AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouvelle vie

Aller en bas 
AuteurMessage
Juliette Lebond
| Infirmier(e) d'Anguish |
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 27
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Nouvelle vie   Mer 13 Juil - 2:43

L’appartement de Juliette Lebond s’était vidé assez rapidement. De nombreux cartons jonchaient le sol, accompagnant les meubles tristement inoccupés. Au centre de ce qui servait autrefois de salon, une jeune femme s’affairait à terminer sa valise. Finalement, elle n’emmènerait avec elle qu’assez peu d’affaires : elle avait presque fini une valise contenant ses affaires personnelles, la seconde était préparée depuis quelques jours, remplie de matériel médical, blouse, livres, divers médicaments, seringues ou bandages, bref, tout ce qui pourrait se révéler utile là où elle allait. Une semaine plus tôt, elle avait enfin réussi à décrocher un rendez-vous avec ses futurs employeurs. Un entretien tout sauf conventionnel, dans un lieu tenu secret jusqu’au dernier moment. La confidentialité extrême de tout ça avait de quoi déstabiliser mais Juliette savait que c’était exactement ce qu’elle devait faire. Alors elle s’était engagée à quitter Boston, son appartement, son travail à l’hôpital, sa famille et ses quelques amis. A tout quitter et ne probablement jamais revenir, même si cela n’avait jamais vraiment été dit. Une nouvelle vie l’attendait, sur une île, dont la localisation exacte lui serait inconnue jusqu’au bout. Un pensionnat pour jeunes en détresse, décrit comme plutôt sévère afin de redonner de meilleures bases. Son travail là-bas serait essentiel, surtout après la mort par crise cardiaque de l’unique médecin. On l’avait également prévenue que l’endroit était plutôt rudimentaire, et que si elle le souhaitait elle pouvait amener son propre matériel.

Alors la voilà maintenant, pratiquement prête pour le grand départ, restait quelques points à régler et elle partirait vers sa nouvelle vie. L’infirmière ressentait ce quelque chose que tout le monde connaît, ce mélange de hâte et d’appréhension. Cette fébrilité des grands moments de changement tels que le départ de chez papa-maman pour son premier logement ou le premier jour de la rentrée. Elle était pressée d’y être mais en même temps savait qu’une page se tournait définitivement et que la nostalgie la prendrait tôt ou tard…

La valise était presque finie. Elle ajouta les dernières affaires dans un coin : un bracelet en perles multicolores qu’elle affectionnait particulièrement, accompagné d’un dessin d’enfant légendé par sa maîtresse ‘Bonne fête Maman !’ Le premier et unique cadeau qu’Enzo avait ramené de la maternelle comme un véritable trophée. Juliette sourit en déposant l’objet délicatement entre deux vêtements. Elle n’était pas du genre à s’attacher à des objets mais un cadeau comme ça, ça ne se jetait pas. L’infirmière put enfin boucler sa valise. Elle se releva alors qu’elle entendit le taxi klaxonner puis vérifia que rien n’avait été oublié. Il était temps de partir. Elle se dirigea vers la porte d’entrée avec ses deux valises. Le reste, meubles et caisses, elle en avait fait don à des associations qui passeraient plus tard. Un dernier au-revoir à cet appartement qui l’avait hébergée cinq ans puis Juliette passa la porte et rejoignit son taxi.


A suivre






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Lebond
| Infirmier(e) d'Anguish |
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 27
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Nouvelle vie   Mer 13 Juil - 13:55

Une vingtaine de minutes plus tard, le taxi s’arrêta devant une grande et belle maison située en banlieue de la ville.

« Je serai rapide et je vous promets de vous payer l’attente » lança-t-elle au taxi en lui donnant quelques billets, lequel répondit par un hochement de tête optimiste.

La porte s’ouvrit dès la première sonnerie.


« Juliette ! »

Sa mère la prit dans ses bras et l’infirmière comprit instinctivement qu’elle venait de pleurer. Elle lui répondit avec des paroles rassurantes et Mme Lebond l’invita à entrer.

« Papa n’est pas là ? demanda Juliette après avoir jeté un coup d’œil autour d’elle.

- Il est parti à la clinique. Une urgence au travail… »

Oh…Juliette décrypta tout de suite le regard furtif de sa mère. Urgence au travail signifiait qu’il avait préféré fuir la visite de sa fille. Juliette ne put s’empêcher de montrer sa déception, elle aurait aimé voir son père une dernière fois. Leur dernier tête-à-tête s’était soldé par une dispute quant à son départ.

« Tu le connais, toujours incapable de s’excuser et de te dire que tu vas lui manquer. »

La jeune femme hocha la tête. Oui, elle savait.

« A moi aussi tu vas manquer, continua-t-elle. Tu sais que tu peux encore revenir en arrière »

Juliette prit la main de sa mère pour la rassurer. Sa décision était prise, elle était sûre d’elle et tout le monde l’avait compris. Inutile de revenir là-dessus.

« Tu fais tout ça pour Alexandre, je le sais.

- Maman… »


Oui, c’était vrai. Elle se devait de s’occuper de son frère. Elle ne l’avait pas vu sombrer dans la délinquance, la drogue et autres idioties. Elle ne l’avait pas secouru quand elle le devait. Lui, son petit frère naïf mais si gentil. Elle devait le retrouver là-bas, sur cette île si mystérieuse, cachée de tous, le retrouver pour se faire pardonner et le remettre dans la bonne voie. L’infirmière y était arrivée avec tellement de ses patients, elle devait le faire pour son frère.

« Je lui dois bien ça. Et puis ils ont besoin de moi là-bas… »

Juliette regarda un moment sa mère. Elle avait le visage marqué par le chagrin, ses rides semblaient plus profondes, ses yeux étaient cernés et embués. Pendant une fraction de seconde, la soignante eut l’impression de faire une erreur, d’abandonner lâchement sa mère à une lourde tristesse, mais elle savait qu’elle faisait ce qu’il fallait. Elle lutta pour ne pas répondre par les larmes. De toutes façons c’était l’heure.

« Je dois y aller Maman… »

Elles se prirent une nouvelle fois dans les bras. Juliette la rassura une dernière fois. Tout se passerait bien pour elle, elle ferait ce qu’elle avait toujours aimé : soigner et aider les autres. Et chaque année, Mme Lebond aurait droit à une lettre de sa fille, Juliette avait réussi à poser cette condition pour partir. Les adieux sur le perron furent particulièrement douloureux. Les deux femmes avaient toujours été proches, une relation mère-fille idéale dont beaucoup rêvaient.

« Dis à Papa que je l’aime. Vous allez me manquer » confia Juliette, larmes aux yeux, une fois dans la voiture, en posant la main sur la vitre.

Le taxi s’éloigna de la maison très lentement, comme pour faire durer les difficiles adieux. Ce n’est qu’une fois la maison de ses parents disparue de son champ de vision que la future infirmière d’Anguish éclata en sanglots…




A suivre...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nouvelle vie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors du Temps :: Un bond dans le Passé-
Sauter vers: