AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SILENCERS

Aller en bas 
AuteurMessage
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: SILENCERS   Lun 29 Mar - 21:48


Le noir te va si bien...


Dans la vie, vous avez ceux qui se la ramènent sans cesse, qu'on visualise de loin et partout... et les autres! Ceux qu'on entend pas mais qui n'agissent pas moins! Peut être même mieux car pendant que vous êtes tous à suivre les premiers, eux sont là pour se faufiler dans les rangs et au final ce sont eux qui vous lient les poignets. Méfiez-vous, ils vous auront. A Anguish, c'est pareil. Toute prison est un monde en miniature où parfois les défauts sont plus visibles...

Ne croyez donc pas que se sont des pensionnaires peureux qui se cachent, loin de là, ils sont même souvent très dangereux, il ne faut pas les chercher, leur manière d'attaquer est discrète voilà pourquoi leur nom leur va si bien et n'oubliez pas que manière discrète signifie bien souvent efficace... Qui sont-ils? Leur origine est très variable, la raison de leur présence aussi, mais ils ont un point en commun : ils ne reculeront devant rien.


Dernière édition par Keiji Kitade le Mar 7 Sep - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Kitade
l Admin l
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 28
Avatar : : Ruki
Humeur : Pas mauvaise...
Date d'inscription : 17/08/2007

Prison of anguish
Pourquoi es-tu à Prison of anguish ?: Pour le plaisir! Faux... mais c'est le cas à présent!
Affinités:

MessageSujet: Re: SILENCERS   Lun 29 Mar - 22:31

(c) Lonely_angel
Autumn Kramer
FEAT. Willa Holland
[INACTIVE]
.
AGE : 19 ans
ORIGINE : Australienne
GROUPE : SILENCERS

    ■ ■ ■ HISTOIRE :
    A reprendre et adapter dans votre fiche de présentation...
Un jour, une de ses amies lui a demandé en plein cours ce qu'elle avait prévu samedi soir. « Rien, le samedi je regarde la télévision en famille ». Autumn a douze ans, elle est douce et innocente. Enfin, innocente... sachant que ses parents allaient désapprouver et comme n'importe quel enfant, elle déforma un petit peu la réalité en racontant qu'elle allait dormir chez une copine, une petite soirée enfantine de filles sages. En réalité, maquillée et sur son 31, elle suivit la copine en question dans les quartiers sombres de la ville... une boite de nuit... l'autre est une habituée, elle l'a fait entrer sans problème, certaines personnes deviennent parfois très naïves quand ça les arrange... La soirée se montre un peu étrange pour Autumn qui se retrouve dans un univers complètement inconnu. Cela dit, elle n'est pas le genre à avoir froid aux yeux, elle n'est ni timide, ni coincé, ce monde l'attire autant que la dérange. Faut dire que tout le monde n'a pas l'air très net ici... opinion confirmée. Un « ami » de sa copine lui file une sorte de petit cachet. Elle refusera de le prendre.

Néanmoins, le samedi suivant et celui encore après, Autumn s'arrangea pour sortir de nouveau jusqu'à ce qu'elle devienne une habituée du groupe. Il ne lui fallut que quelques mois pour être tenté par ces ambiances particulières... « J'essaie juste pour voir ce que ça fait, je sais ce que je fais! » On commence par ci, on termine par là... Quelques mois à peine suffiront pour que la petite Autumn se transforme. Changement de couleurs de vêtements, chute des notes à l'école, ses parents n'avaient rien vu venir mais ils remarquèrent tout de même ces changements au bout d'un temps. Que se passait-il? La crise d'adolescence sans doute, période rebelle! On rentre quelques soirées un peu trop bourré et puis ça passe! Mais, le problème de la drogue, je ne vous apprend rien, c'est que ça coûte! Autumn se retrouve en bande le soir... ils dealent entre eux, ils volent... Lorsqu'une connaissance de connaissance lui propose un paquet de fric contre une petite soirée en toute intimité, elle sait très bien ce que ça veut dire. Elle est en manque, elle a mal, aucun de ces amis ne veut la dépanner, elle accepte. Il faut pas forcément avoir un passé traumatisant pour tomber là-dedans, ça peut arriver à tout le monde... Un stratagème qui dura plusieurs mois, jusqu'à ce que son père réagisse, la suive. Ce qui l'a vu l'a rendu malade. Quand elle est rentrée, il lui a fait faire demi-tour avec un regard empli de honte et de dégoût. Dès le lendemain, il a parcouru toutes les rues de la ville à sa recherche, il serait entré dans toutes les maisons, plein de remords mais il était déjà trop tard. Seule, à la rue, elle a fini par se faire prendre à une centaine de kilomètres de chez elle, étant mineur, refusant de donner son nom, elle fut envoyée à Anguish. On va quand même laisser des jeunes dormir dans la rue, n'est-ce pas?

Elle est ici depuis une semaine à présent, évidemment le manque c'est très vite fait sentir, elle n'a plus qu'un seul et unique objectif en tête : trouver de la drogue et pour cela elle est prête à tout, chose à ne pas trop crier sur les toits ici car on risque de vous prendre au mot et pour pas grand chose on vous coupera volontiers un bras! Faut bien s'amuser un peu! Cela dit Autumn a beau être droguée jusqu'à l'ongle, elle est loin d'être une idiote. Elle a entendu parler d'une certaine Keira, susceptible de posséder de la drogue selon certains... elle fait tout pour la dénicher dans ces murs sombres... elle lui passera sur le corps s'il le faut mais elle arrivera à ses fins! L'idée de tuer pour ça ne lui fait pas peur, au point où elle en est ici maintenant!


(c) Rokku - Acide Edulcoré
Kyohei Matsumoto
FEAT. Hiroki Narimiya
.
AGE : 20 ans
ORIGINE : Japonnaise
GROUPE : SILENCERS

    ■ ■ ■ HISTOIRE :
    A reprendre et adapter dans votre fiche de présentation...
Si vous êtiez une de ses connaissances ou même un de ses amis et qu'on vous demandait de parler de lui, vous utiliseriez sans doute ce genre de vocabulaire : décalé mais drôle, cynique mais gentil, un type sympa, un ami fidèle mais sur lequel on ne peut pas vraiment se reposer. Il est du genre à disparaître plusieurs jours sans vous prévenir puis réaparraît la brosse à dent en bouche en vous demandant d'ouvrir une bière. C'est un artiste, un pur, un vrai. Il a du génie, personne ne peut le nier, ses oeuvres sont divines et même si elles ne font pas toujours l'unanimité, vous ne pouvez vous empêcher de vous y attarder. Il est plutôt branché sculpture mais il a déjà un nombre incalculable de toile à son actif. Même s'il est encore étudiant, il a déjà exposé un peu partout dans le monde et notamment aux Etats-Unis où il se rend régulièrement. Il n'a pourtant pas l'air de s'intéresser à la renommé ou à l'argent, mais il faut reconnaître que la concurrence le stimule. Il se fiche des critiques et même des conseils des professeurs, il s'amuse seul, d'ailleurs personne n'a jamais eu accès à son atelier, il travaille dans la plus grande solitude. Il dit ne pas souhaiter qu'on puisse voir ses oeuvres avant qu'elles ne soient parfaites. A moins d'un concours parfois, personne n'a jamais cherché à le contredire là-dessus.

Connu des magazines artistiques, il ne l'était pas vraiment du grand public jusqu'à ce qu'un évènement bien particulier fasse la une de tous les journeaux. Lors d'un transport en camion, radiographié à la frontière, une sculpture se révèle vivante... un véritable squelette en forme l'ossature. Immédiatement, elle est saisie puis détruite par des spécialistes, sous la terre amoureusement sculptée se cache un corps momifié. Pas une de ces vieilleries égyptiennes qu'on connaît bien, non une momie toute récente emmailloté dans les traditions anciennes mais avec un air de fraicheur et de modernisme. Croyez-moi une telle découverte a de quoi vous hanter quelque jours dans vos pires cauchemards. La victime est identifiée, issue du fichier des disparues qu'elle avait rejoint il y a un an et sept mois. Retrouver l'artiste ne fut pas le plus difficile, mais il faut avouer que quand vous pénétrez dans son atelier, que vous vous trouvez soudainement entouré d'une dizaine de status du même genre et d'autres biscornues vous sentez comme un violent frisson vous parcourir le dos et les entrailles. Perquisition, fouille, rien de suspect. L'atelier n'a rien de différent de celui du commun des artistes. Pas de trace d'organes, de bandelettes ou d'outils étranges servant peut être à faire passer le cerveau de la victime par les narines, rien de tel. Avant de détruire les oeuvres, on les passe au rayon, rien d'anormal non plus. L'oeuvre était-elle vraiment de lui? Le style est le même à n'en pas douter... un imitateur? L'artiste le nie de lui-même, l'oeuvre est bien de lui. Le squelette alors? Nobody knows. Peut-on dire qu'il s'agit là d'une preuve? Dur, dur, l'artiste est relâché.

Mais ses oeuvres sont surveillées de près! Quelle ne fut pas leur surprise bien qu'il soit au courant de cette surveillance de voir l'étrange phénomène se reproduire. Aucune preuve toujours. On place alors des caméras pour observer ce jeune homme oeuvrer joyeusement entre terre et peinture. Même ses toiles semblent vivantes, étrangement d'ailleurs car ces dernières de représentent jamais rien d'humain ne de ressemblant à une quelconque réalité. Oui, il est doué. Pas que pour l'art apparemment. Les soupçons ne cessent de se resserer mais jamais rien ne peut être prouvé, n'est-ce pas étrange? Quel peut être son secret? Les momies continuent de faire leur apparition, les articles se multiplient sur le jeune homme, les salles d'exposition le concernant sont pleines à craquer mais rien. Les policiers responsables en perdent la tête. Impossible. Impensable et pourtant! C'est alors par un cruel échec des enquêtes policiaires et de la justice que le désormais célèbre artiste fut envoyé à Anguish. Sa disparition reste mystérieuse pour le grand public. Précaution oblige. Faut avouer que depuis, aucune statue ne peut sortir de l'atelier, plus de momie non plus... ni preuves, ni suspect, le jeune homme a emporté son secret avec lui...


(c) Acide édulcoré
Katina Leandros
FEAT. Anna Selezneva
.
AGE : 20 ans
ORIGINE : Grecque
GROUPE : SILENCERS

    ■ ■ ■ HISTOIRE :
    A reprendre et adapter dans votre fiche de présentation...
Parfois durant la douceur de la nuit ou à la chaleur des rayons du soleil, je rêve. Sur les hauteurs des montagnes grecques, je suis une déesse. J'ai cette beauté parfaite qui fait frémir les hommes autant qu'ils me désirent. Je suis la déesse de la mort, la déesse des enfers. Ma main fine est toute puissante, sans aucune influence. Je suis immortelle, éternelle. Il me suffit d'un mot, d'un geste pour choisir la mort de ces humains qui grouillent dans un monde qui ne me ressemble pas. J'incarne cette perfection sur un fond de sable calme. Un coucher de soleil sans couleur. J'aime cette image que parfois j'ai l'impression de presque parvenir à voir... Si seulement...

Le matin quand je me réveille, j'aime sentir la douceur des draps si fins et délicats dans mon grand lit vide, les rayons du soleil sur ma peau après que les rideaux soient tirés par une main ferme et aimante. Je souris alors, me retournant doucement d'un oreiller à l'autre. Je sens la douce odeur du petit déjeuner, le claquement des tasses quand le plateau est posé sur ma table de chevet. La voix tendre et familière qui me souhaite une bonne journée ou un bon appétit. Je flotte dans cette douce ambiance jusqu'à me redresser sur mes coussins. La tasse est chaude, elle me guide avec ses mains abîmées par l'âge mais si pleine d'énergie et d'expérience. J'aime ces mains qui ont toujours veillées sur moi, chaque jour de mon existence. Quand les pas lourds pénètrent dans la chambre, je tourne doucement la tête vers l'entrée sans chercher à fixer un regard. C'est mon grand-père. Mon père est mort il y a bien longtemps. Je n'étais encore qu'une petite fille. J'arrivais tout juste à la hauteur de ses pieds que j'ai tenté de saisir alors qu'il était pendu. Ma mère, elle, a disparu. Un beau jour. A moins que ce soit nous... Moi, mon grand-père et mon frère. Mon grand-père est un homme formidable et effrayant à la fois. Il dégage une telle expression de puissance de sa part, un tel détachement aussi. C'est un homme réellement dangereux mais je l'aime de tout mon coeur. Je sens son genou appuyé sur le lit alors qu'il vient m'embrasser. Lui aussi m'aime beaucoup et je sais qu'il attend aussi beaucoup de moi. Je ne veux pas le décevoir.

Depuis toute petite, il m'a élevé dans un but bien précis. Je me souviens pas de ma vie avec mes parents, ma vie a commencé avec lui. J'ai eu une éducation parfaite et très riche. J'ai appris très vite alors, il a mit tout les moyens possible et imaginable à notre disposition, à mon frère et à moi. On peut parler de conditionnement, ce ne serait pas un mensonge mais c'est ce qui arrive quand on est amené à être des héritiers. Quelque soit l'héritage. Il a fait travaillé nos esprits, façonnés notre intelligence, nous donnant les meilleurs bases possible. L'entreprise familiale? Le crime. Le meurtre est notre spécialité même si ils nous arrivent de jouer aussi dans l'escroquerie, suivant les rencontres et la demande, il faut s'adapter à la clientèle. Vous seriez surpris de constater à quel point certaines personnes sont prêtes à payer pour savoir comment tuer proprement un membre de leur famille, un proche ou un concurrent. Tueur à gages, nous ne revendiquons pas ce genre de titre. Non, le crime est une affaire et nous ne contentons pas de prendre un nom et de tuer, nous offrons simplement à nos clients le plan du meurtre. Évidemment nous aidons souvent à la réalisation, il serait trop risqué de faire pleine confiance en des personnes qui sont forcément déséquilibré par ce genre de pratique. Le but pour nous bien sûr est de proposer le crime parfait sans faire condamner le client ni nous-même bien sûr. Ca fonctionne plutôt bien et s'il est arrivé que la police nous soupçonne, du moins mon grand-père il n'a jamais été même interrogé. Aucune preuve. Jamais. Impossible. C'est du beau travail, propre et net.

Cela fait plus d'un an que mon grand-père m'a confié cette lourde tâche d'établir le meurtre. Nous travaillons en binôme avec mon frère. Il déniche le client, récolte toutes les informations nécessaires, je décide du meilleur plan envisageable, il le remet au client et s'assure de sa bonne réalisation. Je ne suis ainsi que la main de l'ombre, la main du destin et lui gère le terrain. Mon grand-père garde un oeil sur tout, me corrige s'il n'est pas d'accord, quand nous serons prêt, il nous laissera voler de nos propres ailes mais il faudra sans doute des années encore pour qu'il accepte une telle chose. Mais je sais qu'il est fier de notre travail. Je ne me sens pas coupable. Je me sens tellement distante du monde... comme s'il y avait une barrière infranchissable entre eux et moi. Ce monde sans lumières... Ce « travail » me permet d'exister au sein de ce dernier, d'avoir mon rôle à jouer.

Je n'en suis pas coupée pour autant, je vais à l'université où j'étudie le droit depuis deux ans. Je compte poursuivre mes études, j'aimerais même devenir avocate, on ne peut pas se contenter de toujours vivre dans l'ombre. Je n'ai pas d'amis pour autant, je n'aime pas me mêler à la foule et puis si je passais trop de temps à l'extérieur je n'aurais plus de temps à consacrer à mes morts. Mon grand-père et mon frère comptent sur moi, jamais je ne les trahirais ou les décevrais. Mais je suis sûre que je ferais une excellente avocate, même si ce n'est pas quelque chose qui est facile à faire passer autour de moi. Comme activité, je fais du sport et de la musique. Je joue du piano mais simplement pour moi, je ne veux pas l'exploiter en concert ou ailleurs. L'idée de jouer pour quelqu'un me déplaît à part pour mes proches. Personne d'autres ne m'intéressent. Enfin une autre personne entre dans mon entourage proche : mon catch sportif. Je fais de l'athlétisme à haut niveau, il court avec moi. Moi qui n'aime pas plus que ça la présence humaine, la sienne me rassure et me permet de me surpasser. Je ressens sa chaleur lorsqu'il court à mes côtés, sa respiration qui guide la mienne. La vérité aussi c'est que je suis folle amoureuse de lui et qu'il me le rend bien. Mon grand-père n'est pas au courant, je pense que s'il le savait il ne me laisserait plus courir avec lui mais ça me fait chaud au coeur. C'est la seule chose qui me permet de me libérer de tout le reste. A ses côtés, j'ai seulement l'impression de voler. Il n'y aucune pression. Jusque là ça me réussit, j'ai gagné plusieurs compétitions mais ce n'est pas ce qui m'intéresse, je veux seulement voler, flotter dans l'univers, aller loin, toujours plus loin et rêver. Aimer aussi!

Mon frère a fait une erreur. Une erreur qui fut fatale. Quelle mouche a-t-il bien pu le piquer? Je le soupçonne presque de l'avoir voulu. Suis-je aveugle à ce point? N'ai-je rien vu venir? Pourquoi ne m'en aurait-il pas parler? C'est un perfectionniste, il ne fait pas d'erreur. Je sais qu'il s'est passé quelque chose pour qu'il en arrive là. Si seulement je pouvais lui parler mais on nous a séparé. La police est venu à la maison. Ils n'ont pas de preuves suffisantes, ils nous libéreront, j'en suis sûr. Mais quelqu'un leur a donné la cachette... alors c'est terminé, tout les plans des meurtres écrit noir sur blanc de ma main. Mon frère. Mon propre frère. Lui seul à pu donner une telle information. Je ne comprends pas. Je suis perdue. Pourquoi? Si seulement je savais pourquoi...

Je suis perdue, je n'écoute pas les paroles de mon avocat. Mon propre frère a voulu une telle chose? Alors je ne m'y opposerai pas. Je sens ma vie voler en fumée, je ne comprend pas ce qui m'arrive. Tout était si bien tracée. Je ne suis pas une déesse, je ne suis pas immortelle, je ne maîtrise rien. J'ai peur. Qu'est-ce qui va m'arriver? Je me sens tellement seule, je n'ai personne à mes côtés. C'est si effrayant... Je voudrais jouer le rôle de la petite innocente qui ne sait rien de tout ça mais ça ne marchera pas alors j'avoue. A quoi bon mentir? Jouer la comédie? Je sens la puissance de la déesse remonter en moi, je m'accroche à elle pour me donner de la force, peut être un miracle. Mes mains débordent de sang sans que jamais elles ne se soient levés sur qui que ce soit. En réalité je ne veux pas être une gamine pleurnicharde, je me sens froide au contraire, violente, je crache ma haine contre ce monde ignoble dont de toute manière je ne ferais jamais partie. Je ne vois rien mais je sens tout ces regards. Je les sens sur moi et cette déesse mortelle je la deviens. Elle m'envahit. Je suis puissante, toute puissante, je suis une reine. Ils m'emmènent. Est-ce qu'ils me tueront peut-être? Je n'ai pas écouté le verdict. Je n'ai pas voulu l'entendre. Je suis coupable et alors? Que devrais-je regretter? Si quelqu'un a désirer la mort de ces gens c'est que quelque part ils devaient bien avoir une raison de la mériter. Ce droit de mort... je l'aime. Il me rend vivante. Il me rend puissante. Je n'aurais pas eu une vie malheureuse. Juste un regret... Perdre mon guide à jamais...

Spoiler:
 


(c) Pilepoil - Acide Edulcoré
Brian Copperfield
FEAT. César Casier
.
AGE : 18 ans
ORIGINE : Américaine
GROUPE : SILENCERS

    ■ ■ ■ HISTOIRE :
    A reprendre et adapter dans votre fiche de présentation...
Brian vient d'une famille banale, il a grandit dans un quartier résidentiel avec toutes ses traditions et ses potins de voisinage. Populaire dès le collège, il n'a aucun problème à s'intégrer à la société. Il n'a jamais eu besoin de rien et a vécu une adolescence tranquille. Dès l'âge de 16 ans, il a tendance à se passionner pour les jeux de casino, les jeux d'argent. Il aime faire monter l'adrénaline et prend des risques jusqu'à accumuler de grosses dettes ce qui lui vaudra quelques conflits avec sa famille. Mais Brian est quelqu'un d'intelligent, avec quelques amis, il commence à monter des petites arnaques pour remporter de l'argent. De petits hameçons au début pour des petites sommes, puis l'enjeu monte rapidement. En quelques mois, Brian ramasse de véritables fortunes. Sa passion pour le jeu diminue alors et il se consacre entièrement à l'escroquerie. Brian a beau être quelqu'un de très rusé, la police se lance bien vide à ses trousses, il la provoque alors, annonçant ses coups jusqu'à se faire prendre au piège. Tel est pris qui croyez prendre. Il est envoyé alors dans une prison juvénile dont il garde un souvenir excécrable. Victime ou bourreau, impossible de rester soi-même, il fait jouer le jeu où on se fait bouffer. Ce qu'il trouve de mieux à faire est d'organiser des jeux clandestins. Ca marche bien un temps et puis... le temps se couvre. Brian se trouve anglué malgré lui dans une histoire qui ne lui plait guère. Une nuit, il se fait agresser et depuis vit un vrai cauchemar, marchant sans cesse avec la peur dans le ventre. Il est pas fait pour cette vie-là.

Un jour, un jeune avec qui il partageait sa cellule se fait transférer... un endroit qu'on appelle Anguish. Une sorte de pensionnat étrange... Brian joue des pieds et des mains pour se faire embarquer lui aussi. N'importe où sera mieux qu'ici. Ce qu'il ne sait pas encore c'est que ce départ-là est irréversible, qu'il n'y a pas de billet de retour. Il découvre donc les lieux et ce qu'il s'y cache. Encore de quoi faire froid dans le dos. La différence c'est qu'on y circule librement, la pression lui paraît moins forte. Brian passait tout son temps avec ce type, devenu un ami, celui qui partageait sa cellule à l'époque. Ils affrontaient tout ensemble, à deux on est plus fort. Jusqu'au jour où ils sont fait prendre en cuisine par des surveillants. On les a jetés au cachots. L'autre fut le premier à se faire torturer. Une fois. Deux fois. Trois fois. Dans la cellule d'à côté, Brian l'a entendu vider son dernier souffle. Il a cru qu'il subirait le même sort. Des jours, il a attendu. Rien. Il pensa alors qu'on avait décidé de le laisser mourir... plus le temps passait et plus il finissait par penser qu'il aurait préféré être torturé que de mourir ainsi de soif, de faim. Pourtant on le libéra, il passa quelques jours à l'infirmerie puis se retrouva seul dans le pensionnat.

Depuis les choses se sont arrangées. Il a retrouvé sa joie de vivre et tout simplement le goût de la vie. Il sort en cachette avec Nell McDonovan (feat Jessica Alba), une surveillante plus âgée que lui. Ne croyez pas qu'il lui a fait la cour pour se faire protéger par elle. Il est réellement amoureux d'elle. Il n'y a pas d'ambiguité dans leur relation même s'il est peu probable que cet amour soit réciproque. Il la couvre de romantisme, de tendresse, de sentiments et lui fait l'amour avec toute la passion qui l'anime. Il lui est fidèle et rêve inocemment de vivre un jour à ses côtés au grand jour loin d'ici. C'est un peu pour cette raison qu'il a rejoint les réunions clandestines de la Secret Room. Vous savez ce petit groupe qui se forme et tente d'établir un plan de rebellion. Il est actif dans les propositions et dans les actions quand il y en a mais veille toujours à ce que sa belle ne soit pas visée... peut-on jouer éternellement sur deux camps?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
SILENCERS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Beginning :: Postes Vacants-
Sauter vers: