse. Keiji ne cherchait pas à lui infliger un coup mortel mais l'affaiblissait par des blessures nombreuses et profondes. Le jeune lutta avec courage et détermination avant de se faire coincer contre une table par Keiji, n'ayant plus la force suffisante pour s'en défaire. Le supplice dura comme l'asiatique savait bien le faire, lui et son goût pour la torture, les hurlements du jeune remplissant la pièce. Un autre surveillant était venu assister à la scène et bloquait la sortie pour que les autres pauvres pensionnaires profitent de la leçon, retenant la supériorité des surveillants. Keiji faisait si peu office de surveillant au quotidien, qu'ils pouvaient bien profiter de cet acte-là. C'est le moment que choisit Keiji pour demander à l'adolescent s'il voulait mourir. Il nia, alors Keiji relâcha sa pression et le laissa tomber sur le sol grimaçant. Le jeune retrouva alors son aplomb jurant qu'il se vengerait. Keiji ne répondit pas et s'éloigna, le surveillant débloqua la sortie et il fut le premier à passer la porte, le jeune fut alors amener à l'infirmerie bien qu'il chercha à s'y opposer. Encore un qui avait de l'avenir entre ses murs. C'est que la relève commençait à se former...

Keiji nettoya consciencieusement la lame de son couteau ainsi que le sang sur ses mains. Il soigna une coupure assez profonde qu'il avait au bras et remplaça son long gilet un peu déchiré par une veste. Il rangea son arme dans ses vêtements et replaça une mèche de ses cheveux avant de sortir. Arrivé dans le couloir, il sortit une cigarette de sa poche qu'il glissa entre ses lèvres. Il s'arrêta pour l'allumer puis continua son chemin. Il entendit de loin la lourde porte du hall grincer, c'était souvent signe d'une nouvelle arrivée, peu de gens l'utilisait pour sortir. Keiji s'avança alors dans cette direction, soyons curieux. Il s'arrêta au bout du couloir et s'appuya contre le mur pour observer la scène tout en terminant sa cigarette. Il voyait surtout dans un coin sombre du hall un tas de cheveux clairs et longs recroquevillé au sol dans quelques sanglots. Il n'eut pas vraiment à réfléchir pour se décider. Arrivé au bout, il jeta son mégot puis traversa le hall pour rejoindre la jeune pleureuse. Il s'arrêta devant elle un instant avant de se mettre à sa hauteur. Il posa une main sur ses cheveux qu'il glissa jusqu'à son cou, relevant son visage vers le sien. Son geste était ferme et assuré mais sans violence pour autant, son visage en exprimait autant. De son autre main, il essuya les larmes qui coulaient sur ses joues puis doucement pris la parole.


- A quoi bon pleurer... tu pourrais être bien ici.

Qu'allait pouvoir lui offrir ce tendre visage? Elle devait bien avoir autre chose que des larmes... voyons déjà sa réaction à ce premier contact. Pour sa part, il continua de lui faire face et après quelques instants lui tendit la main, l'invitant à se relever. Que retenons-nous de nos erreurs passées?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Taylor
Nouveau pensionnaire
Nouveau pensionnaire
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 26
Avatar : : (c) Jade Lavoie
Crainte : De revoir Davy
Humeur : Je t'en pose des questions ?!
Date d'inscription : 15/07/2011

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Dégradation de biens publiques & nuisances de l'intimité de la population
Affinités:

MessageSujet: Re: Survie Acuarielle | Keiji |   Lun 18 Juil - 15:43

Les larmes coulaient sur son visage autant que son coeur se libérait d'une étreinte. Elle avait l'impression que cet étau de barbelé qui enserrait son coeur depuis plusieurs années se desserrer doucement, légèrement, sans pour autant autant lâcher le muscle. Avouons-le ; elle avait souvent joué la comédie, elle avait souvent pleuré pour attirer l'attention & pouvoir être consolée. Elle était manipulatrice dans le fond. Ou alors l'avait été. Elle le savait parfaitement, elle en avait beaucoup joué. Mais aujourd'hui, c'était tout autre chose. Aujourd'hui, son coeur voulait se libérer & son âme voulait déposer toute cette peine sur un plateau d'argent pour que quelqu'un puisse en faire quelque chose. Avouons-le : ça lui faisait du bien mais jamais elle ne pourra l'avouer. Pourquoi pleurait-elle, en fait ? Elle n'en savait rien elle-même. Quoique peut-être avait-elle une idée dans sa tête, une idée conforme & pourtant tellement floue. Sans doute pleurait-elle car elle se sentait réellement seule, parce qu'elle avait l'impression qu'on l'avait vraiment abandonné & qu'aujourd'hui elle se rendait compte qu'elle avait véritablement tout perdu en côtoyant Davy. Ses parents avaient été aimants & pourtant elle avait tout fait pour les repousser & les dégouter. Sa famille avait tout fait pour être son pilier & son soutien mais elle, elle avait tout fait pour le détruire. Elle se rappelait parfaitement de ce que lui avait dit son père un jour, durant l'une de leur nombreuses disputes : " A trop nous repousser, tu vas finir par te retrouver totalement seule. & le monde te bouffera comme un quignon de pain qu'on a offert à un mendiant. " & sans doute, avait-il raison. Maintenant, elle se rendait compte qu'elle était seule & que personne ne pourrait l'aider à sortir du gouffre ... Personne.

Soudain, un contact la fit sursauter. Une main venait de se poser dans ses cheveux, une main tendre & sans doute amicale. Davy ? Non, ce n'était pas lui. Car, il l'aurait déjà embrassé pour la calmer & l'aurait prise dans ses bras. Là, c'était quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui voulait sans doute l'aider mais pas son meilleur ami. Il avait maintenant, véritablement, disparu de la circulation & de sa vie. Il n'était pas mort c'est sûr, elle s'en doutait. Il était bien trop débrouillard & intelligent pour pouvoir mourir aussi facilement. Quoiqu'elle se doutait parfaitement qu'un jour les substances qu'il prenait allait vraiment finir par le bouffer aussi rapidement que des fourmis mangent leur proie. Une autre main vint caresser doucement son visage en enlevant les perles salées qui coulent sur son visage. Alors, elle laissa son regard de poupée, son regard bleuté se posait sur le jeune homme en face d'elle : un asiatique aux yeux bruns, aux yeux d'amande. Oui, il était beau & avait l'air franchement gentil. Mais elle savait, que trop bien, que les apparences sont souvent, voire tout le temps, trompeuses. Elle l'observa longuement sans rien dire, laissant ses orbes bleutés glisser sur le corps du jeune homme. Bien sûr, ce genre de regard pouvait perturber, il fallait l'avouer. Mais celui de la jeune femme n'était pas comme ceux de ces pervers qui vous déshabille. Loin de là, il ressemblait plus à celui d'une gamine qui vous sonde, vous observe pour savoir si vous faite partis de ces gens qui sont gentils. A la phrase du japonais, la jeune femme tressaillit. Elle ne pouvait pas être bien ici, non elle ne le serait pas, elle le savait. Parce qu'elle était seule, parce que Davy avait disparu de sa vie.

- Jamais je ne pourrais l'être.

Bien sûr, elle n'avait pas dit ça avec tristesse. Mais seulement avec neutralité pour prouver qu'elle en était convaincue & que personne ne pourrait l'en dissuader. Sans Davy, sans Bristol, elle ne pouvait pas être bien. Ce n'était pas sa vie cet endroit, alors non elle ne serait vraiment pas bien ici. Finalement, elle sortit un mouchoir de sa poche, tamponna légèrement le dessous de ses yeux pour enlever le surplus de maquillage qui avait coulé & se moucha discrètement. Elle ne pleurait plus. De toute façon, c'était toujours la même chose : quand quelqu'un la surprenait à pleurer, elle s'arrêtait subitement de pleurer. Elle avait horreur de pleurer devant quelqu'un & ce depuis maintenant plusieurs années. Finalement, elle prit la main que lui tendait le jeune homme & se releva pour finalement replacer ses cheveux, en les écartant vers l'arrière avec sa main. Elle était subitement plus calme. Comme changée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 29
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: Survie Acuarielle | Keiji |   Mar 19 Juil - 21:02

Il y a toujours dans les nouvelles rencontres l'excitation et l'espoir d'un après. Tout est encore possible, on ne sait pas ce qui se passera. Peut-être répondra-t-elle à nos attentes les plus folles, peut-être sera-t-elle décevante, ou bien encore elle disparaitra sans que l'on ne puisse rien y retenir. Depuis que Keiji était à Anguish, il avait ainsi rencontré de très nombreuses personnes toutes très différentes et ce qu'elles avaient présentées d'elle-même avait rarement annoncée clairement la nature de leur échange. Il est impressionnant parfois avec le recul de se souvenir de ce tout premier contact. Keiji n'était pas un nostalgique, ni un romantique mais il percevait cette subtilité liée à l'inconnu, au hasard. Nombreuses étaient celles qui l'avaient emmenées bien plus loin qu'il ne l'aurait cru. Cette jeune fille qui faisait des cauchemars en dormant, cette autre naïve et effarouchée qui révélait le visage du diable, celle qui croyait tout détruire sur son passage et qui s'est finalement envolée comme une poussière, cette petite enfantine sortie du pays imaginaire... Anguish n'était pas seulement un lieu de passage, c'était un lieu où l'on découvrait sa vraie nature, celle que l'on a parfois bien enseveli sous un tas de mensonges. Rare également sont ceux que des années d'enfermement ne font pas changer. Comment s'était déroulée l'arrivée de Keiji? Il avait traversé le hall, ressortant de l'autre côté, il avait suivie cette grande blonde jusqu'à la fontaine où elle s'était penchée. L'une et l'autre avait disparue aujourd'hui. La fontaine avait été détruite et il avait tué la jeune femme. Voilà qui définissait bien Anguish.

La petite pleureuse accepta son contact après un léger sursaut, Keiji eut ainsi tout le loisir d'observer son visage. Il aima les nuages de maquillage qui s'était dessiné sous ses yeux, avant qu'elle ne décide pourtant à les effacer. Ils rendaient sa peau plus pâle et marquaient sa tristesse passagère. Son regard n'en sortait que plus clair également, son regard qui le scrutait désormais. Keiji avait toujours été sensible aux regards... Il ne chercha pas à le fuir, au contraire, l'explorant en retour comme pour mieux le pénétrer dans une communication silencieuse et secrète. Il tendait à laisser son imagination divaguer, exprimant quelques plaisirs sournois. Personne ne débarquait à Anguish avec le sourire. La plupart ignorait tout de cet endroit et craignait cet inconnu qui s'annonçait dangereux. Certains parfois restaient indifférents trop enfoui dans leur drame personnel. Quel était alors le désir de la jeune femme? Retourner d'où elle venait pour l'heure, apparemment, mais ce n'est pas cette envie-là que voulait connaître Keiji. Elle n'avait aucun doute sur ce qu'elle affirmait, comme si la question ne pouvait même pas se poser. Keiji répondit avec beaucoup de calme mais peu d'émotions. Un ton encourageant, légèrement amical, contrairement au sens pris par ses mots.


- Vraiment? Tu préfères que je t'aide à y être encore plus mal...

Pourquoi ne pas le prendre ainsi en effet? S'il pensait qu'elle pouvait être bien mais qu'elle ne le souhaitait pas, ne l'aidait-il en s'assurant qu'elle ne le soit pas? Oui, bon d'accord, ça s'appelle jouer sur les mots. C'est peut être le jeu le plus gentil auquel se prêtait Keiji. Il n'avait même pas l'air de la menacer, concrètement. Pouvait-on le prendre pour une plaisanterie? Ailleurs peut-être, ici... La main de Keiji se referma sur celle que venait d'accepter de lui tendre la jeune nouvelle. Il l'accompagna dans son élan pour se relever. L'altitude sembla lui être bénéfique. Elle n'avait pas la même allure, ni le même regard...

- Une première visite, ça te dit?

La proposition n'était pas innocente. Keiji n'était pas venu là pour jouer les hôtes mais pour découvrir la jeune femme et ce qu'elle avait emmenée dans ses bagages. Il se cache toujours quelque chose derrières ces corps fins et délicats n'est-ce pas? Keiji l'invita d'un signe à le suivre. Il sourit même alors qu'une idée s'infiltrait dans son esprit. Il était capable de réfréner ses désirs premiers pour trouver mieux. Rien ne le justifiait. Il avait cette image de poupées russes en la regardant, comme s'il y avait de nombreuses facettes en elle et qu'il fallait aller jusqu'au bout pour en dénicher la dernière. Une impression ou une envie? Peu importe. Laissons-lui le droit à la fraîcheur et aux surprises... c'est l'été après tout!

Keiji avait un tout autre point de vue sur la solitude. Il n'était pas quelqu'un de particulièrement sociable en lui-même. Il voyait les autres comme les pions d'un grand échiquier plus comme des individus à part entière avec lesquels il pourrait réellement se lier. L'indépendance et l'unité lié à un certain égoïsme était privilégié. Ce qui n'empêchait pas l'importance des actions menées par ces pions. La vie ressemblait ainsi à une grande danse sur le plateau de jeu. L'un et l'autre s'entremêle si bien qu'on ne sait plus toujours qui mène les pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Survie Acuarielle | Keiji |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Survie Acuarielle | Keiji |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le petit guide de survie d'Enzo P. Hisachi
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Slotz : Hunt Survie
» L'art de la survie pour les petits scouts (pv)
» Guide de survie en territoire zombie [Règles]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu :: Les Oubliettes :: Sujets Terminés-
Sauter vers: